Game of Thrones : les huskys victimes du succès des loups Stark

La série à succès s'est achevée il y a peu. Quel effet cela aura-t-il sur la demande croissante pour ces chiens-loups ?

Odin et Thor sont des inuits du Nord, une race issue d'un croisement entre les huskys ...
Odin et Thor sont des inuits du Nord, une race issue d'un croisement entre les huskys de Sibérie et les bergers allemands. Ils ont joué deux loups géants de Game of Thrones alors qu'ils étaient encore chiots. La rencontre avec ces deux chiens est l'un des points forts pour des milliers de touristes qui visitent les lieux de tournage de la série en Irlande du Nord, notamment Castle Ward (le château en arrière-plan) où sont tournées les scènes de Winterfell dans la série.
Photographie de Jeff Mauritzen

Dans la série médiévale-fantastique Game of Thrones, les animaux dépassent la simple figuration, ils occupent une place centrale et apparaissent à l'écran plus grands que nature, parfois intégralement créés en images de synthèse comme les prodigieux dragons et d'autre fois simplement augmentés par cette technologie comme les loups géants.

Les dragons sont, bien entendu, des créatures qui relèvent du mythe. Les loups en revanche, leur taille hors-norme et leur extraordinaire puissance, sont bien réels ou tout du moins, ils l'étaient. Il y a environ 300 000 ans, ils peuplaient les Amériques. Leurs fossiles sont disséminés à travers l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, des montagnes de Virginie aux grands boulevards de Las Vegas en passant par le Mexique et même la Bolivie.

Désigné scientifiquement par l'appellation Canis dirus, littéralement « loup sinistre », ces loups géants n'étaient en fait pas beaucoup plus gros que les loups gris actuels mais ils avaient un crâne plus massif et une mâchoire plus imposante à la puissance redoutable. Ils se nourrissaient probablement de grands mammifères, comme les bisons, et des restes de prédateurs comme le tigre à dents de sabre.

Dans Game of Thrones, ces loups disparus sont joués par un loup arctique et des chiens inuits du Nord, un croisement entre huskys et bergers allemands créé dans le but d'obtenir un animal ressemblant à un loup. Les acteurs animaux sont filmés sur fond vert, doublés en taille pour ressembler à un Canis dirus puis incrustés dans les scènes de la série où ils jouent le rôle de fidèles et féroces compagnons prêts à tout pour défendre la famille Stark.

Il n'est donc pas surprenant que ces chiens, ou des races similaires, fassent aujourd'hui l'objet de toutes les convoitises.

Prenons par exemple les huskys de Sibérie. Leur pelage hirsute alliant le gris et le blanc ainsi que leurs caractéristiques faciales en font de réels sosies des loups géants de la série.

« Les personnes qui passent devant les chiens que nous proposons à l'adoption les confondent souvent avec les loups géants, » rapporte Angelique Miller, présidente de NorSled, une organisation de sauvetage des huskys basée en Californie du nord.

Les huskys sont une race qui demande de gros efforts d'accompagnement. Ils ont un besoin naturel de courir de longues distances. Leur dressage n'est pas particulièrement facile et lorsqu'ils n'ont pas eu au moins deux heures d'exercice dans la journée, ils peuvent causer de réels dégâts. Pourtant, de plus en plus de personnes décident d'en adopter un sans s'être renseignées au préalable, ce qui conduit bien souvent à un choc des modes de vie : d'un côté les huskys sont frustrés par le manque d'exercice et de stimulation, de l'autre les maîtres ne comprennent pas pourquoi leur chien agit de la sorte. Au final, de nombreux huskys finissent par être abandonnés dans les refuges.

Dawn Eisele, responsable de la sensibilisation du public pour l'association d'élevage de huskys Siberian Husky Club of America, déclare que les éleveurs agréés par la SHCA doivent signer un code de déontologie qui les engage à informer les futurs acheteurs des besoins particuliers des huskys. L'association encourage les éleveurs à poser de nombreuses questions, nous informe-t-elle, pour déterminer si le mode de vie de l'acheteur est approprié à l'adoption d'un husky. Ces chiens sont sociables, loyaux, curieux et affectueux. Ils doivent être dressés et ne peuvent jamais être promenés sans laisse. Idéalement, ils conviennent aux familles attentives et très actives qui pourront leur procurer la dose d'activité quotidienne dont ils ont besoin pour s'épanouir.

« Dans neuf cas sur dix, nous tentons de dissuader les intéressés d'adopter cette race, » révèle Eisele.

Également au programme du code de déontologie de la SHCA : l'interdiction de vendre des chiens aux animaleries. Ces personnes n'ont qu'un seul objectif : le profit. La plupart du temps, ils ne réalisent pas d'examen de santé convenables, ils ne vérifient pas les moyens des futurs acheteurs pour subvenir aux besoins du chien et ils ne s'inquiètent pas non plus de l'éducation des clients vis-à-vis de ces besoins. Selon Eisele, ce sont ces magasins et les « éleveurs du dimanche » qui contribuent à la surabondance de huskys dans les refuges.

En effet, après une recherche rapide sur Facebook aux États-Unis comme en France, on trouve de nombreuses annonces et de multiples groupes de revente de chiots huskys, à des prix variés, venant en majorité de particuliers.

