Histoire

La Bible expliquée : qui était l'arrogant pharaon puni par les dix plaies d'Égypte ?

Les historiens émettent une hypothèse sur l'identité d'un des personnages les plus vindicatifs de la Bible.

De Jean-Pierre Isbouts

Dans la série Les personnages de la Bible, National Geographic revient sur les personnages bibliques notables dans le cadre de son reportage sur l'histoire de la Bible et la recherche des textes sacrés.

Le roi d'Égypte est le principal méchant du récit de l'Exode. Contrairement au pharaon qui connaissait Joseph, le pharaon de Moïse est cruel et vindicatif. Lorsque Moïse lui demande de libérer les Israélites, le Pharaon fait travailler encore plus dur les esclaves, leur enlevant la paille dont ils ont besoin pour fabriquer des briques de terre séchées au soleil, alors que le quota journalier de briques achevées reste inchangé (Exode 5:7-8).

L'identité du Pharaon présent dans le récit de Moïse a fait l'objet d'un important débat, mais de nombreux universitaires ont tendance à s'accorder sur le fait que l'Exode fait référence au roi Ramsès II. La Bible confirme que les Israélites devaient construire « des villes-entrepôts pour Pharaon : Pithôm et Ramsès. » Des traces écrites égyptiennes confirment que les rois de la 19e dynastie, qui a régné de 1293 à 1185 avant J.-C., avaient lancé un programme militaire majeur dans le Levant. Dans le cadre de cet effort, le roi Séthi 1er, au pouvoir de 1290 à 1279 avant J.-C., a fait ériger une nouvelle ville de garnison, que son successeur, Ramsès II, qui a régné de 1279 à 1213 avant J.-C., a plus tard nommée Pi-Ramsès. Ramsès II a également fait construire une seconde ville nommée par la suite Pithôm, qui était dédiée à son patron, Atoum. Ces deux villes correspondent certainement aux villes bibliques de Ramsès et de Pithom.

À lire : Égypte antique : les femmes n'étaient-elles que des « dirigeantes de substitution » ?

L'accent est également mis sur l'origine égyptienne de l'histoire par le nom de « Moïse » (Moses en anglais). Le Livre de l'Exode nous apprend que son prénom venait du verbe hébreu moshe, qui signifie « prolonger ». Cependant, mose ou moses est aussi un patronyme égyptien très courant, comme chez Thoutmôsis, qui signifie « fils de Tut. »

Enfin, c'est sur la stèle de la Victoire du pharaon Mérenptah, l'un des fils de Ramsès, que figure la toute première référence à « Israël ». Ce monument date d'environ 1207 avant J.-C., ce qui laisse à penser que l'Exode a dû avoir lieu avant le règne de Mérenptah, peut-être entre 1280 et 1220 avant J.-C. Aucune trace écrite de l'exode n'a été découverte sur des tablettes égyptiennes, mais ce n'est pas inhabituel ; la nouvelle dynastie n'avait pas pour habitude de garder des traces de ses défaites. Toutefois, il existe de nombreux récits écrits de travailleurs immigrants sémitiques en Égypte, qui auraient pu retourner en Canaan au 13e siècle avant J.-C. pour diverses raisons, comme éventuellement les politiques sévères de travail forcé menées par Ramsès.

Les articles de cette série ont été adaptés du livre Who's Who in the Bible: Unforgettable People and Timeless Stories from Genesis to Revelation (Qui est qui dans la Bible : des personnages inoubliables et des récits intemporels, de la Genèse au Livre de la Révélation), publié par National Geographic Books.