Découverte de la première pièce en métal datant de l'Âge du Bronze en Europe

Mis au jour dans une sépulture de l'Âge du Bronze, cet artefact pourrait avoir servi dans le cadre de rituels.

De Andrew Curry
La main en bronze est ornée d'une manchette en or. Elle a été retrouvée dans la tombe d'un homme âgé de 3 500 ans avec, de gauche à droite, une épingle en bronze servant à fermer un manteau, un ornement pour cheveux en bronze et un poignard.

Des archéologues suisses ont récemment annoncé la découverte de ce qui serait, d'après eux, la première représentation d'une partie du corps humain en métal trouvée en Europe. L'objet, âgé de 3 500 ans, est une main légèrement plus petite qu'à taille réelle, composé de près de  500 grammes de bronze. Il est accompagné d'une manchette en feuille d’or collée au poignet ainsi que d'une douille intérieure qui lui aurait permis d’être montée sur un bâton ou une perche.

La découverte a été faite près du lac de Bienne, dans la province de Berne en 2017, par des chasseurs de trésors utilisant des détecteurs de métaux. Ils l'ont remis aux autorités avec un poignard en bronze et des côtes trouvés à proximité. « Nous n'avions jamais rien vu de tel », déclare Andrea Schaer, chef du département d'histoire ancienne et d'archéologie romaine au Service archéologique de Berne. « Nous ne savions pas si l'objet était authentique ou non, ou même ce que c'était. »

Une datation au carbone a été effectuée sur un petit morceau de la colle organique utilisée pour fixer une couche de feuille d’or sur le « poignet » de la sculpture. Celle-ci a établi que l’objet était très ancien, datant de l’âge du bronze, probablement entre 1400 et 1500 avant J-C.

Cela a suffi à convaincre les archéologues de revenir dans la région au printemps dernier. Après que les pillards ont indiqué où ils avaient trouvé l'objet, Schaer et son équipe ont passé sept semaines à excaver une zone qui s'est avérée très endommagée, située sur un plateau au-dessus du lac de Bienne, près du petit village de Prêles. « Il y a une vue magnifique sur le plateau jusqu'aux Alpes», déclare Schaer. « C'est vraiment un endroit extraordinaire.»

lancer le diaporama

Dans le tombeau, les chercheurs ont trouvé les os d'un homme d'âge moyen avec une longue épingle en bronze, probablement utilisée pour les cheveux et des fragments de feuilles d'or assortis à la main en bronze. Ils ont également retrouvé l’un des doigts cassés de la sculpture dans la tombe de l’homme, ce qui indique que la main était à l’origine enterrée avec l’homme.

Les objets en métal dans les sépultures de l'âge du Bronze sont rares et l'or est presque introuvable dans les tombeaux suisses de cette époque. Les archéologues suisses qui ont travaillé sur la sculpture expliquent qu'une telle découverte est unique en Europe. « Le fait que nous connaissions des milliers de tombes de l’âge du Bronze et que nous n’ayons jamais rien trouvé de pareil montre à quel point c'est spécial », explique Stefan Hochuli, chef du département de préservation des monuments et archéologie du canton suisse de Zoug.

La sculpture sera exposée à Bienne le mois prochain. Pendant ce temps, les archéologues travaillent sur la publication de cette découverte et cherchent à expliquer l'utilisé de cette main. « Elle a dû être placée sur quelque chose, mais nous ne savons pas quoi », dit Schaer. La base de la sculpture suggère qu’elle aurait pu orner une statue, être montée sur un bâton et être brandie comme un sceptre, ou même portée comme prothèse dans le cadre d’un rituel.

Cette question pourrait rester sans réponse. À cause du retrait de l'objet par des pilleurs sans travail de documentation, il est impossible de savoir comment il était disposé par rapport au corps de l’homme. « Des découvertes comme celle-ci nous revoient à nos lacunes dans notre connaissance du passé », dit Hochuli. « Cela nous donne un aperçu du monde spirituel de cette société, et c’est beaucoup plus complexe que ce que nous supposons en général.»

Lire la suite