Découverte : La jungle amazonienne abritait de nombreuses civilisations précolombiennes

Beaucoup imaginent qu'avant l'arrivée des Européens dans le Nouveau Monde, l'Amazonie du sud était globalement vierge. Une nouvelle étude montre que la région était en fait densément peuplée.

De Erin Blakemore

Avant l'arrivée des colons espagnols en Amérique du Sud, quelques tribus nomades vivaient autour de l'Amazone, laissant la forêt tropicale environnante intacte. Du moins, c'est ce que l'on croyait jusqu'à il y a peu.

Une nouvelle étude avance une théorie tout à fait différente. Il semblerait que la forêt tropicale amazonienne était bien plus peuplée que ce nous pensions et qu'elle abritait de nombreux villages et géoglyphes cérémoniels.

Financée en partie par la National Geographic Society, l'étude a été publiée aujourd'hui dans la revue Nature Communications. Elle remet en cause la théorie courante selon laquelle la forêt tropicale amazonienne était très peu peuplée avant l'arrivée de Christophe Colomb. Cette théorie a la peau dure, puisqu'elle est encore répandue aujourd'hui malgré des preuves de l'existence de grands villages connectés entre eux datant du 16e siècle.

« Pour beaucoup de monde, c'était un paradis vierge », a déclaré Jonas Gregorio de Souza, archéologue à l'Université d'Exeter qui a travaillé sur l'étude. La majeure partie de la région est recouverte d'une végétation très dense, empêchant les archéologues qui souhaitaient en savoir plus sur la vie loin de la rivière sacrée, de s'y rendre et de l'explorer.

Mais tout cela, c'est du passé. L'équipe a eu recours à l'imagerie satellite pour tenter d'identifier des géoglyphes anciens, ces aménagements de terrain très certainement utilisés pour des cérémonies religieuses, dans des endroits inexplorés de l'État du Mato Grosso au Brésil.

Les coordonnées de ces potentiels géoglyphes en poche, ils se sont rendus sur le terrain, une région où les terres sont aujourd'hui très utilisées pour l'agriculture. Pour chacun des 24 sites visités, les archéologues savaient qu'ils avaient décroché le jackpot. « Tout avait du sens », a déclaré Jonas Gregorio de Souza. « Nous savions qu'il s'agissait un endroit spécial ».

Pour l'un des sites, les archéologues sont allés un peu plus loin. Ils ont trouvé des céramiques ainsi que du charbon indiquant qu'un village se trouvait sur les lieux il y a environ 1410 ans avant J-C.

De retour de leur excursion, l'équipe a voulu déterminer avec leurs découvertes où pouvaient se situer d'autres sites similaires. Pour cela, ils ont créé un modèle informatique prenant plusieurs paramètres en compte, comme l'altitude, le pH du sol et la quantité de précipitations. Celui-ci a révélé que les géoglyphes étaient probablement construits dans des zones en altitude où les variations de températures étaient importantes et les saisons bien définies.

En Amazonie du sud, les géoglyphes témoignent de la présence d'une population prospère.

 

Le modèle informatique a également déterminé que les indigènes n'auraient pas forcément construit ces géoglyphes près des fleuves et rivières, ce qui va à l'encontre des théories actuelles. D'après le modèle, il existerait 1 300 géoglyphes et villages dans une bande de près de 400 000 km² de l'Amazonie du Sud. Seul un tiers d'entre eux ont été mis au jour jusqu'à présent.

Les densités de population seraient également plus importantes que prévu. L'équipe d'archéologues estime désormais qu'entre 500 000 et 1 million de personnes peuplaient autrefois 7 % du bassin amazonien, ce qui contredit les dernières estimations qui portaient la population de l'ensemble du bassin à environ 2 millions d'individus.

Au vu de la localisation des sites potentiels, le modèle informatique suggère l'existence d'une série de villages fortifiés connectés entre eux sur plus de 1 770 km. Ces villages se seraient développés entre 1200 et 1500 avant J-C. « Nous devons revoir l'histoire de l'Amazonie », a déclaré dans un communiqué de presse José Iriarte, archéologue à l'Université d'Exeter, explorateur National Geographic et auteur principal de l'étude.

Qu'est-il arrivé à ces habitants de la forêt tropicale ? Jonas Gregorio de Souza estime qu'ils sont tous morts à la suite de la conquête de la région par les Européens. Des villages entiers ont été décimés par les maladies et les génocides. Beaucoup d'autres ont totalement arrêté de cultiver la terre. « Ils ne pouvaient pas rester au même endroit trop longtemps », a précisé l'archéologue. Mais, grâce aux traces qu'ils sont laissées dernière eux, nous allons pouvoir en apprendre beaucoup sur leur civilisation, aujourd'hui disparue.

Lire la suite