Histoire

Une île perdue de la Grèce Antique a été retrouvée dans la mer Egée

Un groupe d'archéologues pense avoir retrouvé la ville de Canae, lieu d'une importante bataille opposant Athènes à Sparte pendant la guerre du Péloponnèse.

De Nick Romeo

Une équipe internationale d’archéologues et de géophysiciens pensent avoir retrouvé une île perdue dans la région orientale de la mer Egée qui abritait il y a bien longtemps la cité antique de Canae.

L’île, mentionnée par l’ancien historien grec Xénophon, est connue pour avoir été aux premières loges lors de la bataille navale des Arginuses en 406 avant J.-C. remportée par les Athéniens contre les Spartiates vers la fin de la guerre du Péloponnèse.

Les îles Arginuses, connues aujourd’hui sous le nom d’îles Garip, se trouvent à quelques centaines de mètres au large des côtes turques. Des sources historiques antiques font référence à trois îles Arginuses, mais l’emplacement de la troisième n’a jamais été vraiment certain.

Les chercheurs ont foré le sol et y ont trouvé la preuve géologique que ce qui est aujourd’hui une péninsule était autrefois une île. À un moment donné, avant la fin du Moyen-Âge, un pont terrestre s’est formé entre l’île et la côte. Une carte ottomane du 16e siècle montre que l’île était déjà devenue presqu’île à cette époque.

L’île aurait été reliée au continent par la formation de dépôts dans un chenal naturel étroit, probablement à la suite de tremblements de terre ou par l’érosion des champs agricoles du continent.

Les scientifiques prévoient de déterminer l’âge des différentes couches géologiques avec la datation au radiocarbone, ce qui leur permettra de mieux comprendre comment cela est arrivé, explique Felix Pirson, directeur de l’Institut allemand d’archéologie à Istanbul.

Les archéologues ont également retrouvé dans les environs les vestiges submergés d’un ancien port de l’époque hellénistique (323-31 avant J.-C.), autre indication que la péninsule était alors une île.

 

Une histoire tourmentée

Bien que de petite taille à l’époque antique, Canae se situait sur une route commerciale maritime stratégique reliant la mer Noire à la côte septentrionale de la Turquie, et possédait un grand port où les navires pouvaient s’abriter des tempêtes.

Des recherches antérieures avaient retrouvé des poteries sur l’île, indication des routes commerciales. Aujourd’hui, ce sont des micro-organismes natifs de la mer Noire, probablement apportés par des bateaux au port voisin d’Elée, qui en témoignent.

« L’archéologie classique est devenue bien plus complexe qu’il y a, disons, 20 ans », commente Pirson. « Nous pouvons aujourd’hui incorporer des techniques bien plus subtiles pour étudier les influences environnementales. »

 

Une bataille historique

La bataille des Arginuses fut une victoire douce-amère pour les Athéniens. Rapidement après la victoire contre les Spartiates, une tempête a rendu impossible le sauvetage des Athéniens dont les navires avaient été détruits. Une fois rentrés chez eux, les citoyens votèrent pour l’exécution des généraux victorieux ayant échoué à sauver leurs soldats.

« Cela a détruit le moral des commandants athéniens, avec comme conséquence une déroute l’année suivante », explique Barry Strauss, qui étudie l’histoire antique à la Cornell University.

La vengeance des Athéniens a finalement contribué à leur chute, reconnaît Paul Cartledge, de l’université de Cambridge. « La démocratie athénienne a réussi à transformer une victoire quasi-assurée en défaite, et tout cela à cause du jugement des huit amiraux qui avaient remporté la bataille, et de leur illégale condamnation à mort. »

Il est très peu probable que l’épave de l’un des navires de bois de la bataille des Arginuses refasse surface. Cela n’empêchera pas les recherches à venir d’essayer d’établir une chronologie à partir des carottes de forage extraites, puis de la combiner aux ressources historiques afin de mieux comprendre les réseaux maritimes de l’ensemble de la région.