Ces rares cartes de 1941 révèlent la stratégie japonaise de Pearl Harbor

Le 7 décembre 1941, les forces japonaises ont fondu sur la base américaine de Pearl Harbor. Les cartes, documents d'archives ou créés par National Geographic, apportent de nouvelles informations sur l'ensemble des plans de bataille japonais.

De Neil Kagan, Stephen Hyslop
Cette vue aérienne de Hawaï a été prise à bord d'un avion japonais le 7 décembre 1941, lorsque la première vague a attaqué Battleship Row. Un geyser d'eau s'élève au-dessus de Pearl Harbor lorsqu'une torpille frappe un cuirassé, probablement le USS Oklahoma.
Le texte suivant est un extrait du livre National Geographic's Atlas of World War II
 

Quand l'Allemagne a envahi la Russie fin juin 1941, les dirigeants japonais ont longuement débattu pour savoir s'il était judicieux de rejoindre leur allié de l'Axe et d'attaquer à leur tour les Soviétiques - qui avaient vaincu les troupes japonaises le long de la frontière nord du Manchoukouo en 1939 - et si viser des colonies européennes en Extrême-Orient ne serait pas plus habile. Ils n'écartaient pas l'invasion de la Russie si l'avancée allemande sur Moscou réussissait, mais ils avaient plus à gagner à envahir ces colonies et mettre la main sur leurs ressources, qu'ils espéraient utiliser pour asservir la Chine et instaurer un vaste empire, une tentative appelée « sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale ». 

L’Indochine française et les Indes orientales néerlandaises étaient des cibles assez faciles, mais les Britanniques ne céderaient pas la Malaisie et la Birmanie sans se battre et leurs alliés américains devraient également être écartés. Le 2 juillet, Tokyo a autorisé « les préparatifs de la guerre avec la Grande-Bretagne et les États-Unis ».

lancer le diaporama

Après que le Japon a pris l'Indochine à la fin du mois de juillet, il a été soumis à un embargo américain sur le pétrole. L'empereur Hirohito a alors demandé au Premier ministre Hideki Tojo - un général engagé dans l'expansion impériale - de faire un dernier effort pour éviter la guerre. Les discussions à Washington ont échoué après que des messages codés de Tokyo ont été interceptés et déchiffrés ; ils indiquaient que le Japon attaquerait si un accord n'était pas conclu avant le 30 novembre. Le président américain Franklin Roosevelt a refusé de faire une quelconque concession. 

Le 1er décembre 1941, l'amiral Yamamoto a autorisé les porte-avions à bombarder Pearl Harbor - l'un des nombreux coups portés simultanément lors d'une vaste offensive japonaise qui a prolongé de beaucoup la Seconde Guerre mondiale.

 

LES SENTIERS DE LA GUERRE

Avant la Seconde Guerre mondiale, aucun pays n'investissait davantage dans l'aéronautique navale que le Japon. L'amiral Yamamoto s'est fortement reposé sur cet investissement lorsqu'il a affecté six grands porte-avions de la force mobile du vice-amiral Chuichi Nagumo au lancement de plus de 400 avions de combat de la First Air Fleet contre Pearl Harbor. Protégés par des cuirassés, des croiseurs, des destroyers et des sous-marins, les porte-avions ont été envoyés par Yamamoto le 26 novembre 1941 alors que les pourparlers de paix à Washington étaient en train de tourner court. 

Cinq jours plus tard, l'empereur Hirohito autorisa la déclaration de guerre aux États-Unis et Yamamoto envoya à Nagumo un message codé lui permettant de poursuivre l'attaque : « Montez au mont Niitaka ».

Pour éviter toute détection, les militaires japonais ont observé un silence radio et ont rejoint Hawaï par le nord, empruntant une route peu fréquentée et sujette aux tempêtes hivernales, contrecarrant la reconnaissance aérienne.

Tirée d'une carte japonaise basée l'heure de Tokyo, cette carte indique la trajectoire des militaires japonais qui se sont mis en route le 26 novembre 1941 et ont bombardé Pearl Harbor le 7 décembre 1941 (le 8 décembre au Japon). Une partie de la force opérationnelle a par la suite attaqué l’île américaine de Wake.

Comme le montre la carte japonaise ci-dessous, illustrant Pearl Harbor en détail en bas à gauche, cette cible était parfaitement cartographiée en 1941. Les renseignements sur les navires dans le port et les bases aériennes à proximité étaient fournis par des espions, notamment Takeo Yoshikawa, un officier de la marine attaché au Consulat du Japon à Honolulu, qui a espionné la flotte du Pacifique.

Une carte japonaise des îles hawaïennes comprend une insertion détaillée (en bas à gauche) de Pearl Harbor et une autre insertion (en haut à droite) montrant la chaîne d'îles hawaïennes s'étendant vers le nord-ouest jusqu'à Midway, que le vice-amiral japonais Yamamoto visera en juin 1942.

