Le plus ancien temple du monde va être restauré

L'ancien site de Göbekli Tepe, en Turquie, a réécrit les prémices de l'histoire de la civilisation.

De Andrew Curry
Les temples circulaires du site de Gobekli Tepe ont transformé la manière dont les archéologues perçoivent les prémices de la civilisation.

Les monuments les plus anciens du monde pourraient bientôt être restaurés. Un nouveau projet vise à faire la promotion et à préserver Göbekli Tepe, berceau des structures de temples les plus anciennes jamais découvertes.

La Turquie espère encourager le tourisme sur le site, situé dans une région où le tourisme a considérablement souffert du conflit syrien à proximité et de la crise des réfugiés.

Depuis le début des fouilles en 1995, ce site du sud-est de la Turquie a transformé la façon dont les archéologues envisagent les débuts de la civilisation. Ses structures circulaires, ornées de pierres minutieusement sculptées, ainsi que ses piliers caractéristiques en forme de T ont plus de 12 000 ans, plus anciens encore que l'invention de l'agriculture ou de la poterie.

Les premières découvertes ont bouleversé l'idée selon laquelle l'agriculture aurait conduit à la civilisation. Les historiens ont longtemps pensé qu'au moment où les chasseurs-cueilleurs se sont sédentarisés et ont commencé à cultiver la terre, l'excès de nourriture qui s'en est suivi a permis l'organisation de sociétés complexes.

lancer le diaporama

Göbekli Tepe remet en cause ces idées reçues. Klaus Schmidt, un archéologue allemand qui a mené des fouilles sur le site, a avancé avant sa mort en 2014 que la chronologie aurait pu être inversée : l'importante main-d'œuvre nécessaire à la construction des enceintes aurait favorisé l'avènement de l'agriculture afin d'approvisionner les travailleurs en nourriture (et peut-être même en boissons). 

Lors du Forum économique mondial de 2016 à Davos, en Suisse, le groupe turc Doğuş a annoncé son intention de dépenser 15 millions de dollars au cours des 20 prochaines années sur le projet, en partenariat avec la National Geographic Society. « Göbekli Tepe représente notre point zéro dans le temps », a déclaré dans un communiqué de presse Ferit F. Şahenk, président du groupe Doğuş.

 

PREMIER SITE RELIGIEUX ?

De nouveaux éléments issus des excavations réalisées sur le site confirment l'argument de Klaus Schmidt, selon lequel ce sont les prémices de la civilisation qui auraient encouragé l'invention de l'agriculture. Au centre de chaque enceinte monumentale se trouvent deux grandes colonnes en forme de T, ornées de sculptures représentant des bras stylisés, des mains et des pagnes. La plus grande d'entre elles pèse plus de 16 tonnes. Leur sculpture et leur déplacement depuis une carrière avoisinante ont dû représenter un défi immense. Pour le relever, des centaines de personnes ainsi que des quantités suffisantes de nourriture pour nourrir toutes ces bouches ont certainement été nécessaires.

Les archéologues n'ont toutefois pas encore découvert de traces de colonie permanente à Göbekli Tepe. L'une des hypothèses récentes suggère que le site était un lieu de rassemblement à l'échelle régionale. Le site est perché sur un sommet extrêmement aride, avec une vue dominant les montagnes environnantes et les plaines situées au sud.

« À l'époque, les populations devaient se rencontrer régulièrement afin de renouveler leur patrimoine génétique et d'échanger des informations », explique Jens Notroff, un archéologue de l'Institut d'archéologie allemand qui travaille sur le site. « Il s'agit d'un point de repère. Ce n'est pas un hasard s'ils se sont réunis à cet endroit. »

Des versions plus petites des piliers, des symboles et de l'architecture sculptée dans la pierre de Göbekli Tepe ont été découvertes au sein de colonies situées jusqu'à 200 kilomètres plus loin. Göbekli Tepe ferait ainsi office de cathédrale, tandis que les églises locales ponctueraient la région. Les chasseurs-cueilleurs auraient parcouru de longues distances pour se retrouver, prier et aider à la construction de nouveaux monuments, tout en organisant des festins afin de faire étalage de leur richesse.

« L'explication la plus simple derrière ces festivités serait qu'elles attiraient la main d'œuvre pour la construction des enceintes », affirme l'archéologue.

En creusant plus profondément sous le sommet de la colline, les archéologues ont mis la main sur d'autres preuves de festins : après leur construction, les enceintes de pierre ont été remplies de terre, de pierres et d'ossements d'animaux. Au fil des siècles, de nouvelles structures ont été construites au-dessus du remblai, créant ainsi une butte façonnée par l'homme. Parmi ces débris se trouvent des dizaines de milliers d'os d'animaux brisés, notamment de gazelles et d'aurochs, un type de bœuf sauvage qui a désormais disparu. D'immenses navires de pierre ont aussi été découverts, suffisamment grands pour contenir plus de 150 litres de liquide ; l'ancêtre de notre bière, peut-être ?

 

BUS TOURISTIQUES ET RÉFUGIÉS

Ces nouveaux financements arrivent à un moment critique pour Göbekli Tepe. Tandis que le site a acquis une renommée internationale, il est devenu une véritable attraction touristique. Il y a encore moins d'une décennie, le sommet de la colline était accessible uniquement via un chemin de terre rudimentaire. Les rares visiteurs pouvaient même se voir accorder une visite des lieux par Klaus Schmidt en personne.

Aujourd'hui, il arrive que des bus touristiques déchargent des centaines de visiteurs par jour devant un centre d'information touristique et les agences de voyage turques font la promotion de visites du site de Göbekli Tepe. Une boutique de souvenirs et un parking ont vu le jour et le plus grand musée archéologique de Turquie a récemment ouvert ses portes dans la ville voisine d'Urfa.

Si les fouilles et la recherche menées sur le site sont financées par l'Institut d'archéologie allemand et par la Fondation allemande pour la recherche, les fonds du groupe Dogus (conglomérat turc qui rassemble des entreprises du monde du tourisme et des médias) serviront à la construction d'un nouveau centre et de toits protecteurs pour les structures qui ont d'ores et déjà été découvertes, ainsi que des sentiers et des clôtures afin de limiter les impacts du tourisme sur les anciennes structures.

« Cet incroyable partenariat entre la Şahenk Initiative et le ministère turc de la Culture et du Tourisme fera apparaître sous un nouveau jour le symbole historique que représente Göbekli Tepe, non seulement pour la Turquie mais pour le monde entier », a déclaré Terry Garcia, responsable de la science et des explorations auprès de la National Geographic Society.

Il s'agit là de bonnes nouvelles pour cette région qui en a désespérément besoin. L'instabilité de la situation en Syrie a réduit considérablement l'afflux de touristes vers le site, affirme Jens Notroff.

La ville d'Urfa se trouve à quelques kilomètres seulement de la frontière avec la Syrie et est un lieu de passage stratégique pour les réfugiés fuyant le conflit syrien. Lors de l'attaque de la ville syrienne de Kobani par l'organisation État Islamique en 2015, la fumée émanant des combats était visible depuis le site archéologique situé sur la montagne.

Lire la suite