Des crânes du Mésolithique ont été retrouvés empalés en Suède

Les archéologues n'avaient jamais constaté ce rite funéraire en Scandinavie, et ont du mal à l'appréhender.

Des crânes du Mésolithique ont été retrouvés empalés en Suède
Des crânes du Mésolithique ont été retrouvés empalés en Suède

En 2009, un nouveau chemin de fer reliant la rivière Motala Ström au sud de la Suède devait être construit. Mais les travaux ont été interrompus lorsque des artefacts vieux de plusieurs milliers d'années ont été mis au jour. Les années suivantes, des ossements d'animaux, des outils en bois, des pieux en bois et des morceaux de crânes humains ont été découverts dans des dépôt de calcaire.

Les restes appartenaient à des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique, période intermédiaire entre le Paléolithique qui le précède et le Néolithique qui lui succède, il y a environ 8 000 ans. Ces sociétés ont montré leur respect pour l'intégrité corporelle de leurs morts, du moins jusqu'à présent.

En 2011, Fredrik Hallgren de la Fondation du patrimoine culturel a mené un projet archéologique sur le site d'excavation de Kanaljorden près de la rivière Motala Ström. Lorsque l'équipe a commencé à fouiller le site, ils ont découvert le premier cas connu de chasseurs-cueilleurs mésolithiques montant des crânes humains sur des pieux.

« Nous avions l'espoir de trouver des ossements d'animaux, mais cette découverte est tout à fait remarquable, » s'enthousiasme Hallgren.

L'analyse des découvertes a été publié cette semaine dans le journal Antiquity.

 

LA TÊTE HAUTE

Sur le site d'excavation de Kanaljorden, les crânes vieux de 8 000 ans de neuf adultes et d'un nourrisson ont été délibérément placés sur un amas de grosses pierres. Les crânes n'avaient pas d'os de mâchoire et deux d'entre eux étaient toujours tenus par des pieux en bois bien conservés. Les pointes avaient été insérées à travers les grandes ouvertures ovales au bas des crânes, suggérant qu'ils avaient été montés avant d'être déposés dans le lac. 

Des os d'animaux étaient également disposés autour des crânes, triés en fonction du type de créature à laquelle ils appartenaient.

« Ils semblaient faire la différence entre les humains et les animaux, mais aussi distinguer les animaux dans différentes catégories, » explique Hallgren.

Deux des crânes humains appartenaient à des femmes, quatre autres à des hommes, tous âgées d'entre 20 et 35 ans. Les chercheurs ont également trouvé un squelette presque complet, dont les os courts suggèrent que l'individu était mort-né ou était mort peu après sa naissance.

Les crânes des victimes font montre de blessures volontaires. Des traces de traumatismes contondants sont visibles au sommet des crânes, tandis que d'autres blessures avaient eu le temps d'être pansées. Les crânes des individus de sexe féminin présentent des blessures au niveau du dos et des côtés droits de la tête, quand les crânes des individus de sexe masculin présentent chacun un seul coup porté au sommet du crâne.

Pour Hallgren, « plus de la moitié d'entre eux ont été frappés avant d'être soignés. »

Les chercheurs ne savent pas encore quelles armes ont été utilisées pour infliger ces blessures, mais supposent que les coups n'étaient pas nécessairement portés pour causer la mort. L'analyse de l'ADN des crânes est en cours, et deux des crânes d'hommes se sont révélés apparentés.

« Ils ne sont probablement pas frères mais pourraient être cousins, » explique Hallgren.

L'équipe de chercheurs a découvert 400 piquets de bois. Les raisons de leurs édifications restent à ce jour un mystère.

 

À LA VUE DE TOUS

L'équipe émet plusieurs hypothèses quant à la disposition des crânes à la vue de tous. Il semblerait qu'ils aient été délibérément exposés, et il est probable que les crânes aient été déterrés au préalable. Ce site mortuaire est relativement petit, et puisqu'il s'agit du premier de ce type jamais mis au jour chez des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique, il ne peut être comparé à d'autres sites.

« Il n'y a pas de comparaison possible, » dit Hallgren. « Nous travaillons également à la contextualisation tant d'un point de vue archéologique que local et régional. »

D'autres fouilles ont montré que les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique traitaient leurs morts avec respect, et ce n'est que plus tard dans l'Histoire que des groupes d'individus ont commencé à décapiter leurs ennemis.

« Nous n'avons pas de preuve directe de décapitation, » explique la co-auteur Sara Gummesson de l'université de Stockholm par email. « Il est plus probable que les crânes aient été détachés des corps en décomposition. »

Les traumatismes contendants constatés sur les crânes auraient pu être infligés durant des combats, des rapts ou tout autre événement violent. Il est aussi possible, même si c'est peu probable, que les blessures aient été infligées par accident.

Étant donné que les crânes des hommes et des femmes présentent des traumatismes différents, ceux-ci auraient pu être infligés délibérément en fonction du genre des victimes. La présentation des têtes en décomposition pourrait être une forme de rite funéraire, destiné à honorer les membres de la tribu ou d'un groupe d'individus. Hallgren estime que les crânes pourraient aussi être des trophées, mais n'apporte que peu de crédit à cette dernière hypothèse.

Des recherches supplémentaires sont actuellement conduites pour résoudre une partie des mystères qui entourent ce site funéraire. Les chercheurs ont également lancé des excavations sur les sites environnants à la recherches de potentielles similitudes.

« De nombreux aspects de ces découvertes devront être discutés », écrit Sara Gummesson, « et je crois qu'il nous faut rester ouverts aux résultats que donneront les recherches complémentaires. »

Lire la suite