Histoire

Nimrud, d'Agatha Christie à l'État Islamique

Autrefois capitale de l'Empire néo-assyrien, Nimrud a résisté à des milliers d'années de combats.

De A. R. Williams

Lorsque l'archéologue britannique Max Mallowan a mené des fouilles sur le site néo-assyrien de Nimrud, au nord de l'actuel Irak, il s'est fait aider d'une personne passionnée par le travail de détective : sa femme, Agatha Christie. Malgré sa carrière bien remplie, l'auteure de romans policiers a pris le temps, chaque hiver de 1949 à 1957, d'enregistrer et de photographier les artefacts révélés par les excavations de son mari.

Elle est d'ailleurs probablement à l'origine de la photographie en noir et blanc du relief en pierre ci-dessous. Cette œuvre, qui ornait autrefois le mur d'un palais, représente un prêtre célébrant une cérémonie devant un motif appelé « arbre de vie ». Quelque chose d'étrange apparaît cependant sur la photo : la partie supérieure de la tête du prêtre a visiblement été coupée. Si les pillards du 19e siècle sont de potentiels coupables, les soldats d'une armée d'envahisseurs de l'Antiquité peuvent l'être également.

La ville de Nimrud, plus connue sous le nom de Calah dans la Bible, est devenue la capitale de l'Empire néo-assyrien en 883 av. J.-C. sous le roi Ashurnasirpal II. À la fin du 7e siècle av. J.-C., l'empire s'est effondré et une coalition d'ennemis a pillé la ville. Le bas-relief représentant le prêtre a peut-être été volontairement endommagé lors de cette attaque. « Nous savons que de nombreuses choses ont été profanées au cours de ces pillages », explique Mark Altaweel, un expert de la Mésopotamie à la University College de Londres.

L'histoire s'est répétée en 2014 lorsque des combattants de l'État Islamique ont envahi Nimrud après s'être emparés de la ville voisine de Mossoul. Ils ont détruit les bâtiments que les Irakiens contemporains avaient restauré à l'aide de bulldozers, de masses et de bombes. Certaines choses ont toutefois survécu, comme cette partie d'un bas-relief en couleur ci-dessus. Comme pour celle photographiée par Agatha Christie, elle avait d'ores et déjà été restaurée. Sera-t-il possible de les reconstituer ? « La majorité du site a probablement été fracturée suite aux ondes de choc causées par les explosions ; ce qui signifie qu'une potentielle réparation est envisageable. »