Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces cartes russes sont tombées entre les mains de leurs ennemis

Les cartographes russes ont cartographié leur patrie avec un niveau de détail inégalé, ce qui conférait à ces cartes classées secret défense une valeur inestimable pour les nazis, l'armée américaine et la CIA.

Publication 9 nov. 2021, 16:39 CET
02-captured-soviet-maps

Plusieurs tampons, dont un tampon violet orné du Reichsadler (mot allemand, signifiant en français : « aigle impérial ») et d'une croix gammée, apparaissent sur cette carte militaire russe de la Biélorussie de 1936. Le texte russe en haut à droite indique que la carte n'était « pas sujette à divulgation ».

Photographie de  AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DE LA WELLS LIBRARY MAP COLLECTIONS, UNIVERSITÉ DE L'INDIANA, BLOOMINGTON, INDIANA

Les tampons qui ponctuent ces cartes militaires russes ont une histoire. Les insignes nationaux encore visibles indiquent que certaines de ces cartes secrètes ont été saisies pendant la Seconde Guerre mondiale par les nazis pour certaines, par l'armée américaine pour d'autres. Plusieurs cartes portent des cachets laissant penser qu'elles sont passées entre les mains de plusieurs agences militaires et de renseignement étrangères.

Ces cartes font partie d'une collection de 4 000 cartes militaires russes de l'université de l'Indiana. Elles ont été fabriquées entre 1883 et 1947, et n'ont jamais été destinées à être vues par des étrangers, explique Theresa Quill, bibliothécaire de cartes de l'université de l'Indiana. Beaucoup portent la mention  « СЕКРЕТНО » (SECRET) ou « НЕ ПОДЛЕЖИТ ОГЛАШЕНИЮ » (NON SUJET À LA DIVULGATION) dans la partie supérieure droite.

« Un certain nombre de cartes des années 1930 portent un cachet allemand avec une croix gammée, nous pensons donc qu'elles ont été trouvées sur le terrain par les troupes allemandes, puis saisies plus tard par les troupes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale », explique Quill. « Beaucoup portent également des tampons de l'agence cartographique militaire du département de la Défense des États-Unis ou de la CIA. »

Plusieurs tampons, dont un tampon violet orné du Reichsadler (mot allemand, signifiant en français : « aigle impérial ») et d'une croix gammée, apparaissent sur cette carte militaire russe de la Biélorussie de 1936. Le texte russe en haut à droite indique que la carte n'était « pas sujette à divulgation ».

Photographie de AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DE la WELLS LIBRARY MAP COLLECTIONS, Université de l'Indiana, BLOOMINGTON, INDIANA

Ces cartes auraient fourni de précieux renseignements militaires aux services secrets étrangers. Les cartographes militaires russes sont réputés pour leur compétence et leurs cartes de la Russie et de l'Europe de l'Est présentaient un niveau de détail et de précision inégalé.

Prenant des voies sans doute très différentes, des milliers de ces cartes se sont retrouvées à la Bibliothèque du Congrès américain, qui au fil des années a distribué des exemplaires aux cartothèques universitaires à travers le pays. « Toutes les cartes ne portent pas les mêmes tampons, donc c'est un peu comme reconstituer un puzzle » s'amuse Quill.

Cette carte de 1937 représente Stalingrad (aujourd'hui Volgograd) dans le sud-ouest de la Russie.

Photographie de AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DE la WELLS LIBRARY MAP COLLECTIONS, Université de l'Indiana, BLOOMINGTON, INDIANA

La plupart des cartes de la collection de l'université de l'Indiana couvrent la Pologne, la Biélorussie, l'Ukraine, les États baltes et des régions de l'ouest de la Russie. Un aperçu d'une région qui a subi d'énormes changements au cours de la première moitié du 20e siècle, une ressource précieuse à la fois pour les historiens et les cartographes. « Elles font toujours partie des cartes les plus détaillées et les plus fiables pour cette partie du monde, en particulier pour cette période. »

Ces cartes ont également été utilisées par des personnes essayant de retracer l'histoire de leur famille, en particulier lorsqu'elles ont des racines dans des endroits qui n'apparaissent pas sur les cartes modernes. « Tant de petits villages qui existaient avant la Seconde Guerre mondiale n'existent plus », indique Quill. De plus, pour des raisons qui restent mystérieuses, le site Web de l'université de l'Indiana a également été très visité par les membres d'un forum russe réunissant des chasseurs de trésors.

Gauche: Supérieur:

Le coin supérieur droit de la carte de Stalingrad porte la désignation russe « secret » (СЕКРЕТНО), ainsi que le cachet de l'US Army Map Service, l'agence cartographique militaire du département de la Défense des États-Unis de 1941 à 1968.

Droit: Fond:

Un gros plan de la carte précédente montre le niveau détail remarquable appliqué par les cartographes militaires russes.

Photographie de AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DE la WELLS LIBRARY MAP COLLECTIONS, Université de l'Indiana, BLOOMINGTON, INDIANA

Quill et sa collègue de l'université de l'Indiana, Michelle Dalmau, ont reçu une subvention pour numériser et cataloguer les cartes militaires russes afin de les rendre plus accessibles aux chercheurs.

Les tampons seuls ne racontent pas toute l'histoire de ces cartes. Dans la plupart des cas, il n'y a aucun moyen de savoir quand et où une carte donnée a été saisie. Il est impossible de savoir si une carte a été saisie dans le feu de l'action ou si elle se trouvait simplement dans un entrepôt qui a changé de mains à la fin de la guerre simplement en se basant sur les tampons qu'elle porte. Si seulement les cartes pouvaient parler...

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Histoire
Magellan a-t-il vraiment été le premier à faire le tour du monde ?
Histoire
Comment l’esclavage s'est développé aux États-Unis
Histoire
Qui a dénoncé Anne Frank ?
Histoire
Le Jérusalem de l’époque de Jésus se dévoile dans des cartes rares
Histoire
Cette carte utilisée par Christophe Colomb révèle ses secrets 500 ans plus tard

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.