Photographie

''March for our lives'' - forte mobilisation contre les armes à feu à travers le monde

Mené par de jeunes adultes, le mouvement de protestation contre les armes à feu a donné lieu à des manifestations partout dans le monde samedi 24 mars. Lundi, 26 mars

De AUSTA SOMVICHIAN-CLAUSEN

« Aujourd'hui nous nous battons pour nos vies ».

Voilà l'appel lancé sur le site Internet de March For Our Lives à la suite de la manifestation de samedi dernier qui s'est tenue à Pennsylvania Avenue, à Washington D.C pour protester contre les armes à feu. Plusieurs milliers de personnes avaient fait le déplacement pour l'occasion. Ce mouvement de protestation ne s'est pas limité aux États-Unis : 846 manifestations ont été dénombrées dans le monde et l'une d'entre elles s'est même tenue en Antarctique.

Peu importe le pays ou la région, le même message a été repris par chaque manifestant : ça suffit. Que ce soit par des pancartes ou en s'exprimant sur scène sur le sujet, de nombreux participants ont exigé des lois de contrôle des armes à feu plus strictes. Ils ont notamment demandé l'interdiction de la vente d'armes de guerre et le renforcement des contrôles concernant les antécédents des porteurs d'armes.

 

DES JEUNES INVESTIS

Seulement 38 jours après la fusillade du Marjoy Stoneman Douglas High School à Parkland, en Floride, les étudiants survivants ont réussi à créer un mouvement national qui réclame une législation sur les armes à feu.

Bon nombre de ces étudiants ont pris la parole à Washington lors de la manifestation principale de March For Our Lifes. C'est le cas d'Emma Gonzalez, élève de terminale, qui a demandé aux personnes présentes de « se battre pour leur vie avant que quelqu'un d'autre ne s'en charge ».

La partie la plus émouvante du discours de la jeune femme fut certainement son silence : 6 minutes et 20 secondes, le temps nécessaire à Nikolas Cruz pour tuer 17 personnes et en blesser beaucoup d'autres à Parkland.

Âgée de 9 ans, Yolanda Renee King, la petite-fille de Martin Luther King Jr. et de Coretta Scott King, a fait une apparition surprise. Elle aussi à un rêve : « Je rêve que cette situation a trop duré », a-t-elle déclaré. « Ce monde devrait être libre d'armes. Un point c'est tout. »

Ces jeunes personnes déterminées n'étaient pas uniquement présents sur l'estrade. Des enfants et des adolescents de tous âges sont également venus au rassemblement. Une fillette en classe de CM1 s'est déplacée avec d'autres élèves de l'école élémentaire Francis Scott Key d'Arlington, en Virginie, et portait une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Nous sommes peut-être petits, mais nous comptons ! ».

Parmi la foule, des volontaires étaient aussi présents pour inscrire les manifestants sur les listes électorales. Des stickers collés sur les vestes et des pancartes affichaient le décompte jusqu'aux élections de mi-mandat, qui auront lieu le 6 novembre prochain. Elles seront l'occasion d'élire des membres du Congrès, des représentants locaux et de l'État qui sont en faveur de mesures de contrôle des armes à feu.

Lire la suite