Sur les traces d'Ibn Battuta

Deux siècles avant Magellan, l'explorateur marocain Ibn Battuta, d’abord simple pèlerin en partance pour la Mecque, a parcouru 120 000 kilomètres, nous offrant un aperçu exceptionnel du monde musulman du XIVe siècle. Thursday, November 15, 2018

De Romy Roynard, Rédactrice en chef web
Groupe d’hommes au bord du bassin aux ablutions de la medersa Ali Ben Youssef. Construite dès le XIVème siècle, la madrasa fut agrandie sous le règne des Saadiens pour devenir le plus grand collège islamique du Maghreb. Jusqu’à 900 étudiants y auraient vécu pour étudier la théologie et le droit. Aujourd’hui les décors somptueux de zelliges, de stuc et de bois attirent les touristes du monde entier.

120 000 kilomètres. C’est la distance parcourue en l’espace de vingt-neuf ans par l’explorateur Ibn Battuta, au XIVe siècle de notre ère. 120 000 kilomètres nécessaires pour permettre à ce voyageur d’origine berbère de relier du sud au nord Tombouctou à l’ancien territoire du Khanat bulgare de la Volga et, d’ouest en est, Tanger à l’Extrême-Orient.

Deux siècles avant Magellan, Ibn Battuta, d’abord simple pèlerin en partance pour la Mecque, a pu parcourir une grande partie du monde connu grâce à sa maîtrise de la langue arabe, à la place alors occupée par l’Islam et à l’essor du commerce dans le monde musulman.

De rencontres en hasards, sa route a fini par croiser celle d’Ibn Juzayy à Grenade. C’est à ce poète, historien et juriste de l'Al-Andalus qu’Ibn Battuta a narré ses voyages dans le recueil Tuḥfat an-Nuẓẓār fī Gharāʾib al-Amṣār wa ʿAjāʾib al-Asfār (littéralement « Un cadeau pour ceux qui contemplent les splendeurs des villes et les merveilles des voyages »). Si plusieurs historiens mettent en cause la fiabilité du récit mis en forme par Ibn Juzayy – Ibn Battuta n’a a priori jamais pris de notes lors de ses pérégrinations et plusieurs passages des Voyages sont empruntés à des manuscrits antérieurs – celui-ci est une exceptionnelle fenêtre sur le monde musulman, sur l’islam orthodoxe et sur les contrées récemment islamisées.

Portrait pluriel des mœurs de l’époque, les Voyages n’ont été connus que tard dans le monde non-musulman, au début du XIXe siècle. Récit d’aventures et de rencontres fortuites, il donne à voir – c’est là sa grande richesse – le monde musulman dans sa complexité et sa diversité.

 

MISE EN PERSPECTIVE

120 000 kilomètres. C’est la distance que parcourra le photo-reporter Yan Bighetti de Flogny, qui s’est lancé sur les traces d’Ibn Battuta pour raconter le monde musulman moderne. Trois ans pour traverser trente-huit pays, pour en cristalliser la beauté faite de lumières, de couleurs, de visages.

Directeur artistique et Photographe : Yan Bighetti de Flogny - Réalisateur : Damien Steck

 

Yan Bighetti a découvert les carnets de voyage de l’explorateur marocain il y a quelques années de cela, et les descriptions des paysages, des monuments, des lieux de prières, des Hommes qui composaient cette unique partition ont résonné en lui. Il nous emmène avec lui dans ce drôle de voyage, ce reportage au long cours au cœur des cultures d’Islam, du Maroc à la Chine, en suivant un itinéraire similaire à celui emprunté par Ibn Battuta lui-même au XIVe siècle. Le photographe a à cœur de nous montrer le monde tel que l’explorateur le percevait : tolérant, bienveillant et inspirant.

Ce message de paix et d’unité semble si dissonant de la représentation aujourd’hui faite du monde musulman, par trop souvent sujet de préjugés, qu’il paraissait important – si ce n'est nécessaire – de faire le portrait des hommes et des femmes qui le composent, d’ajouter leurs singularités à cette fresque géographique.

Ce projet est aujourd’hui porté par le Misk Art Institute, branche de la fondation MiSK, une organisation à but non lucratif dont la mission est de développer le savoir, la culture et l’éducation dans le but de participer à l’autonomisation de la jeunesse saoudienne ; par l’UNESCO, qui loue la promotion de la paix et de l’inter-culturalisme permise par ce long reportage ; enfin par National Geographic, dont la mission est depuis plus de 130 ans, par l’image et le récit, de diffuser le savoir et la connaissance et de construire des ponts entre les peuples.

Chaque mois, nous vous emmènerons dans les coulisses de ce long reportage, pour découvrir étape par étape, pays par pays, les visages du monde musulman actuel, tout en nuances et sensibilité.

 

« Sur les traces d'Ibn Battuta » est un projet d'exploration artistique porté par l’Association Al Safar en partenariat avec l’UNESCO et le Misk Art Institute. Le photographe et directeur artistique Yan Bighetti de Flogny et le réalisateur Damien Steck reconstituent le voyage légendaire de l'explorateur marocain du 14e siècle, Ibn Battuta, afin de témoigner en images de la diversité des cultures et des communautés d’Islam à travers 38 pays.

Le projet souhaite mettre à l'honneur la jeunesse, l'innovation et la création dans les pays traversés.

Retrouvez le projet sur FacebookInstagram et Twitter et sur les hashtags suivants : #IbnBattuta #AlSafar #FollowAlSafar

Directeur artistique et Photographe : Yan Bighetti de Flogny (Retrouvez-le sur Facebook)

Réalisateur : Damien Steck

 

Lire la suite