Un gigantesque fossile de lamantin préhistorique découvert en Russie

Les os de ce mammifère marin préhistorique apportent de nouvelles précisions sur cette espèce peu connue.Friday, November 24, 2017

De Elaina Zachos
Deux lamantins modernes photographiés à l'ouest de Palm Beach, en Floride.

Quand Maria Shitova a aperçu ce qui semblait être des poteaux blancs surgissant du sable, elle a d'abord pensé à des défenses. Son équipe de recherche n'a pas exhumé de simples défenses sur cette plage russe, mais un squelette quasi-complet d'un gigantesque rhytine de Steller dont l'espèce a aujourd'hui disparu. 

L'équipe n'a pas eu à creuser beaucoup : à peine 90 centimètres les séparaient de cet exceptionnel fossile de 5.18 mètres de long échoué sur les Îles Komandorski, en Russie, dans la réserve naturelle éponyme. Le spécimen de 10 tonnes est incomplet : le crâne et certains os manquent à l'appel, mais il possède toujours 45 vertèbres, 27 côtes et l'omoplate gauche. Le squelette très bien préservé sera mis à la disposition des visiteurs de la réserve naturelle.

« C'est le seul rhytine de Steller que nous avons mis au jour intact et in situ » explique Lorelei Crerar, professeur à l'université George Mason qui a publié un article sur les lamantins en 2014. « Il n'y a pas d'autre spécimen fossile de ce type connu à ce jour. »

En 1987, un spécimen de près de 3 mètres de long avait été découvert sur l'Île Béring, mais les différents os étaient éparpillés. The Guardian rapporte cette semaine que le Museum d'Histoire Naturelle finlandais a en sa possession les squelettes les plus complets reconstitués de rhytines de Steller au monde.

Aperçu du gigantesque fossile découvert en Russie.

Lorelei Crerar espère pouvoir excaver le crâne du lamantin sur le même site ou du moins dans la même région. Quand Georg Steller, l'explorateur allemand qui a découvert l'existence de ces créatures en 1741, est revenu de la deuxième expédition du Kamtchatka, il y a laissé une immense carcasse de rhytine. Lorelei Crerar estime que le spécimen récemment découvert pourrait être le même que celui que Steller avait laissé derrière lui.

Lointains cousins des gros mammifères aquatiques herbivores comme les dugongs et les lamantins modernes, les lamantins découverts par Steller mesuraient environ 6 mètres de long et nageaient entre la Russie et l'Alaska il y a 11 700 ans. Selon Steller, ils respiraient l'air en surface, étaient capables de nager et de marcher sur terre. En lieu et place de dents, les créatures à queue fourchue se nourrissaient d'algues de mer et de varech au moyen de leur lèvre supérieure faite de poils blancs et de kératine. Ils étaient monogames, sociaux et faisaient le deuil de leurs proches.

Ce dessin représente le lamantin aujourd'hui disparu, découvert par Steller.

« Quand une femelle était prise dans des filets de pêche, le mâle, après avoir essayé de l'en dégager de toutes ses forces, en vain, la suivait jusqu'à la rive, » décrivait l'explorateur en 1751. « Quand nous sommes revenus le jour suivant, au petit jour, pour découper la chair de l'animal, nous avons vu que le mâle attendait toujours son retour non loin de nous.»

Cette espèce comptait 2000 spécimens dans l'océan Arctique puis a progressivement diminué avant de s'éteindre en 1768, 27 ans après que l'homme a découvert ces géants marins. En plus d'étudier l'espèce, Steller et son équipe chassaient ces animaux, et en ont tué entre 10 et 20 pour se nourrir, comme le rapporte Crerar. D'après leurs écrits, ces gentils géants avaient un goût d'huile d'amande et un spécimen pouvait nourrir 33 personnes pendant près d'un mois.

« Nous espérons pouvoir en découvrir davantage grâce à ces nouvelles découvertes, » conclue-t-elle. « Cette espèce a disparu en très peu de temps et il est important de connaître les causes de cette extinction. »

Lire la suite