Survivre à la terreur de Boko Haram

Boko Haram se traduit littéralement par « l’éducation occidentale est un péché ». C’est ainsi que se fait appeler la secte islamiste née au Nigeria en 2002, qui depuis fait régner la terreur dans les régions environnantes.

De Margot Hinry
Publication 24 mai 2022, 18:27 CEST
Les rescapées de Boko Haram
Les rescapées de Boko Haram
PHOTOGRAPHIE DE Bénédicte Kurzen

Le groupe terroriste djihadiste multiplie les enlèvements, massacres et crimes de guerre depuis plus de treize ans.

Une équipe de réalisateurs français de la société de production Factstory, filiale de l’AFP, s’est intéressée au quotidien des survivants de Boko Haram, en infiltrant une caméra occidentale au cœur de Bama, ville martyre. Les films documentaires Nigeria, survivre à Boko Haram et The Road to life témoignent du courage et de la résilience dont font preuve les civils sur place, forcés de se relever après que leurs vies ont été bouleversées. « Dans le nord-est du Nigeria, l'État de Borno est en proie, depuis plus de dix ans, à un conflit meurtrier entre l’armée et les rebelles islamistes de Boko Haram. »

Le conflit armé de ces rebelles salafistes a débuté en 2009, dans le nord du Nigeria, opposant les terroristes à l’État nigérian, au Cameroun, au Tchad et au Niger. D’après les chiffres et les rapports de plusieurs ONG, depuis le début des combats, Boko Haram aurait causé la mort de dizaines de milliers de personnes et forcé des centaines de milliers d'autres à se déplacer.

Les civils sont victimes d’attentats, kidnappings et assassinats. Les filles sont enlevées par milliers pour servir d’esclaves sexuelles, pendant que les hommes et les garçons sont formés à tuer. « À chaque fois qu’ils kidnappent des gens, ils le font de manière "utilitaire". En fait, les hommes c’est pour la bataille et les femmes pour la reproduction. Leur recrutement, c’est le lavage de cerveau des gens, le conditionnement et la drogue. Il y a des témoignages d’enfants et d’adultes qui disent qu’ils sont drogués avant de partir au combat » rapporte Moïse Gomis, l’un des réalisateurs des deux documentaires sur le sujet.

« Certains enfants sont utilisés par Boko Haram pour être des kamikazes. Ils doivent accomplir des missions suicides contre des militaires, dans des postes de police, dans des bus, dans des gares routières, des mosquées, des églises... C’est vraiment une stratégie pensée et organisée pour utiliser des enfants comme de la chair à canon » déplore le réalisateur.

En 2014, 274 écolières avaient été enlevées par Boko Haram dans la ville de Chibok, au nord-est du Nigeria. Le monde entier avait réagi à ce rapt de masse, notamment avec le hashtag #bringbackourgirls. À ce jour, plus d’une centaine de ces jeunes filles sont toujours portées disparues, potentiellement mariées de force, violées, devenues esclaves ou embrigadées par les rebelles islamistes.

En 2022, la secte s’est relativement étendue, les terroristes se sont fondus parmi les civils. « Ils agissent surtout dans la région du Borno, au nord-est du Nigeria. Ils sont également dans le nord du Cameroun et dans l’extrême est du Niger, dans la région du Diffa. L’influence se plaçait dans l’État du Yobe, au Nord du Nigeria, mais le cancer s’est répandu parce que c’est une zone poreuse avec des populations qui naviguent assez facilement. […] Toute la région du lac Tchad est fatalement contaminée. Quand une zone est touchée, on doit se réfugier ailleurs, c’est terrible » relève avec fatalité Moïse Gomis.

 

LA RECONSTRUCTION DES FAMILLES ET DES ENSEIGNANTS

« Les enseignants ont vraiment été des cibles majeures » confirme le réalisateur. Lors de la rencontre avec les populations sur place, l’équipe a fait connaissance avec des écoliers qui continuent d’aller à l’école, au sein de camps de réfugiés plus ou moins sécurisés. Sur place, les enseignants qui ont survécu se relèvent et se donnent « pour mission » de continuer à enseigner.

Après plusieurs menaces de fermeture de ces camps, prétextant une rébellion « quasiment éradiquée », l’armée a finalement fait fermer l’un des camps sur lesquels s’était tenu le tournage des documentaires.

