Le radiotéléscope d'Arecibo s'est effondré

La plateforme du radiotélescope d'Arecibo, construit en 1963, s'est effondrée le 1er décembre 2020, s'écrasant des centaines de mètres plus bas après avoir traversé l'antenne radio géante.

Publication 1 déc. 2020 à 17:02 CET
Photographie de Ricardo Arduengo, AFP via Getty Images

La plate-forme suspendue du radiotélescope d'Arecibo s'est effondrée un peu avant 8 heures du matin, heure locale, le 1er décembre 2020, tombant de plus de 135 mètres et s'écrasant à travers l'énorme parabole radio du télescope - une fin catastrophique que les scientifiques et les ingénieurs redoutaient après l'effondrement de plusieurs câbles soutenant la plate-forme ces derniers mois. Personne n'a été blessé lorsque la plate-forme de 900 tonnes a finalement été vaincue par la gravité.

Les photos de la scène montrent que les sommets des trois tours supportant la plate-forme ont également cédés. Le télescope lui-même a été détruit, bien que l'ampleur des dommages causés alentours n'ait pas encore été déterminée. Les gens à proximité ont rapporté que lorsque la plate-forme s'est effondrée, cela ressemblait au bruit d'une avalanche, un train ou un tremblement de terre.

« Nous pouvons confirmer que la plate-forme est tombée et qu'il n'y a aucun blessé. Nous publierons des détails supplémentaires au fur et à mesure qu'ils seront confirmés », déclare Robert Margutta de la National Science Foundation (NSF), en charge de l'installation.

Le télescope emblématique est dans un état précaire depuis le mois d'août, lorsqu'un câble auxiliaire supportant la plate-forme d'équipement a rompu et est tombé à travers l'antenne radio, laissant une entaille de 30 mètres de long dans ses panneaux réfléchissants. La situation est devenue encore plus préoccupante début novembre, lorsqu'un des principaux câbles supportant la plate-forme a rompu à son tour, annonçant une fin catastrophique pour ce radiotélescope. Les inspections ont révélé que d'autres câbles montraient des signes d'affaiblissement et de dégradation, et au cours des deux dernières semaines, les ingénieurs ont repéré des brins rompus et d'autres signes de danger imminent.

Le 19 novembre, la NSF a annoncé qu'elle avait décidé de mettre le radiotélescope hors service et qu'elle étudiait les différentes options pour mener à bien une démolition contrôlée de la structure devenue dangereuse. Cette décision a été prise après que les sociétés d'ingénierie ont évalué la structure et ont prédit que la plate-forme s'effondrerait dans un avenir proche si elle n'était pas réparée.

Avec le risque d'un effondrement imminent, les autorités ont estimé qu'il était trop risqué d'envoyer des ouvriers sur la plate-forme ou sur les tours pour tenter de les réparer.

« Enfant, cet observatoire m'a poussé à vouloir atteindre les étoiles... c'est un spectacle dévastateur et déchirant. L'observatoire continue encore aujourd'hui d'inspirer mon île », déclarait il y a peu le chercheur Edgard Rivera-Valentin de l'Institut lunaire et planétaire. Rivera-Valentin a tweeté aujourd'hui qu'il avait « le cœur brisé », qu'il était « triste, en deuil et en pleurs », suite à l'effondrement de l'observatoire.

La décision de la NSF de mettre le radiotélescope hors service n'a pas empêché les scientifiques et les Portoricains, pour qui le télescope a une valeur culturelle et scientifique, de déclarer leur soutien à l'observatoire. Pendant des décennies, l'installation a été une source de fierté et d'inspiration pour l'île, et elle a joué un rôle crucial pour prévenir les communautés locales en cas de catastrophes naturelles. 

Aujourd'hui, il ne reste de ce célèbre télescope que des pièces à ramasser - et, peut-être, un site sur lequel on pourra reconstruire un point d'observation.

Anne Virkki, qui dirige l'équipe de radar planétaire à l'observatoire, écrit dans un e-mail adressé à National Geographic : « Nous devons dès aujourd'hui commencer à faire campagne pour la reconstruction [d'un radiotélescope]. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite