L'épave retrouvée près d'Hawaï serait celle du capitaine de Moby Dick

La foudre a frappé deux fois le malheureux capitaine de baleiniers.

De Ker Than pour National Geographic
En 2008, 185 ans après que le navire de pêche à la baleine du Massachusetts Two Brothers s'est écrasé sur un récif hawaïen, son ancre rouillée est mesurée par des plongeurs.

Le Two Brothers a été commandé par George Pollard, Jr., dont l'autre navire baleinier, l'Essex, avait coulé en 1820 après avoir été frappé par un cachalot, un incident qui a inspiré le Moby-Dick d'Herman Melville.
En 2008, 185 ans après que le navire de pêche à la baleine du Massachusetts Two Brothers s'est écrasé sur un récif hawaïen, son ancre rouillée est mesurée par des plongeurs. Le Two Brothers a été commandé par George Pollard, Jr., dont l'autre navire baleinier, l'Essex, avait coulé en 1820 après avoir été frappé par un cachalot, un incident qui a inspiré le Moby-Dick d'Herman Melville.

Lié à Moby Dick et coulé par un homme qui (à contrecœur) a mangé son propre cousin, le baleinier Two Brothers a fait naufrage sur un récif reculé du Pacifique en 1823.

Les experts ont affirmé avoir trouvé des preuves tangibles du navire à 970 kilomètres d'Honolulu (carte) dès 2011. La découverte était la première d’un baleinier naufragé de Nantucket, dans le Massachusetts, berceau de l’industrie américaine de la chasse à la baleine.

À son apogée, des années 1820 aux années 1840, Nantucket abritait plusieurs dizaines de navires de chasse à la baleine. Ces géants des mers étaient chassés principalement pour leur graisse, réduite en huiles utilisées dans tout, des lampes aux parfums, en passant par les lubrifiants pour machines.

L’huile de baleine « était l’équivalent de notre commerce pétrolier actuel... La ressource était si précieuse qu’elle a conduit l’homme à chasser des espèces en voie d’extinction », explique Kelly Gleason, archéologue maritime à l’Office national océanique et atmosphérique (NOAA) et maritime et coordinateur du patrimoine à Papahanaumokuakea.

 

CAPITAINE DE BALEINIER AU LONG COURS

George Pollard, Jr. commandait le Two Brothers. Ce natif de Nantucket s'est distingué en commandant deux navires, qui se sont tous deux perdus dans l'immensité bleue. Le premier navire de Pollard, l'Essex, a coulé en 1820 après avoir été frappé par un cachalot, un incident qui a inspiré le Moby-Dick d'Herman Melville.

Après plus de trois mois de navigation sur de petites embarcations, l’équipage affamé de l’Essex a eu recours au cannibalisme. Avant d’être sauvé par un autre navire, Pollard a aidé à exécuter et à manger son cousin âgé de 18 ans, qui avait été tiré au sort.

En dépit de la tragédie de l'Essex, Pollard se voit offrir un autre poste de capitaine peu après. C'est ainsi qu'il prit le gouvernail du Two Brothers.

Au début du 19e siècle, les chasses à la baleine duraient souvent deux ans ou plus. Le Two Brothers quitta Nantucket en novembre 1821. En hiver 1822, le navire avait contourné la pointe de l’Amérique du Sud. L’équipage était en route vers des sites de chasse à la baleine récemment découverts près du Japon lorsque le drame s’est produit dans le nord-ouest d'Hawaï.

Avant de partir, Pollard rassurait ses interlocuteurs en leur assurant que « la foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit ». Pourtant, dans la nuit du 11 février 1823, le Two Brothers entra dans un récif peu profond et se brisa rapidement sous l'effet des fortes vagues.

L'équipage du navire a été sauvé, mais la carrière de Pollard en tant que capitaine de chasse à la baleine était terminée. À Nantucket, il était connu sous le nom de Jonas, l'homme qui porte malheur sur un navire. Pollard a été relégué à une carrière de veilleur de nuit, l'une des positions sociales les moins respectées de l'île.

Selon l'association historique de Nantucket, Herman Melville a rencontré Pollard de nombreuses années plus tard et a écrit à son sujet: « Pour les insulaires, c'était un homme sans prétention, même humble, que je rencontrais. »

 

LE HARPON TÉMOIN ?

