Le Diamant, l'épave de la zone interdite

Il y a cinq siècles, un navire chargé d'or a fait naufrage au large d'une plage parsemée de diamants.

De Roff Smith
Photographies de Amy Toensing
Publication 22 févr. 2022, 11:29 CET
Ship

L'histoire a peu de traits communs avec les fables. Et pourtant elle peut parfois y ressembler : un navire de commerce portugais du 16e siècle, transportant une fortune en or et en ivoire et se dirigeant vers un célèbre port d'épices sur la côte indienne, fut emporté par une violente tempête alors qu'il tentait de contourner la pointe sud de l'Afrique. Quelques jours plus tard, le navire, brisé, s'échoua sur une côte mystérieuse et brumeuse parsemée de plus de cent millions de carats de diamants, une dérision cruelle des rêves de richesse des marins. Aucun des naufragés ne rentrera jamais chez lui.

Cette histoire improbable aurait été perdue à jamais sans l'étonnante découverte, en avril 2008, d'une épave dans les sables de la plage du Sperrgebiet, la concession diamantifère de De Beers, fabuleusement riche et réputée hors limites, située près de l'embouchure du fleuve Orange, sur la côte sud de la Namibie. Un géologue qui travaillait dans la zone minière U-60 est tombé sur ce qu'il a d'abord pris pour une demi-sphère de roche parfaitement ronde. Curieux, il la ramasse et réalise immédiatement qu'il s'agit d'un lingot de cuivre. Une étrange marque en forme de trident sur sa surface altérée s'est avérée être le poinçon d'Anton Fugger, l'un des plus riches financiers de l'Europe de la Renaissance. Le lingot était sembable à ceux troqués contre des épices aux Indes dans la première moitié du 16e siècle.

Les archéologues trouveront plus tard 22 tonnes de ces lingots sous le sable, ainsi que des canons et des épées, de l'ivoire et des astrolabes, des mousquets et des cottes de mailles - des milliers d'objets en tout. Et de l'or, bien sûr, des montagnes d'or : plus de 2 000 belles et lourdes pièces de monnaie - principalement espagnoles, à l'effigie de Ferdinand II d'Aragon dit le Catholique et son épouse Isabelle Ire, mais aussi quelques pièces vénitiennes, mauresques, françaises, ainsi que des pièces portugaises portant les armoiries du roi Jean III.

L'argent pour acheter les précieuses épices de l'Inde, les pièces espagnoles et portugaises se mêlent aux pièces vénitiennes, florentines et mauresques dans les coffres du navire. L'épave a livré près de 23 kilogrammes de pièces d'or.

PHOTOGRAPHIE DE Amy Toensing

C'est de loin l'épave la plus ancienne jamais découverte le long des côtes de l'Afrique subsaharienne, et la plus riche. Sa valeur en euros est incertaine, mais aucun de ses trésors n'a autant enflammé l'imagination des archéologues du monde entier que l'épave elle-même : un navire portugais des Indes orientales des années 1530, au cœur de l'ère des grandes découvertes, avec sa cargaison de trésors et de marchandises commerciales intacte, conservée par les sables pendant près de 500 ans.

« C'est une opportunité exceptionnelle », déclare Francisco Alves, doyen des archéologues maritimes portugais et responsable de l'archéologie nautique auprès du ministère de la Culture. « Nous savons si peu de choses sur ces grands navires anciens. Ce n'est que le deuxième navire intact jamais fouillé par des archéologues. Tous les autres ont été pillés par des chasseurs de trésors. »

Les chasseurs de trésors ne seront jamais un problème ici, pas au milieu de l'une des mines de diamants les plus jalousement gardées au monde, sur une côte dont le nom même - Sperrgebiet - signifie « zone interdite » en allemand. Loin de tout pillage, les responsables de De Beers et du gouvernement namibien, qui exploitent le bail dans le cadre d'une coentreprise appelée Namdeb, ont suspendu leurs activités autour du site de l'épave, ont fait appel à une équipe d'archéologues et, pendant quelques semaines glorieuses, ont préféré l'histoire aux diamants.

