Histoire

Découverte d'une femme mystérieuse dans un des premiers cimetières paléochrétiens

Enterrée à côté d'une superbe coupe en verre bleu, cette femme a peut-être été la première personne enterrée sur le site romain.

De Marjan Žiberna

Quand un grand projet de construction a été lancé sur la rue Gosposvetska, dans le centre-ville de Ljubljana, en août 2017, les archéologues slovènes de cette ville ancienne ont naturellement anticipé qu'ils pouvaient faire des découvertes intéressantes. Mais ce qu’ils ne s'attendaient pas à trouver, c’était un aperçu inhabituel de la première communauté chrétienne et une haute personnalité - encore inconnue - de la dite communauté, auprès de laquelle ses coreligionnaires ont choisi de reposer.

La capitale de ce pays d'Europe centrale a été fondée il y a environ 2 000 ans comme la colonie romaine d'Emona, peuplée de milliers de colons chassés du nord de l'Italie par manque de terres et rejoints par les anciens combattants des guerres qui ont contribué à l'établissement de l'Empire. Les archéologues avaient découvert lors de fouilles précédentes dans la région qu'une partie d'un cimetière romain se trouvait probablement sous la rue Gosposvetska et que des sépultures plus anciennes pourraient y être découvertes.

Les fouilles ont finalement révélé un complexe de cimetières datant de la fin de l'époque romaine contenant plus de 350 sépultures - allant de simples tombes et sarcophages à des mausolées familiaux - centrées autour de la chapelle funéraire de ce qui semble être une femme très importante, selon l'archéologue slovène Andrej Gaspari. La communauté chrétienne locale s'est épanouie après la dernière grande persécution sous le règne de l'empereur Dioclétien au début des années 300. Cette domination chrétienne a eu comme point final la destruction d'Emona par les Huns au Ve siècle de notre ère.

L'artefact le plus étonnant retrouvé sous la rue Gosposvetska était un bol en verre bleu transparent trouvé à côté du corps de la mystérieuse femme en question. La coupe, vieille de 1 700 ans, est décorée de grappes de raisins, de feuilles de vigne et de vrilles. Une inscription grecque à l'intérieur de la coupe indique au propriétaire de « boire pour vivre éternellement, pendant de nombreuses années ! »

Cette superbe coupe a sans doute été utilisée dans la vie quotidienne ainsi que pour des cérémonies d'inhumation. Une analyse de sa composition chimique indique qu'elle a été fabriquée en Méditerranée orientale. Les éléments rappelant la vigne ont leur rôle dans l'eucharistie et la communion chrétiennes, mais ces motifs pourraient davantage être associés à Dionysos, le dieu païen du vin et de l'extase.

Les archéologues s'intéressent également à l'évolution de la sépulture de cette femme au fil du temps. Il semble que près de dix ans après son enterrement, sa chapelle carrée a été démolie et une structure plus grande (9 mètres sur 12 mètres) a été construite pour protéger sa tombe. Autour de la nouvelle structure et à l'intérieur de celle-ci, la communauté chrétienne d'Emona a commencé à observer une pratique funéraire appelée ad sanctos, dans laquelle les défunts sont enterrés près des tombeaux de saints et de reliques.

Mais qui était la femme honorée dans cette chapelle ? Si l'hypothèse des archéologues selon laquelle elle serait la première personne à avoir été enterrée dans le cimetière situé sous la rue Gosposvetska et que sa tombe aurait joué un rôle central dans la nécropole, c'est qu'elle était probablement une personne très distinguée à Roman Emona. Son statut social, son appartenance religieuse et son lieu de naissance ne sont pour le moment que des spéculations. L'analyse de ses restes physiques devrait, espérons-le, répondre à certaines de ces interrogations dans les mois qui viennent. En attendant, la plupart des objets de valeur excavés sous la rue Gosposvetska sont maintenant exposés dans le musée de la ville de Ljubljana.