Histoire

Léonard de Vinci pourrait être l'auteur de la Joconde nue

Précédemment considérée comme le travail d'un élève, la Joconde nue a été réexaminée par des experts.

De Christina Nunez

Un dessin au fusain connu sous le nom de "Joconde nue", longtemps attribué à un élève de Léonard de Vinci, pourrait être l'oeuvre du maître lui-même, d'après une récente expertise menée au Louvre.

La ressemblance entre le modèle du plus célèbre portrait du monde datant du 16e siècle et le modèle du nu, "Monna Vanna", est troublante. La seconde oeuvre fait partie depuis 1862 de la collection du musée Condé, situé à Chantilly, à 40 kilomètres au nord de Paris. Le demi-sourire énigmatique si familier est reconnaissable, tout comme la position des mains délicatement croisées.

D'autres similitude ont attiré l'attention des chercheurs, qui travaillent à l'organisation d'une exposition qui sera consacrée à Léonard de Vinci en 2019, pour marquer le 500e anniversaire de sa mort. Le dessin a été réalisé à la même période que le portrait de Mona Lisa, du vivant de Vinci, et le papier ayant servi de support a été fabriqué en Italie, comme l'a confirmé Mathieu Deldicque, Conservateur du patrimoine au Musée Condé.

Le Monna Vanna était depuis le 20e siècle attribué à l'un des élèves de Léonard de Vinci, Andrea Salai. D'aucuns préféraient la thèse selon laquelle il ne s'agissait là que d'une copie du dessin original réalisé par Léonard de Vinci lui-même.

Une nouvelle expertise menée par une équipe d'experts a permis une analyse plus approfondie du dessin, qui pourrait bien être l'oeuvre de l'élève, toutefois retouchée par le maître.

« Nous nous interrogeons sur la présence du touché de Léonard de Vinci sur ce dessin. Elle est possible mais nous n'avons pour l'instant pas de preuve formelle. » a expliqué Mathieu Deldicque à Artnet News

Les chercheurs prévoient un autre mois d'analyses avant de restituer le dessin au musée Condé. Quelles que soient leurs conclusions, il semble que le mystère restera entier derrière ce sourire énigmatique.

Lire la suite