Photographie

Canon Explorer Series : une journée d'exploration photographique unique

Le 4 juin 2019, Canon, en partenariat avec National Geographic, organisait une journée exclusive Canon Explorer Series au départ de Paris pour des photographes amateurs et semi-professionnels tirés au sort.mercredi 17 juillet 2019

De Rédaction National Geographic France
Photo prise durant l'atelier "Photographie en mouvement".

Quel photographe, quel que soit son niveau de connaissances, ne rêverait pas, le temps d’une journée de passer d’un boîtier à un autre, d’un objectif flambant neuf à un téléobjectif qu’il caresse l’espoir de pouvoir faire sien un jour ? Tester ce matériel le temps de quelques heures pour se faire une meilleure idée des produits disponibles à la vente, est une sorte d’avant-goût qu’il est rare de se voir offrir.

C’est le cadeau qu’a fait Canon France à trente photographes semi-professionnels et professionnels sélectionnés après un appel à candidatures. D’âges et d’horizons différents, tous se sont retrouvés au début du mois de juin dernier pour participer à une journée exceptionnelle au château de Farcheville, dans l’Essonne, à environ quarante-cinq minutes de Paris, lieu tenu secret pour réserver aux photographes la surprise du cadre dans lequel ils allaient pouvoir évoluer.

Récemment restauré dans le respect des matériaux de construction d’origine, ce château français offrait un cadre idyllique aux participants, qui au fil des heures se sont promenés dans les remparts, ont poussé la porte de la chapelle du XIVe siècle pour s’essayer au clair-obscur avant de parcourir le parc où un spectacle équestre leur donnait l’occasion de tester leur capacité à saisir le mouvement. Un autre décor attendait également les photographes : un spa de construction plus récente que le propriétaire du domaine avait fait édifier pour sa bien-aimée. Comme dans un conte, les vapeurs d’eau laissaient deviner dès l’entrée la silhouette d’une sirène, dont la longue chevelure aux reflets dorés se reflétait dans l’eau. Une façon poétique de s’essayer à la photographie de portrait.

Canon Explorer Series : retour sur une journée d'exception
Canon Explorer Series : retour sur une journée d'exception

Chacun des ateliers photographiques était animé par un photographe de renom : Felicia SISCO, ambassadrice Canon, supervisait l’atelier basse-lumière dans lequel évoluait une comédienne parée d’atours du XVe siècle, Pascal MAITRE, ambassadeur Canon, prodiguait ses conseils pour immortaliser la gracieuse sirène quand Olivier CHOMIS accompagnait la séance en mouvement, invitant les participants à manipuler d’impressionnants objectifs et téléobjectifs.

Partout les photographes pouvaient se saisir de boîtiers reflex ou hybrides et des objectifs de la série L de Canon qui composent la gamme plein format de la marque, tels que les objectifs EF et RF, dédiés à l’EOS R et l’EOS RP. Destinés aux passionnés de photographie les plus exigeants, ces objectifs proposent des performances exceptionnelles pour réaliser des images de haute qualité. Si l’EOS 5D Mark IV et l’EOS 6D Mark II étaient connus de la plupart des photographes participants et pouvaient être testés respectivement à l’atelier mise au point conduit par Pascal Maitre et à l’atelier mouvement dirigé par Olivier Chomis, l’EOS RP, tout nouvel hybride de la marque doté d'un capteur de 26,2 millions de pixels, d'une vitesse de mise au point exceptionnelle, de l'enregistrement de vidéos 4K et d'une interface intuitive, attisait autant les curiosités que les impatiences. Une autre option donnée aux photographes était l’EOS R et son capteur plein format 30,3 millions de pixels offrant un niveau de détail impressionnant, des performances ISO et un autofocus CMOS Dual Pixel. Ces deux boitiers se prêtaient particulièrement bien à l’exercice de la photographie en basse lumière, dont l’atelier était mené par Félicia Sisco, ainsi qu’à l’atelier dédié à la photographie en mouvement.

