Comment l'eau a façonné et détruit l'Empire d'Angkor

La fin de cette puissante civilisation a été précipitée par la sécheresse et les inondations. Un épisode qui souligne le lien entre le climat et les hommes.

De Stefan Lovgren

CITÉ HYDRAULIQUE

L'hégémonie d'Angkor aurait débuté en 802 de notre ère au moment où Jayavarman II, depuis les montagnes de Phnom Kulen surplombant les plaines de la future ville, s'auto-proclame chakravartin (« dieu roi ») de l'empire khmer. Au cours des siècles qui suivent, un vaste complexe urbain voit le jour, tandis qu'Angkor devient la plus grand ville du monde préindustriel avec près d'un million d'habitants.

Dès sa naissance, l'eau est au cœur du développement d'Angkor, souvent qualifiée de « ville hydraulique ». Des canaux et des réservoirs sont construits afin de recueillir et de stocker l'eau issue des collines, à la fois pour contrôler les crues et pour l'irrigation des terres. Un réseau de débordements et de dérivations transporte les eaux excédentaires au lac Tonle Sap situé au sud de la ville.

« Ces infrastructures de gestion des eaux étaient uniques au monde », affirme Dan Penny.

L'eau et son contrôle jouaient également un rôle religieux au sein de la société d'Angkor.

« L'eau n'était pas uniquement une ressource devant être gérée pour l'agriculture et les inondations », explique-t-il. « Elle était également liée au pouvoir du roi. »

Des nuages de mousson déversent leurs pluies sur le réservoir de Srah Srang.

L'ASSAUT DES MOUSSONS

L'histoire du réseau des canaux est faite de nombreux ajouts et modifications. Les anciens canaux distribuaient et se débarrassaient des eaux. À partir du 12e siècle, époque de l'apogée de l'empire et de la construction du temple le plus célèbre du complexe, Angkor Vat, les larges nouveaux canaux déversent principalement l'eau dans le lac.

Au cours des deux siècles qui suivent, le système hydraulique semble fonctionner plutôt bien puisque la ville poursuit son expansion. Entre le milieu et la fin du 14e siècle, cependant, Angkor est victime de sécheresses continues. Celles-ci sont suivies de plusieurs années de pluies de mousson incroyablement violentes qui provoquent d'importantes inondations auxquelles les infrastructures de la ville semblent incapables de faire face.

Les inondations engendrent l'érosion du réseau, dont les connexions sont systématiquement coupées. Au sud de la ville, les canaux sont bouchés par les matériaux érodés venus du centre d'Angkor.

Le pont d'Angkor Thom avait été bâti à partir de blocs de pierre extraits des temples, dont la plupart étaient sculptés de façon très sophistiquée.

« Le fait qu'ils démontent un temple et s'en servent pour construire quelque chose d'aussi prosaïque qu'un pont en dit long sur la gravité de la situation », déclare Penny.

« On pense depuis longtemps que les dégâts causés au réseau hydraulique ont signé la fin d'une longue période de déclin à Angkor. »

À en juger par la dégradation du pont, dont l'extrémité est détruite, les mesures de contrôle des eaux de crue ne portent pas leurs fruits. La rivière Siem Reap, censée s'écouler sous le pont, trace un sillon autour de ce dernier. Aujourd'hui, elle s'écoule environ 7,60 mètres en dessous de son cours d'origine.

À mesure que les inondations détruisent les infrastructures, la cité d'Angkor finit par s'effondrer. En 1431, elle est prise d'assaut par l'armée siamoise. La plupart des temples sont ensuite engloutis par la jungle, tandis que certains demeurent des sites religieux importants pour les Khmers. L'Occident ignore l'existence de ces vestiges jusqu'à ce que des explorateurs français y mettent les pieds dans les années 1860.

 

UN AVERTISSEMENT CLIMATIQUE ?

Selon les chercheurs qui travaillent sur le développement durable du bassin inférieur du Mékong dans le cadre d'un projet intitulé « Les merveilles du Mékong » financé par l'USAID (Agence des États-Unis pour le développement international), il existe d'importantes leçons à tirer des événements d'Angkor.

« Ce qui est certain, c'est qu'il existe un lien de corrélation entre la culture et le climat », affirme Sudeep Chandra, directeur du Centre mondial de l'eau de l'université du Nevada à l'origine des recherches.

« Nous voyons les communautés du monde entier lutter pour savoir comment réagir face aux fluctuations accrues du changement climatique », ajoute-t-il.

Afin de contrôler le débit de l'eau, les ingénieurs d'Angkor ont fait dévier l'eau des réseaux fluviaux existants, entraînant ainsi la création de nouveaux bassins hydrographiques. Cela pourrait toutefois avoir eu des conséquences malheureuses sur l'environnement, déstabilisant la ville jusqu'à conduire à sa disparition.

« Les Khmers du Moyen-Âge ont dû faire face à une période d'instabilité climatique qui leur était jusqu'alors inconnue et qui a complètement changé les règles du jeu qu'ils jouaient depuis plusieurs siècles », conclut Penny.

« Les communautés contemporaines sont aujourd'hui confrontées à des enjeux similaires avec le changement climatique. »

Lire la suite