« Ceux qui décident d'adopter un husky en raison de la beauté de l'animal ne savent pas dans quoi ils s'engagent, » commente Barbara Swanda, vice-présidente de Delaware Valley Siberian Husky Rescue, une organisation à but non lucratif qui vient en aide aux huskys de plusieurs états du Moyen-Atlantic (une division géographique des États-Unis qui comprend les états de New York, du New Jersey et de Pennsylvanie). « Ils vont droit à la catastrophe .»

« Bien souvent, les propriétaires finissent par baisser les bras et abandonner leurs chiens dans les refuges, » ajoute-t-elle.

 

DES HUSKYS À PROFUSION

Les groupes de secours aux huskys de Sibérie aux États-Unis et au Royaume-Uni font état d'un nombre en perpétuelle augmentation depuis 2011 de huskys abandonnés en recherche de foyer. Une date qui correspond au lancement de la série Game of Thrones.

« Une caractéristique qui se dégage de ces chiens lorsqu'ils sont recueillis, c'est leur nom souvent tiré de la série Game of Thrones, » indique Swanda, en référence aux noms des loups géants de l'émission : Ghost (Fantôme dans la version française), Nymeria, Summer (Été dans la version française), Shaggydog (Broussaille dans la version française), Grey Wind (Vent gris dans la version française), et Lady.

Les Canis dirus : les loups de Game of Thrones ont-ils vraiment existé ?

Lorsque Angelique Miller a rejoint NorSled en 2009, le refuge de Californie du Nord, l'organisation était en mesure de tenir la cadence imposée par le nombre de huskys recueillis dans les refuges locaux. Mais depuis le lancement de Game of Thrones en 2011, le nombre de huskys à la charge de NorSled a doublé.

Et cela ne tient pas compte des nombreux appels téléphoniques et e-mails qu'elle reçoit chaque jour en provenance de personnes qui souhaitent « rendre » leurs chiens. « Nous ne pouvons même pas imaginer un instant tenir le rythme de la demande, » déclare-t-elle. « La situation est totalement hors de contrôle. »

C'est une tendance que l'on retrouve dans tous les refuges, aux États-Unis comme à l'étranger. Au Royaume-Uni, le plus grand groupe de secours aux chiens, Dogs Trust, indique qu'entre 2010 et 2018, le nombre de hyskys recueillis par leur centre a augmenté de 420 %. Dans un communiqué de presse, le groupe attribue cette dramatique augmentation à la popularité de la série Game of Thrones.

 

L'EFFET MÉDIATIQUE

Dan O’Neill est passionné par Game of Thrones. Vétérinaire et maître de conférences en épidémiologie des animaux domestiques au Royal Veterinary College de Londres, il s'est rendu avec sa famille sur les sites de tournage de la série en Irlande du Nord.

En bon fan inconditionnel de la série, il est lui aussi attiré par les loups géants des Stark. Mais il a déjà été témoin des conséquences de ces adoptions canines impulsives, largement dues à la médiatisation de ces célébrités animales.

Au cours de la dernière décennie, une tendance est apparue au Royaume-Uni : des publicités mettant en scène des chiens à face plate comme les bouledogues français ou les carlins, rapporte O'Neill. Selon les observations, cette tendance a entraîné une hausse des personnes adoptant ce type de chiens particulièrement sensibles à diverses maladies, comme des problèmes permanents au niveau des yeux ou de la peau ainsi que des maladies respiratoires chroniques. Aujourd'hui, ces chiens se retrouvent en grand nombre dans tous les refuges du Royaume-Uni.

« Cette situation est tout à fait semblable à celle des loups de Game of Thrones, » affirme-t-il, tout en faisant remarquer que la question de la demande en huskys liée à cette série est souvent abordée dans les conférences sur le bien-être animalier auxquelles il assiste.

Un achat et un élevage responsables « ont peu de chances de se produire avec une race concernée par une bulle médiatique, » commente-t-il. « Parce qu'ensuite, cette bulle finit par éclater. »

Il s'interroge sur l'avenir de la demande en huskys lorsque la série Game of Thrones s'achèvera dans quelques semaines. « L'attrait de la nouveauté n'existera plus, » dit-il. Les éleveurs qui essaient de suivre le rythme de la demande verront en fait cette demande se réduire. « Le problème est : qu'adviendra-t-il de tous ces chiens ? »

Lorsque vous adoptez un chien sans réfléchir, juste parce que vous l'avez vu à la télévision, poursuit-il, vous le traitez comme un accessoire. « Vous achetez l'image que vous vous êtes faite. »

Mais en réalité, ces animaux « sont des êtres vivants, des êtres sensibles qui pourraient devenir un membre à part entière s'ils étaient dans la bonne famille. » 

Si vous pensez être capable d'offrir à un husky un foyer chaleureux, Dawn Eisele du Siberian Husky Club of America préconise de rechercher un éleveur responsable et éthique. Barbara Swanda du refuge basé dans le Delaware aux États-Unis encourage les futurs acheteurs à se renseigner auprès d'un refuge afin d'offrir un nouveau foyer à un husky adulte abandonné.

Le plus important, c'est de mener vos propres recherches, tous les experts des huskys s'entendent sur ce point.

« Ce n'est pas un jeu, » conclut Swanda.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite