Histoire

Ces millenials se font moines et adaptent les traditions bouddhistes au monde moderne

Les jeunes moines bouddhistes de Mongolie cherchent à maintenir leur religion présente dans la région.

De Heather Brady

Les millenials mongoles prennent lentement mais sûrement la tête des monastères du pays pour les sauvegarder.

Cette nouvelle génération de moines arrive à l'âge adulte après des décennies de persécution religieuse. Une persécution cyclique qui a presque anéanti la population de moines bouddhistes dans le pays. Environ 17 000 moines ont été tués en Mongolie depuis l'arrivée des troupes soviétiques dans les années 1930. Le nombre de moines dans le pays est passé d'environ 100 000 en 1924 à seulement 110 en 1990. Plus de 1 250 monastères et temples ont été démolis.

Une fois que les Soviétiques se sont retirés de la région, le bouddhisme, religion prédominante du pays, a commencé à faire son retour. Mais la religion est toujours confrontée à des défis importants, après des décennies de répression.

Le monastère d'Amarbayasgalant, situé dans la province de Selenge dans le nord de la Mongolie, abrite aujourd'hui 40 moines, qui passent leur temps à prier et à étudier les enseignements bouddhistes. Près de 800 moines y vivaient avant le début de l'ère soviétique.

Il ne reste plus que 28 des 40 bâtiments qui composaient le monastère à l'origine. Dans le but de préserver le site historique, l'UNESCO a financé des projets de restauration à partir de la fin des années 1980.

Trouver des jeunes pour poursuivre une carrière monastique est de plus en plus rare, mais les moines d'Amarbayasgalant restent fidèlement engagés pour faire en sorte que les monastères survivent pour les générations futures - afin qu'ils continuent d'enseigner et d'inviter les gens à les rejoindre.

Lobsang Tayang, un jeune homme de 29 ans qui a commencé ses études théologiques au monastère il y a quatre ans, enseigne déjà auprès de deux autres jeunes moines. C'est une période inhabituellement courte pour qu'un moine puisse dispenser un quelconque enseignement. Auparavant, les moines ne devenaient enseignants qu'après 20 ans d'apprentissage et de pratique théologique.

« J'avais l'impression de ne pas avoir encore acquis assez de connaissances », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Reuters. « Je me disais : "Est-ce que les autres peuvent me considérer comme un professeur quand je suis moi-même encore en train d'apprendre?"»

Pourtant, Tayang place ses espoirs dans la vie monastique, qu'il espère pouvoir survivre à sa génération et aux suivantes.

Lire la suite