Il a fallu des années aux chercheurs pour étudier la richesse des matériaux glanés dans l'épave du Diamant, comme on l'appelle désormais. « Il y a tant d'inconnues », déclare Filipe Vieira de Castro, coordinateur d'origine portugaise du programme d'archéologie nautique de l'Université A&M du Texas. Castro a passé plus de dix ans à étudier les navires de commerce portugais, les ornaus, et a récemment développé des modèles informatiques basés sur les maigres échantillons archéologiques disponibles. « Cette épave nous [a donné] de nouveaux aperçus sur tout, depuis la conception de la coque, le gréement et l'évolution de ces navires, jusqu'aux petites choses du quotidien, comme la façon dont on préparait les repas à bord et ce que les gens emportaient avec eux lors de ces grands voyages. »

Un travail de détective a été entrepris dès 2008 pour étudier les manuscrits rares : suffisamment de morceaux ont été rassemblés pour raconter l'histoire d'un voyage oublié depuis longtemps et d'un navire disparu qui s'est avéré aussi riche en allégories qu'en or.

Les compas comme ceux trouvés dans l'épave aidaient les navigateurs à suivre la progression de leur navire. Au début du 16e siècle, le Portugal a produit nombre des meilleures cartes et instruments de navigation d'Europe.

PHOTOGRAPHIE DE Amy Toensing

L'histoire commence par une fraîche journée à Lisbonne - le vendredi 7 mars 1533, pour être exact - lorsque les grands naus de la flotte des Indes descendent majestueusement le Tage et se jettent dans l'Atlantique, drapeaux flottant au vent. C'était la fierté du Portugal, les navettes spatiales de leur époque, qui partaient pour une odyssée de 15 mois afin de rapporter une fortune en poivre et en épices cultivés sur des continents lointains. Goa, Cochin, Sofala, Mombasa, Zanzibar, Ternate : des lieux historiques, autrefois aussi éloignés que les étoiles, sont devenus des escales familières grâce à l'ingéniosité des Portugais et à une technologie de pointe.

Les navires en partance qui ont navigué sur le Tage en 1533 étaient robustes et performants ; deux d'entre eux étaient flambant neufs et appartenaient au roi lui-même. L'un d'entre eux, le Bom Jesus - le Bon Jésus - était commandé par Dom Francisco de Noronha et transportait environ 300 marins, soldats, marchands, prêtres, nobles et esclaves.

Trouver un nom et une histoire à une épave anonyme, vieille de cinq siècles, découverte inopinément sur un rivage lointain, demande de la perspicacité et un peu de chance, surtout si l'on pense qu'il s'agit d'une épave portugaise ancienne. Bien que l'Empire espagnol ait laissé des montagnes de documents dans son sillage, un tremblement de terre, un tsunami et un incendie catastrophiques survenus en novembre 1755 ont pratiquement rayé Lisbonne de la carte et fait tomber dans le Tage la Casa da India, le bâtiment qui abritait la grande majorité des précieuses cartes, plans et registres de navigation portugais.

« Cela a laissé un énorme trou dans notre histoire », explique Alexandre Monteiro, archéologue maritime et chercheur qui travaille pour le ministère portugais de la culture. « Comme il ne reste plus d'archives indiennes à consulter, il faut se rabattre sur d'autres moyens, qui relèvent parfois de l'imaginaire, pour trouver des informations. »

En l'occurrence, les pièces de monnaie trouvées en abondance sur l'épave ont été des indices essentiels - en particulier les magnifiques et rares pièces portugaises frappées du portrait du roi Jean III. Ces pièces n'ont été frappées que pendant quelques années, de 1525 à 1538, après quoi elles ont été rappelées, fondues et n'ont jamais été réémises. La découverte d'un si grand nombre de pièces portugaises étincelantes sur l'épave indique clairement que le navire a navigué pendant cette période. De plus, la charge de lingots de cuivre suggère que le navire était en route vers l'Inde pour acheter des épices plutôt que sur le chemin du retour.

Bien que les archives complètes de la Casa da India aient disparu depuis longtemps, il en reste quelques bribes dans les bibliothèques et les archives qui ont survécu au tremblement de terre de 1755. Parmi ces documents figurent les Relações das Armadas, les « récits des flottes ». Une étude approfondie des récits les plus complets montre que 21 navires ont été perdus en route vers l'Inde entre 1525 et 1600. Un seul d'entre eux a sombré près de la Namibie : le Bom Jesus, qui a pris la mer en 1533 et s'est « perdu au tournant du cap de Bonne-Espérance. »

Une autre indication intrigante sur le Bom Jesus provient d'une lettre que Monteiro a dénichée dans les archives royales. Datée du 13 février 1533, elle révèle que le roi Jean III venait d'envoyer un chevalier à Séville pour récupérer 20 000 crusadoes d'or auprès d'un consortium d'hommes d'affaires qui avaient investi dans la flotte qui s'apprêtait à partir pour l'Inde, flotte dont faisait partie le Bom Jesus.

