Voici à quoi pourraient ressembler nos villes en 2121

Un professeur a imaginé un monde éco-responsable où les choses auraient changé pour le mieux.

Photographie de Illustration de ALAN MARSHALL ET GIUSEPPE PARISI

Nous sommes en 2121. À Phnom Penh, des maisons sur pilotis surplombent des fermes urbaines alimentées par le Mékong. Le brouillard a disparu à Athènes après que les voitures en aient été bannies ; et les Tokyoïtes vivent dans des maisons anti-nucléaires. À Greenville, en Caroline du Sud, des maisons autonomes fonctionnent à l'énergie solaire tandis que l'eau est filtrée par le toit.

Ces villes utopiques sont le fruit de l'imagination d'Alan Marshall, professeur en sciences environnementales et sociales à l'université Mahidol en Thaïlande. Avec l'aide d'étudiants du monde entier, Marshall a imaginé ce que deviendraient les villes qui sauraient s'adapter aux menaces environnementales de notre siècle et du siècle à venir. Il a rassemblé toutes ces visions dans le livre Ecotopia 2121 et l'a publié 500 ans après que Thomas More a écrit sa vision d'un monde parfait dans son livre L'utopie. « Ce qui compte vraiment dans la démarche utopique, c'est que les choses changent pour le mieux, » explique Alan Marshall.

Dans cette conception futuriste d'Accra, capitale du Ghana, des inondations urbaines majeures ont fait de graves dégâts. Dans les forêts avoisinantes, la population a construit des cabanes dans les arbres pour vivre au-dessus des terres dévastées par le déluge.
Photographie de Illustration de ALAN MARSHALL

Le projet Ecotopia est né de l'inquiétude d'Alan Marshall liée aux tremblements de terre qui menacent Wellington, sa ville en Nouvelle-Zélande. Il a alors réalisé que les hypothèses qui anticipaient des désastres écologiques remettaient en cause la survie de sa ville. Il s'est donc demandé à quoi ressemblerait sa ville si la population adoptait des maisons de hobbits plutôt que de construire des immeubles tout en hauteur. « Nous utilisons la fiction pour modifier la façon dont pensent les gens » dit Marshall, qui a imaginé des paysages urbains qui mêleraient un développement durable rustique et des architectures futuristes.

Des ballons à hydrogène suspendent les habitants de Singapour au-dessus de la mer. Cette ville façon "station spatiale" a son propre écosystème qui recycle l'air et l'eau et cultive sa propre nourriture.
Photographie de Illustration de ALAN MARSHALL

Après des années à penser des solutions, Marshall se révèle confiant sur la capacité de la société à éviter un futur dystopique. 

Cependant, il étudiera également les pires scénarios dans son prochain projet : Frankencities. « Si nous ne rectifions pas le tir, c'est ce qui arrivera à nos villes : elles deviendront invivables, » explique Marshall. « C'est effrayant mais ce n'est pas gravé dans le marbre. »

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.