Russie-Ukraine : les origines de la crise expliquées

Après des siècles de violences, de domination étrangère et de divisions internes, la situation de l’Ukraine, pays pris en tenaille entre l’Est et l’Ouest, est plus précaire que jamais. Retour sur les causes profondes de la crise.

De Eve Conant
Publication 21 févr. 2022, 13:56 CET, Mise à jour 24 févr. 2022, 14:24 CET
Violence Escalates As Kiev Protests Continue

En 2014, des violences meurtrières ont submergé Maïdan, la place de l’Indépendance, à Kiev, après que le gouvernement ukrainien, sous pression de Moscou, a enterré un accord visant à renforcer les liens du pays avec l’Union européenne. La Russie demeure aujourd’hui opposée à tout déplacement de l’Ukraine vers l’Occident et semble sur le point d’envahir son voisin.

PHOTOGRAPHIE DE Jeff J. Mitchell, Getty Images

Alors que l'invasion russe en Ukraine fait les gros titres des médias du monde entier, il peut être utile de revenir sur la longue et tortueuse histoire du contentieux qui oppose ces deux nations voisines et qui a préparé le terrain à la crise qui se déroule sous nos yeux.

Pour saisir l’héritage commun des deux pays dans toute son ampleur, il faut remonter dans le temps de plus d’un millénaire, lorsque Kiev, aujourd’hui capitale ukrainienne, était au centre du premier État slave : la Rus’ de Kiev, qui a donné naissance à l’Ukraine et la Russie en même temps. En l’an 988, Vladimir le Grand, prince païen de Novgorod et grand-prince de Kiev, se convertit au christianisme orthodoxe et se fait baptiser dans la ville criméenne de Chersonèse. Depuis lors, « Russes et Ukrainiens ne forment qu’un peuple, un tout uni », selon une déclaration récente de Vladimir Poutine.

Ce tableau du 19e siècle représente Vladimir le Grand, grand-prince de la Rus’ de Kiev (lieu de naissance à la fois de l’Ukraine et de la Russie), en train de choisir le christianisme orthodoxe comme nouvelle religion d’État en l’an 988.

PHOTOGRAPHIE DE REPRODUCTION AUTORISÉE PAR LE MUSÉE D’HISTOIRE DE LA RELIGION VIA BRIDGEMANN IMAGES

Pourtant, ces dix derniers siècles, les puissances concurrentes n’ont eu de cesse de morceler l’Ukraine. Au 13e siècle, des guerriers mongols venus d’orient prennent la Rus’ de Kiev. Au 16e siècle, les armées polonaise et lituanienne envahissent le pays par le flanc ouest. Au 17e siècle, la guerre entre la république des Deux Nations et le tsarat de Russie voit les territoires situés à l’est de la Dniepr passer sous contrôle impérial russe. L’est de l’Ukraine devient la « Rive gauche » ; et on appelle « Rive droite » les territoires se trouvant à l’ouest de la Dniepr et contrôlés par la Pologne.

Plus d’un siècle plus tard, en 1793, la Rive droite ukrainienne est annexée par l’Empire russe. Dans les années qui suivent on met en place la russification, un ensemble de mesures interdisant notamment l’utilisation et l’étude de la langue ukrainienne. On contraint également les habitants à se convertir à l’orthodoxie russe.

Mais c’est au 20e siècle que l’Ukraine va endurer un de ses traumatismes les plus graves. Après la révolution communiste de 1917, à l’instar d’autres pays, l’Ukraine connaît une guerre civile brutale avant d’être absorbée entièrement dans l’Union soviétique en 1922. Au début des années 1930, pour forcer les paysans à rejoindre les kolkhozes, Joseph Staline orchestre une famine qui aboutit à l’affamement et à la mort de millions d’Ukrainiens. Ensuite, Staline fait venir Russes et citoyens soviétiques en nombre pour repeupler l’est. Pour beaucoup, ils ne parlent pas ukrainien et n’ont pas vraiment de lien avec la région.

Dans les années 1930, la campagne brutale de collectivisation de l’agriculture menée par Joseph Staline a entraîné une famine généralisée et causé la mort de millions d’Ukrainiens. À la suite de cet Holomodor (littéralement « extermination par la faim »), on a fait venir des colons russes pour repeupler les campagnes ukrainiennes.

