Comment les fondations du plus grand temple taoïste chinois ont été mises au jour

Le grand palais de Shangqing a été réduit en cendres dans les années 1930. Huit décennies plus tard, les archéologues sont parvenus à mettre au jour ses fondations.

Pendant plus de 500 ans, le Grand Palais de Shangqing était un lieu de culte parmi les plus populaires du taoïsme, un des trois piliers de la pensée chinoise avec le confucianisme et le bouddhisme. C'est là que de nombreuses générations d'empereurs chinois allaient se recueillir.

Mais en 1930, le temple a été incendié et réduit en cendres. Après quoi, il était difficile pour les archéologues de situer géographiquement le lieu de culte avec exactitude. Après quatre années d'excavation et de fouilles, les fondations du palais ont pu être mises au jour. Elles sont situées au pied du mont Longhu, dans la province du Jiangxi, dans l'est de la Chine.

C'est la plus grande excavation jamais conduite sur un site taoïste chinois.

Pour parvenir à situer le temple avec exactitude, les archéologues de l'institut de recherches archéologiques de la province de Jiangxi ont dû mener leurs fouilles sur plus de 176 515 m². Ils sont finalement parvenus à excaver 4 645 m² des fondations du palais antique.

Les images prises sur le site montrent son impressionnante étendue. Les anciennes fondations de pierres sont les seules traces de cette splendeur passée, mais les archéologues prévoient de protéger le site et d'y organiser des expositions dans un but éducatif, pour raconter l'histoire et l'édification de ce temple.

Le Grand palais Shangqing a été construit durant la dynastie Song, qui a régné sur la Chine entre 960 et 1279. Il s'agissait du premier gouvernement au monde à émettre des billets de banque et le premier gouvernement chinois à se doter d'une marine militaire permanente. L'art et la culture étaient également soutenus et voulus par les empereurs de cette dynastie.

Au-delà de la confirmation de la localisation du temple, les archéologues ont mis au jour des artefacts de porcelaine, des poteries et des tuiles émaillées provenant de peintures anciennes.

« Nous avons désormais une idée claire des caractéristiques des activités taoïstes dans le temple et avons découvert la superposition de couches géologiques datant des dynasties Song, Yuan, Ming et Qing, et les styles architecturaux de ces périodes, » explique Xu Changqing, directeur de l'institut, dans une interview accordée au média chinois CCTV.

Bien que l'excavation même soit terminée, les archéologues vont continuer d'étudier ce site. Ils souhaiteraient en effet déterminer quand et sous quel climat culturel le temple a été construit.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite