Exploration : braver le danger au service du climat

Après avoir été mis en difficulté pendant des années par des conditions climatiques extrêmes, des chercheurs sont parvenus à extraire des carottes de sédiments dans un lac isolé du Svalbard.mercredi 7 mars 2018

De John Wendle
Une tempête se forme avec des vents très forts au large de la côte ouest du Svalbard. Ici, les glaciers coulent dans la mer. Les chercheurs ont navigué pendant deux jours sur la côte ouest.
National Geographic a produit ce contenu dans le cadre du partenariat avec Rolex, créé pour promouvoir l'exploration et la conservation. Les deux organisations unissent leurs efforts pour soutenir les explorateurs chevronnés, inspirer les explorateurs émergents et protéger les merveilles de notre planète.

Le bateau a surmonté la face bleu-foncé de la vague, puis s'est suspendu silencieusement dans l'air pendant un moment, avant de retomber avec fracas dans la mer. Le choc se répand à travers la coque en aluminium, amplifiant le bourdonnement vibrant du mât. Alors que le navire plongeait, les eaux de cobalt écumantes de l'océan Arctique se dressaient devant nous, éclipsant les pointes enneigées du Nordaustlandet, dans l'archipel norvégien du Svalbard. Propulsé par des vents à 72 kilomètres par heure, une autre vague de 6 mètres a emporté le voilier, faisant vaciller l'équipage des paléoclimatologues.

Après près de six heures, la tempête ne montrait toujours aucun signe d'affaiblissement. Mario Acquarone a effectué un virage dangereux à haute vitesse à travers des vagues serrées. 

La veille, sur cette côte inaccessible à 80 degrés au nord, l'équipe de scientifiques a prélevé des échantillons de sédiments d'un petit lac et d'un système de glaciers explorés. Ils espéraient que leur recherche produirait plusieurs millénaires de données sur les changements climatiques, si détaillées qu'elles fourniraient des données sur une décennie - une documentation du changement climatique pertinent à l'échelle d'une vie humaine - et les aideraient à prédire plus clairement les effets d'un avenir plus chaud.

Carte de l'expédition.

Pendant cinq ans, ils ont essayé d'atteindre le lac Ringgåsvatnet et le glacier Ahlmannfonna, mais à chaque fois ils ont été malmenés par des tempêtes épiques ou bloqués par la banquise. Cette fois, ils étaient impatients de revenir au campement de base et d'analyser leurs abondants prélèvements, mais il leur fallait d'abord survivre à la tempête.

« C'est de la science extrême », sourit Ray Bradley, le plus ancien et le plus expérimenté chercheur arctique de l'expédition, alors que le bateau jette l'ancre dans les limites plus sûres mais encore dangereuses de l'anse Innvika plus tard dans la journée. Après quinze heures de mer agitée, le directeur du Climate System Research Center de l'Université du Massachusetts à Amherst a finalement réussi à se préparer à manger. « Les gens oublient toujours quand ils voient un graphique sur un bout de papier [...] tous les efforts nécessaires pour l'obtenir », a-t-il dit. « Dans de nombreux endroits du monde, vous mettez votre vie en jeu pour obtenir ces données. »

Jostein Bakke de l'Université de Bergen pousse un appareil de carottage dans les eaux du lac Ringgåsvatnet, dans l'archipel du Svalbard. Le tube est entraîné dans la boue, le sable, le gravier jusqu'au fond du lac et utilisé pour extraire une carotte de sédiments produite par le glacier Ahlmannfonna.

L'expédition a été confrontée à de nombreux dangers pour collecter des données dans cet endroit reculé de l'Arctique norvégien - non seulement ils ont été les victimes de quatre tempêtes en neuf jours, mais la menace constante d'une attaque d'ours polaire, le risque de heurter un rocher ou un iceberg bas étaient omniprésents. Plus inquiétant, le risque de famine pesait sur les scientifiques si les vents capricieux se déplaçaient, poussant la glace polaire vers le sud en quelques heures et bloquant le bateau et son équipage dans un fjord trop éloigné pour le sauvetage par hélicoptère. Tout cela pour prélever de la boue.

Mais ce n'est pas que de la boue. « Ce que nous espérons, c'est que les sédiments trouvés au fond du lac nous donneront en substance un aperçu de la façon dont la calotte glaciaire a survécu - ou a grandi ou rétréci - au fil du temps. Nous essayons donc de situer l'état actuel de l'environnement dans un contexte à long terme », déclare Bradley, dont l'accent anglais a quasi disparu pour laisser place à un accent de la région de Boston. « Nous voulions venir ici pour avoir une indication de la façon dont le climat va changer dans les années à venir, compte tenu de la manière dont il a évolué par le passé. »

Les carottes de sédiments sont des « archives naturelles du changement environnemental passé », dit-il. « Ce que nous voulons faire, c'est pousser les portes de cette bibliothèque et découvrir l'histoire des sédiments. »

 

LE LAC DES SECRETS

Le lac Ringgåsvatnet revêtait une certaine importance car il s'agit d'un plan d'eau douce non gelé à l'extrême nord de la planète, réchauffé par la queue du Gulf Stream. Il est de plus alimenté par une seule calotte glaciaire et ses sédiments de fond n'ont pas été nettoyés par un glacier, de sorte qu'il a un signal historique clair. Le glacier d'Ahlmannfonna est important car il s'agit d'une petite calotte glaciaire et il est isolé, il est donc particulièrement sensible aux changements climatiques. L'étude des couches de sédiments glaciaires qui se sont déversés dans le lac révélera l'évolution du glacier et montrera ainsi comment le climat a changé.

Atteindre un tel point est dangereux, mais Bradley est habitué à prendre des risques. En 2005, il a été attaqué par les représentants Républicains du Congrès américain pour avoir présenté un graphique historique des changements climatiques. Le tableau montrait un climax dans les températures moyennes globales qui coïncidait avec le début de la révolution industrielle - preuve que les Hommes sont en grande partie responsables du réchauffement climatique.

« Ils ont décidé que la meilleure façon de mettre en doute la crédibilité du rapport du GIEC était d'attaquer les scientifiques, plutôt que la science », a déclaré Bradley. Pendant les « manigances politiques »,  comme les décrit Bradley, Joe Barton, représentant du Texas, a adressé une lettre ouverte à ses électeurs, écrivant avec dédain que la science était « un travail subsidiaire et de peu d'importance ».

L'équipe de scientifiques prépare le tube d'extraction pour procéder aux prélèvements de boue dans le Lac.

 

LES PRÉLÈVEMENTS

L'accalmie arrive enfin. Sur le lac, entassés sur une petite plate-forme, Bakke et son équipe norvégienne plongent l'un des longs tubes bruns à travers l'espace de forage et dans environ 25 mètres d'eau, l'abaissant jusqu'à toucher le fond du lac. Pendant les quatre heures qui suivent, ils remontent puis redescendent un lourd piston, enfonçant le tuyau verticalement dans la boue, le sable et le gravier du lit du lac. Extraire un échantillon de 1.5 mètres prend généralement quelques heures. « Ce n'est pas très sophistiqué, mais cela fonctionne », indique Bradley.

Les scientifiques, après avoir parcouru tout ce chemin et avoir surmonté tant de dangers, sont déterminés à tirer le plus d'échantillons possibles du lac. L'extraction dure six heures. Ils recueillent des sacs de sédiments et prélèvent des échantillons d'eau et des relevés GPS.

Après près de 12 heures d'efforts, l'équipe de forage extrait un long noyau et un noyau court, et l'équipe terrestre a terminé son exploration et ses mesures. Une fois de retour à la plage de gravier, les membres de l'expédition, fatigués, retournent sur le bateau.

Le bateau de l'équipe d'exploration jette l'ancre dans l'archipel de Svalbard, un jour d'accalmie.

Les scientifiques savent qu'ils ont deux jours et demi de plus en mer, quatre lacs, de nouveaux carottages devant eux. Bien qu'ils ne puissent pas prévoir la grande tempête qui les attend, ils savent tous que le danger et l'épuisement valent chaque moment d'exploration et de découverte. La valeur des données justifie le danger.

« Il y a certains aspects de la science où les gens doivent prendre des risques », explique Bradley. « En fin de compte, vous devez prendre ces risques si vous voulez accéder aux informations. »

 

Retrouvez le travail de John Wendle sur son site johnwendle.com, instagram.com/johnwendle et sur vimeo.com/johnwendle.

Lire la suite