Histoire

Pérou : le visage d'une reine huari reconstitué 1200 ans après sa mort

Des siècles après l'ensevelissement d'une reine huari au Pérou, les scientifiques sont parvenus à reconstruire son visage en 3D.

De Michael Greshko

Il y a 1 200 ans, une femme de haute noblesse âgée d'au moins 60 ans s'est éteinte au Pérou. Elle a eu pour dernière demeure un tombeau rempli de bijoux, de fioles, d'outils de tissage faits d'or. Plus de cinq ans après la découverte de la tombe, les scientifiques sont parvenus à reconstruire son visage à partir du crâne mis au jour en 2012.

« Quand j'ai vu les premières reconstructions, j'ai reconnu les traits de certains de mes amis indigènes, » explique le boursier National Geographic Miłosz Giersz, archéologue ayant co-découvert le tombeau. 

En 2012, Giersz et l'archéologue péruvien Roberto Pimentel Nita ont mis au jour le tombeau d'El Castillo de Huarmey. Le site sur les hauteurs était autrefois un temple dédié à la culture huari, qui a dominé la région des siècles avant celle des Incas, beaucoup plus connue à ce jour. La tombe - que les pilleurs avaient miraculeusement ignoré - contenait les restes de 58 personnes de haute noblesse, dont quatre reines et princesses.

« C'est l'une des découvertes les plus importantes de ces dernières années » expliquait Cecilia Pardo Grau, conservatrice du Musée d'Art de Lima dans une précédente interview accordée au magazine National Geographic.

Une de ces femmes inhumées, surnommée la reine d'Huarmey, a été ensevelie dans un faste inédit. Son corps a été retrouvé dans une chambre funéraire privative, entouré de bijoux et de produits luxueux, dont des boucles d'oreilles en or, une hache de cérémonie en cuivre et un gobelet en argent.

Qui était cette femme ? L'équipe de Giresz a examiné avec attention le squelette et a découvert que comme beaucoup de femmes de bien, la reine d'Huarmey avait passé la majeure partie de sa vie assise et avait beaucoup utilisé ses bras, vraisemblablement pour tisser.

Son expertise dans ce travail délicat lui a certainement valu son statut d'élite. Parmi les Huaris et les autres cultures andines de l'époque, les textiles valaient plus cher que l'or et l'argent, parce qu'ils nécessitaient beaucoup de temps pour être produits. Giersz indique que d'anciennes étoffes trouvées ailleurs au Pérou étaient le fruit du travail de deux à trois générations de tisseurs.

La reine Huarmey, en particulier, devait être vénérée pour son tissage : elle a été inhumée avec des outils de tissage faits d'or. Il lui manquait par ailleurs certaines dents, chose courante lorsque l'on boit beaucoup de chicha, boisson andine préparée à base de maïs, d'arachide, de manioc ou encore de riz, auxquels on ajoute des fruits. Seule l'élite huari était autorisée à en boire.

L'équipe de Giersz a aussi découvert un canal menant à la tombe de la reine d'Huarmey depuis d'autres chambres funéraires. Le passage aurait permis la préparation de cérémonies permettant de partager avec la défunte des offrandes, même après son ensevelissement. « Même après sa mort, les gens du commun venaient partager leur chicha avec elle, » raconte Giersz.

Mais à quoi pouvait bien ressembler cette femme d'importance ? Au printemps 2017, Giersz a consulté l'archéologue Oscar Nilsson, célèbre pour les reconstitutions faciales dont il est passé maître, pour ramener la reine d'Huarmey à la vie.

Oscar Nilsson a utilisé l'impression 3D du crâne comme base, avant de procéder à une reconstruction manuelle. Pour le guider, Nilsson s'est basé sur la reconstruction du crâne et sur les données lui permettant d'évaluer la densité des muscles et de la chair recouvrant les os. Il a également utilisé les photographies d'Andins indigènes vivant près d'El Castillo de Huarmey. Des examens chimiques ont pu confirmer que la reine d'Huarmey buvait de l'eau provenant de cette région, justifiant la comparaison voulue par Nilsson.

La reconstruction dans les moindres détails du visage très expressif de la défunte a pris à Nilsson 220 heures. Pour reconstituer sa chevelure - que le climat aride avait préservé - Nilsson a utilisé des vrais cheveux de femmes andines âgées, achetés sur des marchés péruviens. 

« La première étape était très scientifique, et graduellement le processus est devenu plus artistique, pour apporter une expression plus humaine ou une lueur dans le regard, » explique Nilsson. « Sinon, cela donne un faux air de mannequin de cire. »

La reconstruction sera présentée au public à partir du 14 décembre 2017 au National Ethnographic Museum de Varsovie, en Pologne.