Archéologie : le mystère du massacre de Potočani

Les archéologues ont longtemps pensé que le massacre de Potočani était celui d'une grande famille. Une hypothèse contredite par la plus grande étude génétique du genre jamais réalisée.

Publication 12 mars 2021 à 16:36 CET
Three perimortem penetrating injuries

Certaines victimes du massacre de Potočani ont reçu plusieurs coups mortels à la tête.

Photographie de M. Novak / Avec l'aimable autorisation de l'Institut de recherche anthropologique de Zagreb.

Il y a 6 200 ans environ, un groupe d'au moins quarante-et-un hommes, femmes et enfants a été brutalement assassiné avant d'être jeté dans un charnier situé dans l'est de l'actuelle Croatie. Après la découverte de la fosse commune en 2007, les archéologues se sont demandé si les victimes de cette exécution étaient en fait les membres d'une entière communauté familiale. Cependant, d'après une nouvelle analyse publiée dans la revue PLOS ONE qui comprend notamment la plus vaste étude génétique d'un massacre préhistorique réalisée à ce jour, les victimes seraient pour la plupart sans liens de parenté. Cette découverte surprenante soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses : en particulier, pourquoi ces individus ont-ils été assassinés et par qui ? 

 « C'est la question à un million de dollars, » répond l'auteur principal de l'étude, Mario Novak, archéologue à l'Institut de recherche anthropologique de Zagreb, en Croatie. « Nous ne savons tout simplement pas. » Et à moins de trouver des preuves archéologiques explicites à proximité, ajoute-t-il, « je pense que nous ne saurons jamais. »

 

DÉCOUVERTE FORTUITE

Le site de cet ancien massacre a été découvert par accident lors de la construction d'un garage dans le village croate de Potočani. D'un peu plus de deux mètres de longueur sur près d'un mètre de profondeur, il contenait les ossements d'au moins quarante-et-une personnes, certaines encore articulés et d'autres en fragments.

Des archéologues de l'université de Zagreb se trouvant par hasard dans la région au moment de la découverte ont été appelés sur les lieux et ils ont d'abord pensé que les ossements étaient ceux de victimes d'un conflit moderne, peut-être de la Seconde Guerre mondiale ou des guerres de Yougoslavie des années 1990.

En approfondissant les fouilles, les archéologues ont découvert des fragments de poterie ancienne et la datation au radiocarbone a révélé que le site était âgé de 6 200 ans. D'après l'époque, le lieu et le type de poterie mis au jour, les chercheurs ont conclu que les victimes appartenaient à la culture Lasinja.

Nos connaissances de ces peuples sont très limitées, indique Novak, et un seul autre lieu de sépulture en Croatie associé à la culture Lasinja a été découvert à ce jour. « C'est l'une des entités culturelles préhistoriques les moins étudiées de la région, » dit-il. De précédents travaux relatifs à cet autre site de sépulture suggèrent que les Lasinja étaient des bergers qui se déplaçaient avec leur troupeau d'un pâturage à l'autre en fonction des saisons. Ils exploitaient également le cuivre pour fabriquer des outils.

L'analyse bioarchéologique a permis d'identifier vingt-et-un individus de sexe masculin et vingt de sexe féminin, d'un âge allant de deux à cinquante ans. Il est rapidement apparu que la cause de leur mort n'avait rien de naturel.

Trois hommes adultes, quatre femmes adultes et six enfants présentaient des lésions à l'arrière du crâne. Ces blessures mortelles allant de la fracture par traumatisme contondant aux entailles en passant par les coups de couteau ont toutes été infligées par des armes ou des outils, peut-être des haches en pierre ou des instruments métalliques. Les armes du crime n'ont pas été retrouvées sur le site, mais il semblerait que ces blessures aient été infligées lors d'un unique événement.

Au départ, les archéologues ont pensé que la fosse commune de Potočani, en Croatie, contenait des victimes de la Seconde Guerre mondiale ou des guerres balkaniques des années 1990.

Photographie de J. Balen / Avec l'aimable autorisation du musée archéologique de Zagreb.

Fait particulièrement sinistre, certains crânes présentaient des lésions multiples. « Pour la plupart des victimes, un seul coup avait suffi, » raconte Novak. « Mais nous avons deux ou trois individus avec quatre blessures sur le crâne. Leur bourreau a dû céder à une sorte de frénésie meurtrière. »

 

UNE HISTOIRE TEINTÉE DE VIOLENCE

Ce qui était clair en revanche, c'est que ce massacre n'était pas le fruit d'une guerre : les charniers résultant de batailles contiennent souvent une majorité d'hommes adultes ou adolescents, pas de femmes ou d'enfants. De plus, il n'y avait aucune lésion sur le visage ou les avant-bras des victimes, ce qui se produit généralement lorsqu'un individu lève les bras pour se protéger d'une attaque frontale. Ces personnes étaient probablement immobilisées, accroupies ou à genoux, avec les mains liées.