Les archéologues ont été déconcertés par l'énorme quantité de pièces espagnoles trouvées dans l'épave - environ 70 % des pièces d'or étaient des excelentes, ce qui était une cargaison assez inattendue pour un navire portugais. « Cette lettre contribuerait grandement à expliquer cela », dit Monteiro. « Les investisseurs espagnols, semble-t-il, avaient une participation inhabituellement importante dans la flotte de 1533. »

Un rare tome du 16e siècle appelé Memória das Armadas donne même un aperçu du Bom Jesus. Publié comme un volume commémoratif, il contient des illustrations de toutes les flottes qui ont navigué vers l'Inde chaque année depuis que Vasco de Gama a ouvert la voie en 1497. Parmi les images de 1533, on trouve une vignette représentant deux mâts gréés à pleine voile disparaissant dans les vagues et les mots Bom Jesus accompagnés d'une simple épitaphe : perdido - perdu.

Que s'est-il donc passé ? Il semble que quatre mois environ après son grand départ de Lisbonne, la première flotte de 1533 ait été surprise et dispersée par une énorme tempête. Les détails sont sommaires. Le récit du voyage du capitaine Dom João Pereira, commandant de la flotte, a été perdu. Tout ce qu'il reste, c'est l'accusé de réception du rapport par un greffier et la mention que le Bom Jesus a disparu par gros temps quelque part au large du cap. Il est facile d'imaginer ce qui aurait pu se passer ensuite : le navire, battu par les flots, a été pris dans les vents et les courants puissants qui soufflent le long de la côte sud-ouest de l'Afrique et a été entraîné vers le nord sur des centaines de kilomètres.

Alors que les broussailles du désert de Namibie, balayées par les vents, se profilent à l'horizon, le nau malheureux heurte un affleurement rocheux à environ 150 mètres du rivage. Le choc a brisé un gros morceau de la poupe, déversant des tonnes de lingots de cuivre dans la mer.

Les astrolabes des marins aidaient les explorateurs à calculer la latitude en mesurant l'angle du soleil et des étoiles familières au-dessus de l'horizon - lorsque le ciel était suffisamment dégagé pour permettre des observations.

PHOTOGRAPHIE DE Amy Toensing

Cinq siècles plus tard, en 2008 et 2009, nous nous trouvons sur un site d'archéologie maritime qui semble légèrement surréaliste. Un groupe de chercheurs portant des chapeaux et couverts de crème solaire fouillent un navire qui repose à six mètres sous le niveau de la mer, l'océan Atlantique étant retenu par un énorme mur de soutènement en terre qui fuit un peu à sa base. Des caméras de télévision, installées autour du périmètre du site, surveillent les mouvements de chacun, rappelant que malgré l'excitation de la découverte, il s'agit toujours d'une mine de diamants. Et une mine riche, où des diamants pourraient bien être mêlés aux sables que les archéologues sont en train de balayer.

« S'il n'y avait pas eu ces lingots de cuivre très lourds, il n'y aurait plus rien à trouver ici », a indiqué Bruno Werz, directeur de l'Institut d'archéologie maritime d'Afrique australe, qui a été appelé du Cap pour participer aux fouilles. « Cinq siècles de tempêtes et de vagues auraient tout emporté. »

Werz et une équipe de chercheurs se sont penchés sur l'épave, mesurant, photographiant, scannant le site millimètre par millimètre avec un scanner laser tridimensionnel. Ils ont essayé, entre autres, de reconstituer les derniers moments de détresse du navire, pour le moins dramatiques : les restes mutilés de la coque ainsi qu'un enchevêtrement de voiles, d'espars et de gréements, ballotés par la houle, dérivant vers le nord avec le courant et se brisant probablement au passage. Les mineurs ont trouvé un énorme bloc de gréement en bois 5 kilomètres plus loin sur la côte.

Et qu'en est-il des personnes qui se trouvaient à son bord, Dom Francisco et les autres ?

