Découverte d'un poisson-lézard préhistorique

La découverte de ce poisson préhistorique pourrait aider les scientifiques à prédire la manière dont l'écosystème marin va s'adapter au changement climatique.

Monday, February 5, 2018,
De Elaina Zachos
Reconstitution artistique du fossile dans son environnement naturel, entouré d'autres créatures comme les ammonites.
Reconstitution artistique du fossile dans son environnement naturel, entouré d'autres créatures comme les ammonites.
Photographie de Courtesy Oksana Vernygora

Il y a environ trois ans, un garçon de 10 ans aussi espiègle que curieux visitait un monastère colombien quand il a aperçu au sol quelque chose de bien étrange.

Sa découverte avait des airs d'une dalle en forme de poisson. Il la prend en photo et quelques jours plus tard montre cette image au centre de recherches paléontologiques non loin de là, où les scientifiques peuvent déterminer avec certitude qu'il s'agit là d'un fossile. Ils en informent leurs collègues de l'université d'Alberta qui, grâce à une analyse plus poussée de l'image, affirment que le jeune garçon a fait la découverte d'un ancien groupe de poissons, qui n'avait encore jamais été enregistrée dans les Amériques.

« La région tropicale était un bassin foisonnant de créatures diverses, » explique Oksana Vernygora, le doctorant qui conduit cette étude. « Il nous faut aller là-bas pour explorer plus avant. »

Les deux faces du fossile récemment découvert. Le spécimen a été préservé dans ce qui avait été utilisé comme une dalle dans le monastère colombien.
Photographie de Courtesy Oksana Vernygora

Les découvertes ont été publiées dans le Journal of Systematic Palaeontology le 31 janvier dernier.

 

LES SENTIERS DE LA DÉCOUVERTE

Situé non loin de Ráquira, en Colombie, le Monastère de La Candelaria est à une heure de voiture de la ville principale. Le complexe date du 17e siècle et est composé d'une chapelle, d'un petit musée, d'une cour pavée et d'une cave dans laquelle vivaient les Augustins qui ont fondé ce monastère.

Il y a environ deux décennies, les Augustins ont commencé la construction du monastère avec des pierres provenant d'une petite carrière andine à Boyacá, à une demi-heure de route de là. La carrière avait été ouverte spécifiquement pour des projets de construction de ce type, et a fermé juste après l'extraction de ces pierres. Les chercheurs de l'université d'Alberta ont pu retracer l'acheminement des pierres jusqu'à la carrière.

« Nous n'avions jusqu'alors pas connaissance de cette carrière, » indique le co-auteur de l'étude, Javier Luque

 

UN POISSON LÉZARD

L'espèce de poisson découverte a pour nom Candelarihynchus padillai, dérivé du nom du monastère où il a été découvert et du mot grec pour « nez ». Cette sorte de « poisson-lézard » était fin, doté d'une longue mâchoire et mesurait environ 40 centimètres de long. Le poisson remontait sans doute les eaux sud-américaines il y a 90 millions d'années pendant le Crétacé supérieur, se nourrissant de petits organismes comme les crustacés, les larves et les mollusques.

Ce poisson n'a pas d'équivalent moderne, mais il aurait pu migrer sur de longues distances et ressembler (de loin) à un barracuda moderne.

C'est le premier fossile de ce type jamais découvert en Amérique du Sud, et il est presque parfaitement intact. Étant donné qu'il est en deux dimensions, le fossile a dû être préservé pendant des années, alors même que les visiteurs empruntaient le chemin dans lequel il avait été posé. 

Cette découverte apporte un éclairage nouveau sur la propagation de ces poissons dans les océans et leur adaptation aux changements climatiques, ce qui pourrait être très utile pour prévoir la manière dont l'écosystème marin actuel s'adaptera à la montée des températures.

« Nous couvrons une nouvelle diversité tropicale, » se réjouit Vernygora.

 

LA RECONNAISSANCE DU JEUNE GARÇON

Malheureusement les chercheurs ont perdu de vue le garçon à l'origine de cette découverte. Ils ont son nom et son adresse email mais n'ont pas eu de nouvelles de lui récemment. Ils espèrent que la publication de l'étude le poussera à se manifester pour qu'ils puissent reconnaître son apport scientifique.

« Ce sera un plaisir et un honneur de lui donner une copie de l'article et de le remercier en personne pour cette grande découverte qu'il nous a permis de faire, » nous dit Luque. « Parfois il suffit d'être un peu curieux pour faire de grandes découvertes. »

Maintenant que cette ancienne espèce de poissons a été découverte, quelle est la prochaine étape ?

« Nous allons nous rendre dans cette région et continuer notre exploration, » conclue Vernygora. « Il reste encore tant de choses à explorer. »

Lire la suite