« House of One » : un lieu de culte partagé entre chrétiens, juifs et musulmans à Berlin

La première pierre de la « House of One » ou « La Maison de l'Unité » sera posée le 27 mai prochain dans la capitale allemande. Cet édifice multi-religieux comprendra à la fois une synagogue, une mosquée et une église.

Publication 3 mars 2021 à 11:51 CET
La première pierre de The House of One sera posée le 27 mai prochain et les ...

La première pierre de The House of One sera posée le 27 mai prochain et les travaux devraient durer quatre ans. 

Photographie de Kuehn Malvezzi/House of One

« Cela fait 10 ans que nous travaillons ensemble pour réaliser ce projet de paix des religions » révèle Roland Stolte, théologien chrétien directeur de la Fondation House of One. Le 27 mai prochain, la première pierre de House of One sera posée sur les fondations.

Le projet est soutenu par un imam, Kadir Sanci, un pasteur, Gregor Hohberg, et un rabbin, Andreas Nachama, l’idée est que chaque croyant puisse pratiquer séparément tout en étant réuni. « Nous envisageons déjà des événements communs : prières de paix multi-religieuses, invitations mutuelles à des fêtes religieuses, visites d'écoles tri-religieuses ou encore des tables rondes » explique Roland Stolte. Une première en Europe à une telle échelle.

« Nous avons nous-mêmes été surpris de l'ampleur du soutien que nous avons reçu des quatre coins du monde » explique Roland Stolte. Dès 2014, le projet attire les curieux et rencontre un succès national puis international dans le cadre d'un appel à projets architecturaux.

À la tête de ce projet novateur, le trio berlinois Kuehn Malvezzi imagine un bâtiment « quatre-en-un ». L’édifice mêle une église rectangulaire, une synagogue hexagonale, une mosquée carrée et une salle de rencontre commune ouverte vers l'extérieur par de hautes fenêtres.

« Les fidèles seront séparés et en même temps reliés par un grand espace de réunion à travers lequel tout le monde doit passer pour se rendre dans l'un des lieux de culte. Le concept est basé sur l'idée de rencontre et non de mélange » détaille le théologien « nous avons appris ces dernières années que le processus de construction commun libérait un énorme potentiel de compréhension » poursuit-il.

Au centre de l'édifice, les fidèles des trois religions pourront se réunir et échanger dans une vaste salle de réunion. 

Photographie de Kuehn Malvezzi/House of One

La « House of One » se dressera sur les fondations de l’ancienne église Saint-Pierre à Petriplatz, dans le centre de la capitale allemande, là où tout a commencé. L'église avait été endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale puis démolie en 1964 sur décision des dirigeants de la République démocratique allemande. Une congrégation protestante locale, à laquelle appartenait autrefois l'église, a pu disposer du site. Les membres de cette congrégation ont rapidement décidé qu'ils ne voulaient pas reconstruire une église mais souhaitaient prendre en compte la réalité de la vie berlinoise, plus diverse, plus nuancée en termes de cultures et de religions... c’est ainsi qu’est née l’idée d'un lieu de culte réunissant trois religions.

Son nom, « House of One », ou « maison de l’unité », serait inspiré d’un discours prononcé par Martin Luther King alors qu’il recevait le prix Nobel de la paix en 1964. Dans son élocution, le pasteur afro-américain évoquait l’unique maison que forme le monde dans lequel les Hommes doivent apprendre à vivre ensemble. « La même année, peu de temps avant ce discours, Martin Luther King était également à Berlin-Est, non loin de Petriplatz, où la House of One est en cours de construction. Aujourd’hui nous lui rendons hommage en quelque sorte » explique Roland Stolte.

Comment la construction d'un tel édifice est-elle financée ? Lancée par trois petites congrégations berlinoises, la première étape de financement participatif a permis de récolter près de 10 millions d'euros. À ce jour, la fondation House of One estime que 47 millions d’euros seront nécessaires à la naissance du projet. Une grande partie de la construction est financée par des fonds publics. Le soutien de l'État de Berlin s’élève à 10 millions d'euros, le gouvernement fédéral a quant à lui attribué 20 millions d'euros à la fondation. Tous deux continuent de soutenir le projet à ce jour.

« Aujourd’hui, il nous manque près de 10 millions d’euros pour atteindre nos estimations, des personnes d'une soixantaine de pays ont fait des dons jusqu'à présent, devenant ainsi des co-constructeurs » précise Roland Stolte.

L’édifice mêle une église rectangulaire, une synagogue hexagonale, une mosquée carrée et une salle de rencontre commune

Photographie de Kuehn Malvezzi/House of One

Un projet qui pourrait inspirer d’autres communautés dans le monde. « Notre méthodologie est déjà suivie par plusieurs projets dans le monde et nous remarquons déjà son impact » affirme Roland Stolte.

À Bangui en République centrafricaine, à Tblisi en Géorgie et à Hafia en Israël, trois projets à visée multi-religieuse se développent pas à pas, pierre après pierre. « Ce sont des projets partenaires avec lesquels nous travaillons en étroite collaboration. Nous espérons apporter notre contribution à la paix et à la compréhension des mondes religieux » conclut Roland Stolte.

Les fidèles pourront franchir les portes de la Maison de l’Unité dès 2025.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.