PHOTOGRAPHIE DE Ap

Cet héritage historique a ancré des divisions encore bien visibles aujourd’hui. L’est de l’Ukraine est très tôt passé sous le joug russe, tandis que l’ouest a été brinquebalé pendant des siècles entre les mains de puissances européennes comme la Pologne et l’Autriche-Hongrie. De ce fait, les habitants de l’est entretiennent des liens plus forts avec la Russie et ont tendance à soutenir des dirigeants pro-russes alors que l’ouest de l’Ukraine a tendance à soutenir des politiciens pro-Occident. L’est compte davantage de russophones et de pratiquants orthodoxes ; certaines régions de l’ouest sont davantage ukrainophones et catholiques.

Après l’effondrement de l’URSS en 1991, l’Ukraine a pris son indépendance. Mais l’union du pays s’est avérée difficile. « Le sentiment de nationalisme ukrainien n’est pas aussi ancré à l’est qu’à l’ouest », estime Steven Pifer, ancien ambassadeur américain en Ukraine. La transition vers la démocratie et le capitalisme a été douloureuse et chaotique, et il tardait à bon nombre d’Ukrainiens, surtout à l’est, de retrouver la stabilité relative des périodes passées.

Sur ce cliché pris en 1991 à Odessa, ville portuaire du sud de l’Ukraine située sur les bords de la mer Noire, des piétons passent devant un panneau vantant les thèmes de puissance et de justice chers à l’URSS. Cette année-là, l’URSS s’est effondrée et l’Ukraine a pris son indépendance.

PHOTOGRAPHIE DE Bertrand Desprez, Agence VU/Redux

« Après tous ces facteurs, la plus grande fracture réside dans le fait que certains voient l’ère impériale et soviétique d’un œil plus favorable que d’autres qui considèrent que c’est une tragédie », explique Adrian Karatnycky, spécialiste de l’Ukraine et ancien contributeur au think-tank Atlantic Council. Ces cicatrices ont été rouvertes lors de la révolution orange, en 2004, qui a vu des milliers d’Ukrainiens descendre dans la rue en faveur d’un rapprochement avec l’Union européenne notamment.

D’après Serhii Plokhii, professeur d’histoire à Harvard et directeur de l’Institut de recherches sur l’Ukraine, cette division est d’ailleurs visible sur les cartes écologiques du pays : d’un côté les steppes du sud et de l’est de l’Ukraine avec leurs terres arables, de l’autre les régions boisées du nord et de l’ouest. Selon lui, une de ces cartes représentant la démarcation entre steppes et forêts (une ligne diagonale courant d’est en ouest) « ressemble de manière frappante » au découpage politique lors des élections présidentielles ukrainiennes de 2004 et de 2010.

La Crimée a été occupée et annexée par la Russie en 2014. Peu après, un soulèvement séparatiste dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine, a vu naître, avec le soutien des Russes, les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk. Aujourd’hui, de nouveau, les troupes russes sont massées à la frontière ukrainienne, une des failles dont le parcours trace l’histoire tumultueuse de la région.

Une jeune danseuse de Kiev danse devant des rideaux bleus et jaunes (les couleurs du drapeau ukrainien). La plupart des Ukrainiens nés après 1991 (la génération dite « born free »), ont envie que leur pays s’extirpe du joug russe et rejoigne l’Union européenne et l’Occident.

PHOTOGRAPHIE DE Agnieszka Rayss, Redux

Des parties de cet article ont été rédigées en 2014, lors de l’invasion de la Crimée par la Russie. Il a été mis à jour pour rendre compte des événements récents.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Histoire
La guerre en Ukraine pourrait plonger le monde dans une pénurie alimentaire
Histoire
En Ukraine, le recours massif aux cocktails Molotov pour résister
Photographie
Guerre en Ukraine : les premières images
Histoire
Quelle est la définition exacte d'un génocide - et pourquoi est-ce si difficile à prouver ?
Histoire
2022 : les prémices d'une nouvelle Guerre froide ?

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.