Dimanche 7 décembre 1941, à l'aube, les transporteurs ont viré en vent arrière pour lancer les avions au milieu de fortes houles. « Les porte-avions roulaient beaucoup, tanguaient et bâillaient », a déclaré Tokuji Iizuka, pilote d'un bombardier piqué Aichi 99 qui se trouvait à bord du IJN Akagi, le navire amiral de Nagumo. Quand les avions ont quitté le poste de pilotage, a-t-il ajouté, ils « ont plongé à l'abri des regards » avant de remonter dans les nuages. Iizuka a décollé avec la deuxième vague d’assaut vers sept heures du matin. Deux heures plus tard, les nuages ​​se sont dissipés et leur ont permis d’avoir une vue époustouflante sur Pearl Harbor, enveloppée de fumée alors que les bombes larguées par la première vague de l'assaut avait mis fin à la paix.

 

L'ASSAUT

L’attaque surprise du 7 décembre 1941 n’était pas vraiment une surprise. Washington savait que Tokyo allait bientôt lui faire la guerre et les commandants à Pearl Harbor et ailleurs dans le Pacifique avaient été avertis qu'une action hostile était « possible à tout moment ». Mais les officiers informés de la menace doutaient qu'une attaque se produise aussi loin du Japon, sur un site comme Pearl Harbor. Ils savaient que les îles des Philippines étaient vulnérables aux assauts, mais pensaient que toute offensive japonaise se limiterait aux bases américaines situées à Guam, à Wake Island ou à Midway, situées 2 092 kilomètres plus près du Japon qu'Oahu. Deux porte-avions que Yamamoto espérait attaquer à Pearl Harbor, USS Enterprise et USS Lexington, étaient partis le 7 décembre parce qu'ils avaient été envoyés pour livrer des avions de guerre à Midway et à Wake Island. Pearl Harbor n'était pas en alerte maximale.

Comme indiqué ci-dessous sur une carte retraçant l'assaut mené par Tokyo, la première vague de chasseurs et de bombardiers japonais est venue du nord et a reçu l'ordre d'attaquer de Mitsuo Fuchida à 07h49, heure de Hawaii. Leurs objectifs comprenaient des aérodromes sur Oahu, y compris Hickam Field près de Pearl Harbor et l’île Ford au milieu de ce port. Mais leurs principales cibles étaient les navires de guerre amarrés à cet endroit.

Carte dérivée d'une carte originale japonaise basée sur l'heure de Tokyo (19 heures et demie plus tard que l'heure d'Hawaï) délimite les deux vagues d'avions de guerre qui ont fondu sur Oahu et Pearl Harbor. La deuxième vague a fait face à des défenseurs alertes et a perdu 20 avions, contre 9 pertes lors de la première vague.

Certains avions sont arrivés à basse altitude et ont largué des torpilles, dont l'une a heurté le cuirassé USS Oklahoma et l'a fait chavirer. Une bombe larguée à haut niveau sur le cuirassé USS Arizona a déclenché une explosion catastrophique. Vers neuf heures du matin, la deuxième vague d'avions de guerre est arrivée et a contribué au carnage. En quelques heures, les assaillants ont coulé ou gravement endommagé les 8 cuirassés de Pearl Harbor et 11 autres navires de guerre, détruit 170 aéronefs et tué ou blessé plus de 3 500 Américains.

Une carte détaillée de Pearl Harbor montre le Hickam Field de l'armée américaine (en bas), la base aéronavale de l'île Ford et les positions des navires de guerre, des navires auxiliaires et des sous-marins le 7 décembre 1941. De nombreuses victimes ont été faites à Battleship Row, où l'USS Arizona et USS Oklahoma ont été coulé par les forces japonaises. Le USS Utah sur Carrier Row - un ancien cuirassé converti en navire cible - a également coulé. Les six autres cuirassés dans le port ont tous été endommagés, y compris l'USS West Virginia.

Aussi surprenant qu'ait pu être cet assaut, l'ampleur de l'offensive était encore plus inattendue. Le même jour, Guam, l'île de Wake et les Philippines ont été attaqués et les troupes japonaises ont envahi la Thaïlande ainsi qu'Hong Kong et Malaya, alors sous domination britannique. 

Les bombardiers en piqué japonais s'apprêtent à décoller du pont d'un porte-avions vers 7 heures du matin, le 7 décembre 1941, lorsque l'amiral Nagumo lance la deuxième vague d'avions de combat contre Pearl Harbor.

Winston Churchill ne doutait pas que les États-Unis se remettraient de l'attaque et déclareraient la guerre le jour suivant. « Aujourd'hui, nous sommes tous dans le même bateau, à vos côtés », a déclaré dans un télégramme Churchill à Roosevelt, qui avait foi en une alliance militaire anglo-américaine qui, alliée à l’Union soviétique, a fini par couler les forces de l’Axe.

 

Neil Kagan (éditeur) et Stephen G. Hyslop (auteur) ont collaboré sur plusieurs ouvrages pour National Geographic, notamment Eyewitness to World War, Histoire secrète de la Seconde Guerre mondiale, Eyewitness to the Civil War et Atlas of the Civil War.
Kenneth W. Rendell (avant-propos) est le fondateur et le directeur du Musée international de la Seconde Guerre mondiale, qui abrite la collection la plus complète au monde d'artefacts et de documents originaux concernant les événements de la Seconde Guerre mondiale.
Traduit de l'anglais.
Lire la suite