« Une tempête hivernale le long de cette côte, c'est vraiment quelque chose », avait alors déclaré Dieter Noli, archéologue résident de la mine, qui vivait et travaillait dans cette partie du désert du Namib depuis plus de dix ans. « Cela a dû secouer, avec des vents de plus de 128 kilomètres par heure et un énorme déferlement. Il aurait été pratiquement impossible d'atteindre le rivage. D'un autre côté, si la tempête s'était calmée et que le navire s'était échoué sur le rivage lors d'une de ces journées calmes et brumeuses que nous connaissons aussi par ici, cela ouvrirait toutes sortes de possibilités intéressantes. »

Cela a pu se produire. Bien que la découverte d'os d'orteils humains dans une chaussure coincée sous une masse de bois indique qu'au moins une personne n'a pas survécu, ce sont les seuls restes humains récupérés aux abords de l'épave. Et peu d'objets personnels ont été trouvés parmi les artefacts. Ces faits conduisent les archéologues à penser que, malgré la dislocation du navire le long de la ligne de déferlement, un grand nombre, sinon la plupart, des personnes qui se trouvaient à bord ont réussi à gagner la terre ferme.

Et ensuite ? C'est l'un des endroits les plus inhospitaliers sur Terre, un désert inhabité de sable et de broussailles s'étendant sur des centaines de kilomètres. C'était l'hiver. Les survivants avaient sans doute froid, étaient épuisés et désespérés. Ils n'avaient aucun espoir d'être secourus ou recherchés, car personne ne savait qu'ils étaient en vie, et encore moins où commencer les recherches. Aucun navire n'était susceptible de passer par là par hasard ; ils étaient loin des routes commerciales. Et pour ce qui est de rentrer au Portugal, l'équipage aurait tout aussi bien pu faire naufrage sur Mars.

Pourtant, selon Noli, les choses ne devaient pas nécessairement mal se terminer pour les naufragés. Le fleuve Orange se trouve à seulement 25 kilomètres au sud de l'épave, une source d'eau douce dont ils ont peut-être remarqué la floraison en dérivant près de son embouchure. Et la nourriture ne manquait pas : coquillages, œufs d'oiseaux marins et escargots du désert.

De plus, les Portugais auraient pu rencontrer les experts locaux en survie. L'hiver était la saison où les chasseurs-cueilleurs connus aujourd'hui sous le nom de Bushmen s'aventuraient au nord le long de cette côte dans l'espoir de trouver les carcasses des baleines franches australes qui s'échouent occasionnellement sur le rivage.

Selon Noli, c'était aux Portugais de décider de la manière dont ils se comporteraient lors de ces rencontres. « S'ils étaient dans l'état d'esprit d'échanger plutôt que d'essayer de prendre, il n'y a aucune raison de croire que tout le monde ne pouvait pas s'entendre. Les quelques petits groupes de chasseurs-cueilleurs le long de la rivière n'avaient aucune pression sur la population et les ressources, et donc aucune raison de se montrer agressifs envers les nouveaux arrivants. Au contraire, un dom portugais, grand et costaud, aurait pu être considéré comme un gendre idéal. »

Quel que soit leur sort final, les survivants du Bom Jesus ne se doutaient pas de l'ironie exquise avec laquelle leurs prières, prononcées il y a si longtemps à Lisbonne, venaient d'être exaucées. Ils avaient entrepris un grand voyage à la recherche de richesses, promettant autels et icônes en échange de leur succès. Ils étaient maintenant arrivés sur un rivage d'une richesse inimaginable, une étendue de désert de 300 kilomètres si riche en diamants de haute qualité qu'au début des années 1900, un explorateur nommé Ernst Reuning a parié sur le temps qu'il lui faudrait pour remplir une tasse en fer blanc avec des pierres précieuses trouvées dans le sable : moins de dix minutes.

Pendant longtemps, le grand fleuve a charrié des millions, voire des milliards de diamants provenant de gisements situés jusqu'à 2 735 kilomètres à l'intérieur des terres. Seules les pierres les plus dures, les plus brillantes, certaines pesant des centaines de carats, ont survécu au voyage. Elles se sont déversées dans l'Atlantique à l'embouchure du fleuve et ont été emportées le long de la côte, portées par le même courant froid qui, un jour, a emporté le Bom Jesus vers son triste sort.

Cet article a initialement paru en octobre 2009 en langue anglaise sur le site nationalgeographic.com. Il a été mis à jour par la rédaction française.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Histoire
L'expédition Franklin, histoire d'une aventure polaire maudite
Histoire
Plongez dans le New York des années 1600
Histoire
Ces neuf femmes guerrières ont changé le cours de l'Histoire
Histoire
La véritable histoire de Jésus : ce que révèle l'archéologie
Histoire
La difficile situation des musulmans et des chrétiens en Inde

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.