Ce photographe chinois a disparu il y a plusieurs mois. Que lui est-il arrivé ?

Lu Guang couvrait avec audace des questions controversées telles que la pollution en Chine jusqu'à sa disparition.

Thursday, January 24, 2019,
De Nina Strochlic
Photographie De Lu Guang
Avant sa disparition, le photographe Lu Guang a largement documenté la pollution et les problèmes sociaux ...
Avant sa disparition, le photographe Lu Guang a largement documenté la pollution et les problèmes sociaux en Chine. Cette photographie montre l'usine sidérurgique de Tianjin, une entreprise très polluante qui affecte profondément la santé des habitants de la province du Hebei.
Photographie de LU GUANG, CONTACT PRESS IMAGES

Le photographe Lu Guang a passé près de 40 ans à documenter les effets de la destruction de l’environnement dans les régions rurales et industrielles chinoise. Et puis, en novembre dernier, il a disparu.

Lu, qui vit avec sa famille à New York, était retourné en Chine pour diriger un atelier de photographie fin octobre 2018. La région qu'il visitait, le Xinjiang, est le lieu de détention de centaines de milliers de prisonniers musulmans. Environ un mois et demi après sa disparition, la police chinoise a informé la famille de Lu qu'il avait été arrêté, comme son épouse l'a annoncé au New York Times.

Selon nos informations, quarante-sept journalistes étaient reportés emprisonnés en Chine fin 2018, comme le confirme Steven Butler, coordinateur du programme pour l'Asie du Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Les théories sur son arrestation sont nombreuses. Elles vont des craintes selon lesquelles Lu tentait de documenter les « camps de rééducation » de la région à un personnage clef qui en voulait toujours à Lu d'avoir rendu publique l'épidémie de sida en 2001. 

« Nous ne savons pas exactement pourquoi Lu Guang a été arrêté », a déclaré Butler. « Cependant, c'était un journaliste indépendant qui avait notamment documenté une dégradation de l'environnement que les autorités auraient pu trouver offensante. »

L'usine chimique de Wuhai produit du PVC, l'un des polymères plastiques les plus utilisés au monde. Les déchets toxiques créés au cours de ce processus sont déversés le long de la côte du fleuve Jaune, le deuxième plus grand fleuve d’Asie.
Photographie de Lu Guang, Contact Press Images

L'intérêt de Lu pour la photographie a commencé quand il était jeune ouvrier en Chine. Il a ensuite remporté des prix pour sa couverture des problèmes environnementaux et de l'épidémie de sida dans le pays. Il a déménagé à New York en 2005, sur invitation du Département d'État américain, mais a continué à se rendre en Chine pour son travail. 

En 2010, il a remporté une bourse photographique de la National Geographic Society pour étayer sa documentation sur les conséquences humaines de l'industrialisation de la Chine. Dans sa demande de bourse, Lu écrivait qu'il ne pensait pas que ses enquêtes étaient allées suffisamment loin pour mettre un terme à la pollution qui nuisait [et nuit toujours] aux citoyens chinois. Il a mentionné un garçon de 17 ans décédé des suites d'un cancer juste avant de recevoir sa lettre d'admission à l'université. « Ces histoires poignantes me frappent le cœur et me touchent profondément », écrivait-il.

« [Lu] n'a jamais hésité à aborder les sujets les plus difficiles et les plus importants de son pays, les questions de santé publique, les questions sociales et environnementales », explique Sarah Leen, directrice de la photographie chez National Geographic. « Son travail illumine les ténèbres. »

Robert Pledge, responsable de Contact Press Images, l'agence représentant Lu, a déclaré qu'il ne disposait d'aucune information supplémentaire sur sa localisation et que personne n'avait eu de ses nouvelles depuis l'arrestation.

Zhang Qiaoliang est décédée d'un cancer de la gorge un mois après que cette photo a été prise, probablement à cause de l'eau contaminée provenant d'usines situées en amont de l'endroit où le jeune couple vivait dans le comté de Xiping.
Photographie de Lu Guang, Contact Press Images

Pour Steven Butler du CPJ, difficile d'être optimiste quant à la détention d'un journaliste en Chine. « Les condamnations pour des accusations fallacieuses avec des preuves fragiles, puis des peines d'emprisonnement, parfois longues, parfois moins, sont monnaie courante », explique-t-il. « Ce qui arrivera à Lu sera finalement une décision politique, probablement prise par les autorités locales. »

Lire la suite