Photographie

Nos plus beaux portraits de femmes à travers le monde et les âges

Plongez dans les archives National Geographic et découvrez les plus beaux portraits de femmes à travers les âges.

De Michael Greshko
Photographie De Bill Bonner et Jessie Wender

En 1907, les frères Auguste et Louis Lumière concevaient la première forme de photographie en couleur commercialement viable. Leur procédé, appelé l’autochrome, reposait sur l’utilisation de plaques de verres enduites de millions de filtres microscopiques de couleur, chacun consistant -croyez-le ou non – en une couche de grains de fécule de pomme de terre teintée.

La fécule de pomme de terre transformait pour ainsi dire la plaque en un écran de verre teinté de points rouges, verts et bleus, qui filtrait la lumière du soleil sur une émulsion photosensible. Au plus près, les photographies obtenues ressemblaient à des formes constituées de points teintés de rouge, de bleu et de vert. Mais à distance, les yeux des observateurs se chargeaient de mélanger ces couleurs pour donner des tons plus doux, oniriques – l’autochrome ressemblait finalement à de la peinture en pointillés.

« C’est une des choses qui rendent les autochromes uniques par rapport aux photos modernes : leurs airs de magnifiques peintures », raconte Bill Bonner, archiviste en charge de la collection d’images de National Geographic.

Les photographes de l’époque se sont enthousiasmé pour les autochromes, comme le déclarait Edward Steichen en 1908 : « je ne dispose d’aucun appareil capable de me donner des couleurs d’une telle luminosité. »

Peu de publications ont produit d’aussi beaux effets que les clichés des photographes National Geographic qui utilisaient des autochromes. La première photo aux couleurs naturelles qui a été publiée dans le magazine était un autochrome montrant un jardin fleuri en Belgique, en 1914. Les archives de National Geographic conservent près de 15 000 plaques de verre d’autochromes ; il s’agit d’une des collections les plus importantes au monde.

Mais à la fin des années 1930, quasiment toutes les publications de l’époque, y compris National Geographic, ont choisi le Kodachrome comme standard de photographie couleur. Ses pellicules étaient devenues un support plus facile à utiliser. L’autochrome demandait aux photographes de transporter de lourdes valises remplies de plaques de verre bien fragiles. Quant aux pellicules Kodachrome, associées à un appareil 35 mm, elles étaient légères et simples à transporter.

Aujourd’hui, si la photographie numérique règne en maître, les autochromes conservés dans nos archives offrent un regard unique sur notre passé.

« Nous sommes tous tellement familiers des images en noir et blanc que nous avons tendance à penser que les photos des années 1900 étaient exclusivement en noir et blanc », déclare Adrian Coakley, éditeur photo chez National Geographic. « Avec les autochromes, il est possible de regarder ces images comme personne ne l’aurait imaginé. L’Histoire n’est pas qu’en noir et blanc. »

 

8 From the Archive est une sélection hebdomadaire tirée des archives de National Geographic et gérée par l’archiviste Bill Bonner et l’éditeur photo senior Jessie Wender.