Hauwa était sur le point d'accoucher lorsqu'elle a pris la décision de s'échapper du camp Boko Haram dans lequel elle était retenue prisonnière. "Si je restais là-bas, je mourrais", dit Hauwa. Elle a accouché pendant sa fuite vers la ville de Maiduguri. Son enfant n'a pas survécu au voyage.
PHOTOGRAPHIE DE Stéphanie Sinclair

Les enseignants ont d’abord été menacés avant d’être violemment massacrés, égorgés publiquement par les terroristes. Si leur but était d'éradiquer l’éducation occidentale, c'est l'effet inverse que l'on observe. Au contraire, « en essayant de casser l’école occidentale, ils ont créé une vague de déplacés qui ont dû se réfugier dans des camps. Ces gens-là, qu’ont-ils fait sur place ? Avant, ils étaient dans les champs à ramasser des oignons. Là, ils n’avaient plus d’oignons à ramasser, alors ils ont envoyé leurs enfants à l’école » explique Yann Ollivier, réalisateur de Nigeria, survivre à Boko Haram.

À Bama, les enfants continuent d’aller à l’école, même après avoir quitté les camps. « L’école publique n’a jamais eu autant de succès à Bama. De nouveaux enfants s’inscrivent tous les jours. On a vu des mères qui n’ont jamais été à l’école elles-mêmes, se battre pour que leurs enfants reçoivent une bonne éducation » témoigne Moïse Gomis. « Pour certains enfants, l’école, c’est la seule chance, le seul espoir d’une vie meilleure ».

Judith Rueff, réalisatrice de The road to life salue le courage d’une directrice d’école sur place, figure du documentaire. « Des femmes directrices, il n’y en a pas beaucoup là-bas. Les enseignants portent quelque chose d’énorme. »

Pour les survivants qui ont réussi à fuir la secte après avoir été embrigadés ou kidnappés, le retour au sein de leur famille est une grande épreuve. « Beaucoup de gens sont retournés dans leur communauté d’origine sans qu’il n’y ait eu un vrai accompagnement psychologique. Les gens sont traumatisés par les années de déplacements ; certains ont été en captivité pendant parfois plusieurs mois » explique Moïse Gomis.

« C’est une société où l’honneur a une grande importance. À partir du moment où l’on a été mariée de force à des terroristes, on est souillée » complète Yann Ollivier. Judith Rueff précise également que les personnes qui ont dû vivre au sein de la secte des djihadistes sont considérés comme « contaminées » par Boko Haram, « on leur a lavé le cerveau ». 

À cela s’ajoute la question « des enfants de Boko Haram ». Certaines femmes mariées de force à des responsables terroristes parviennent à s’échapper avec leurs enfants. De retour dans leur famille, elles sont souvent reniées. « Ces enfants ont du sang mêlé à celui de dangereux terroristes, ils peuvent même être considérés comme des membres de la famille des terroristes. »

Les enseignants prennent soin d’être à l’écoute de tous les élèves, filles comme garçons. La vulnérabilité et la frustration de certains enfants pourraient les mener à Boko Haram. Plusieurs jeunes garçons et jeunes adultes rejoignent également les mouvements terroristes par manque d’argent, d’après les réalisateurs. « C’est une guerre très compliquée avec des scénarios classiques d’attaques, contre-attaques, terrains minés, kidnappings, des routes avec des checkpoints faits par des terroristes qui portent des uniformes militaires, ou même de police ! Ils volent les uniformes, donc on se retrouve avec des insurgés mêlés à la population » déplore Moïse Gomis.

« Il y a une opération militaire en cours qui implique une force multinationale avec des militaires du Tchad, du Cameroun, du Nigeria, et du Bénin » explique le réalisateur, tout en précisant que cela ne change pas le fait que les traumatismes des populations sont importants. « Le problème, c’est qu’il ne se passe rien, il y a de l’argent, mais il n’y a pas les compétences pour accompagner et soigner les gens. Certaines personnes ont été en captivité, et on ne sait pas très bien quel rôle elles ont joué dans la secte. Ces personnes sont gardées dans des sortes de centres de détention de l’armée. D’autres sont libérées, on leur donne une somme d’argent, et elles retournent dans leur communauté. Dans les prochaines années, cela risque d’être très compliqué ».

Malgré les tirs d’artillerie et les opérations militaires en cours, le traumatisme et la menace constante, les populations réapprennent à vivre ensemble « comme elles le peuvent » concluent les réalisateurs. « Le combat, c’est de rester en vie, survivre ».

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Histoire
Guerre en Ukraine : faut-il craindre la menace nucléaire russe ?
Histoire
Visite de bunkers nucléaires édifiés pendant la Guerre froide en Pologne
Photographie
Guerre en Syrie : témoignages de lutte et d'espoir
Histoire
Guerre et racisme : le tri des migrants en provenance d'Ukraine
Histoire
Wounded Knee : 130 ans après, la vérité sur le massacre de centaines d'Amérindiens

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.