L'épave du Two Brothers est restée hors de portée jusqu'en 2008, lorsque des archéologues marins participant à une expédition de l'Agence américaine d'observation océanique (la NOAA) dans le nord-ouest des îles hawaïennes ont découvert une grande ancre du début du 19e siècle reposant dans les eaux peu profondes du banc de sable de la Frégate française.

L’équipe a imaginé dès le début que l’épave pouvait bel et bien être celle du Two Brothersmais il leur a fallu attendre 2009 pour avoir des preuves tangibles, date à laquelle d’autres artefacts, dont la pointe d’un harpon de chasse à la baleine, ont été découverts sur le site.

Kelly Gleason, archéologue marine à l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), examine une jarre sur le site de l'épave du Two Brothers.
Kelly Gleason, archéologue marine à l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), examine une jarre sur le site de l'épave du Two Brothers.

« Un harpon utilisé pour la chasse à la baleine est un artefact fascinant à découvrir sur le site d'un naufrage, » explique Gleason, qui dirige l’étude archéologique du Two Brothers .

« Les harpons de chasse à la baleine ont beaucoup changé au cours du 19e siècle, vous pouvez donc associer un harpon de chasse à la baleine à une période et à un lieu d'origine spécifiques. »

En outre, « les forgerons auraient également gravé le nom d'un navire sur le harpon, car si une baleine harponnée s'éloignait, ils voulaient s'assurer que la personne qui l'attrapait ensuite savait que la baleine ne lui appartenait pas. »

« Trois baleiniers se sont égarés dans le banc de sable de la Frégate française : le Two Brothers, perdu en mer en 1823 ; le South Seaman, perdu en 1859 ; et le Daniel Wood, perdu en 1867 » indique Gleason.

« Le South Seaman et Daniel Wood se sont perdus beaucoup plus tard, et les navires de l’époque de la guerre civile auraient eu à leur bord des machines lourdes. L'épave échouée dans le banc de sable de la Frégate française est clairement un navire de Nantucket construit dans les années 1820 d'après les dizaines d'artefacts » mis au jour.

Parmi les artefacts mis au jour, on trouve des morceaux de céramique brisée qui auraient appartenu au capitaine Pollard lui-même. « Les céramiques découvertes sur le site du Two Brothers reflètent le type de vaisselle que vous pouviez trouver à la table des capitaines. Ce ne sont pas les plaques de l'équipage » estime Gleason.

Le site du naufrage d'un autre baleinier, The Pearl, est vu dans les atolls hawaïens en 2005. Au premier plan on distingue des pots en fer utilisés pour faire bouillir la graisse de baleine, semblables à ceux mis au jour sur le site du Two Brothers.
Le site du naufrage d'un autre baleinier, The Pearl, est vu dans les atolls hawaïens en 2005. Au premier plan on distingue des pots en fer utilisés pour faire bouillir la graisse de baleine, semblables à ceux mis au jour sur le site du Two Brothers.

D'autres artefacts dont des chaudrons de fer utilisés pour faire bouillir la graisse de baleine, et une petite meule, servant probablement à l'affûtage des outils, ont eux aussi été mis au jour.

« Les gens pensent souvent que les épaves ne sont fascinantes que si vous trouvez de l’or ou de l’argent, mais dans ce cas, c’est vraiment un bateau de travail, » explique Gleason. « Tous les artefacts que nous trouvons reflètent le fait que le Two Brothers était une véritable usine flottante. »

Très peu du bois du navire a été récupéré, mais cela n’est pas surprenant, car les eaux chaudes, les vagues agitées et les animaux marins de la région auront rapidement détérioré le bois.

 

D'AUTRES ARTEFACTS RESTENT À DÉCOUVRIR

Les artefacts récupérés sont actuellement en cours de restauration et seront éventuellement exposés au centre de découverte Mokupapapa de Papahanaumokuakea à Hilo, à Hawaii.

En attendant, Gleason déclare que l’équipe prévoit de continuer à étudier et à documenter le site de naufrage.

« Chaque fois que nous retournons à Papahanaumokuakea, nous découvrons quelque chose de nouveau », a-t-elle déclaré. « Il y a beaucoup d'artefacts associés à ce naufrage que nous n'avons pas encore trouvés. »

Ben Simons, conservateur en chef de la Nantucket Historical Association, s'est dit très enthousiaste après la découverte des restes du Two Brothers.

« Une grande partie de l'histoire de la chasse à la baleine est en train de somnoler dans les livres d'histoire et est dispersée dans les musées », indique Simons. « Mais cette découverte permet à l'histoire de prendre vie dans l'ère moderne. »

Lire la suite