Au-delà des conseils techniques, le programme proposait aux photographes de repenser la manière dont ils figeaient le temps, dont ils souhaitaient raconter des histoires, non pour eux seuls mais pour tous. Cristalliser une émotion, un instant fragile et par essence fugace, n’est-ce pas là après tout le but de tout conteur d’images ?

Après la prise de vue vint le temps de la mise en forme de l’image. Chaque participant avait à choisir parmi les centaines de photographies prises durant la journée celle qui répondait à cette promesse de l’instant volé, figé pour toujours. Assistés par les ambassadeurs Canon et les membres de l’équipe Canon, ils ont pu raconter leur propre histoire et celle qu’ils avaient souhaité narrer en se saisissant des objectifs qui leur étaient prêtés.

Le choix fait de l’image qui semblait à chacun la plus représentative de cette journée d’expérimentation, chaque participant a pu faire imprimer celle-ci sur une imprimante Canon imagePROGRAF PRO-1000, qui offre une qualité de rendu que peu d’entre eux avaient auparavant eu l’occasion d’expérimenter.

2019 - Portrait - Canon Explorer Series - Veilleuse de jour Boitier : Canon EOSR Objectif : RF50mm/f1,2 L USM ISO 640, 50mm, f1,2, 1/60

Le temps était venu pour le jury de professionnels, composé des deux photographes ambassadeurs Canon, du célèbre photographe Olivier CHOMIS, de la rédactrice en chef web de National Geographic France et des représentants de Canon France de choisir parmi ces tirages exposés sur des chevalets dans la grande salle de réception celui qui leur semblait digne de figurer dans les galeries photos de National Geographic.

National Geographic était en effet associé à cette journée exceptionnelle réunissant de nombreux jeunes talents désireux d’apprendre à raconter des histoires de la plus belle des manières, y compris dans les pages d’un des magazines les plus estimés en termes de photo-reportages, au fil desquelles s’étalent les extraordinaires aventures des explorateurs et les paysages des contrées les plus reculées.

Si plusieurs clichés se détachaient de la sélection, c’est celui de Guillaume Potier qui a su séduire tous les membres du jury. Celui qui avait découvert la photographie sur le vieux reflex argentique Canon de son père a commencé à immortaliser ses pérégrinations au Japon, en Corée du Sud et aux États-Unis avec un EOS 450D il y a de cela douze ans avant de passer en 2015 à l’EOS 6D et d’étoffer sa gamme d’objectifs.

lancer le diaporama

Oscillant entre la photographie de paysage et la photographie de portrait, il a choisi de soumettre au jury le portrait en basse lumière de l’expressive comédienne perdue dans le château, éclairée par la lumière naturelle et une simple bougie.

La perspective, séduisante et imparfaite, semble attirer l’œil du spectateur vers la lumière, le détournant un instant du sujet principal.

Prise avec l’EOS R, que Guillaume manipulait pour la première fois, et un objectif RF 50mm F1.2L USM, la photo paraît à la fois hors du temps et très moderne par le niveau de détails qu’elle offre au spectateur.

Chacun des participants s’est enfin vu offrir le grand tirage imprimé quelques heures plus tôt. Riches des rencontres faites avec les autres photographes, ravis d’avoir pu s’essayer à autant de nouveautés, ils ont quitté le château de Farcheville pour s’en retourner chez eux, ajoutant sans aucun doute les boîtiers et objectifs testés à leur liste de vœux.  

Canon Explorer Series : une journée d'exploration photographique unique
Pour vous abonner à la newsletter Canon Europe et en savoir plus sur les objectifs Canon de la série L qu'utilisent les plus grands photographes du monde, cliquez ici.

Ce contenu a été écrit et produit par notre sponsor. Il ne reflète pas nécessairement l'opinion de National Geographic et de son équipe de rédacteurs. 

Lire la suite