« Les victimes ne se sont pas défendues, » indique Novak. « Je dirais que c'était une exécution collective préméditée. »

Le site de Potočani n'est pas le premier lié à un massacre de la préhistoire européenne, une autre fosse commune contenant des victimes tuées de coups intentionnels à l'arrière de la tête a par exemple été découverte à Halberstadt, en Allemagne.

« Les lésions crâniennes ressemblent à celles d'autres massacres que j'ai pu étudier — très similaires en termes d'emplacement et, tristement, de tranche d'âge également, » témoigne Trish Biers, ostéologue et paléopathologue à l'université de Cambridge externe à l'étude.

Afin d'en apprendre plus sur les victimes de Potočani, les chercheurs ont prélevé l'ADN de 38 individus inhumés sur le site. Les résultats montrent qu'ils avaient tous la même ascendance génétique : outre leur lien avec les sociétés de chasseurs-cueilleurs de l'Europe occidentale, les ancêtres de ces individus étaient originaires de l'Anatolie, une région qui coïncide avec l'actuelle Turquie. Ils ont apporté l'agriculture en Europe il y a environ 8 500 ans. Quelques millénaires plus tard, certains de leurs descendants se sont mis à parcourir les Balkans avec leurs troupeaux.

Les archéologues ont identifié les traces d'un traumatisme contondant sur les crânes d'un jeune garçon (en haut) et d'une femme adulte (en bas).

Photographie de M. Novak / Avec l'aimable autorisation de l'Institut de recherche anthropologique de Zagreb.

Même si l'analyse ADN a permis d'établir un lien de parenté étroit entre quelques victimes, par exemple un homme, ses deux filles et son neveu, pour 70 % des victimes il n'y en avait aucun. Cela pourrait s'expliquer par l'appartenance des victimes à une communauté plus étendue composée de différentes familles.

 

LA MENACE FANTÔME

En s'appuyant sur les autres sites archéologiques qu'elle a pu étudier en Amérique du Nord et du Sud, Biers indique que les individus qui n'étaient pas nécessairement liés à un niveau génétique formaient tout de même des groupes d'affinités en fonction de leurs occupations, entre pêcheurs, agriculteurs ou artisans par exemple.

Cependant, les relations de parenté sociale « ne peuvent pas être détectées à travers une analyse génétique, » déclare Christina Scheib, archéologue spécialiste de l'ADN fossile à l'université de Cambridge, non impliquée dans l'étude. Dans l'idéal, les sépulture voisines non associées à un massacre auraient offert un aperçu de la distribution normale des défunts, à la fois sur un plan génétique et en termes de groupes d'affinités. Mais à ce jour, le charnier de Potočani fait figure de solitaire ; aucun établissement attenant n'a été découvert.

Le mystère est d'autant plus grand que l'on ne sait absolument rien des tueurs eux-mêmes. « Nous n'avons aucune trace des individus qui ont commis ces atrocités, » indique Novak. Les responsables étaient peut-être un groupe rival venant de loin ou non. Il est également possible que les meurtriers aient appartenu au même peuple que les victimes.

En ce qui concerne le motif, la spéculation est impossible. D'autres sites de massacres ou épisodes de violence collective de la préhistoire européenne ont été attribués à des facteurs sources de tension comme la xénophobie ou le changement climatique, lorsque des sécheresses ont causé des pénuries et déclenché des vagues de violence. Mais à Potočani, « nous n'avons aucune indication d'un quelconque changement climatique durant cette période, » déclare Novak.

Le seul constat qui ne laisse aucune place au doute est la persistance au fil des millénaires de ce comportement humain des plus ténébreux. Des massacres se produisent à travers le monde depuis au moins 13 000 ans. Malgré l'émergence de la justice et l'évolution des sociétés vers un modèle plus ordonné et moins enclin à la violence, les exterminations à grande échelle sont devenues plus faciles à perpétrer avec le temps. Tout comme le fusil a remplacé la hache ; les génocides d'État ont succédé aux affrontements entre tribus.

S'il n'y avait qu'une chose à retenir des sites comme celui de Potočani, c'est« que l'humanité n'a pas changé au cours des 10 000 dernières années, » affirme Novak. « Et si changement il y a eu, c'était pour le pire. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.