Sciences

L'astrophysicien Stephen Hawking est mort à l'âge de 76 ans

La popularité de Stephen Hawking avait pour corollaires son extraordinaire intelligence et sa capacité à vulgariser des concepts théoriques complexes. Mercredi, 14 mars

De Andrea Stone

Note de la rédaction : Cet article sera mis à jour au fur et à mesure que des informations complémentaires nous parviendront.

Stephen Hawking, astrophysicien théoricien qui est parvenu à trouver un lien entre la gravité et la mécanique quantique, et qui a déclaré que les trous noirs n'étaient pas vraiment noirs, est mort cette nuit, à l'âge de 76 ans. La nouvelle a été confirmée par un porte-parole de la famille du scientifique au Guardian et à Associated Press.

« C'était un grand scientifique et un homme extraordinaire dont le travail et l'héritage continueront d'influencer la communauté scientifique pendant de nombreuses années », ont déclaré les enfants de Stephen Hawking, Lucy, Robert et Tim, dans un communiqué : « Son courage et sa persévérance ont inspiré le monde entier ».

« Il a dit un jour : « L'univers ne serait pas grand chose s'il n'abritait pas les personnes que nous aimons. » Il nous manquera pour toujours ». 

Hawking avait 76 ans, soit 50 ans de plus que l'âge que les médecins qui en 1963 ont posé le diagnostique de sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Lou Gehrig, n'auraient pu le prédire.

« Peu, s'il en est, ont fait plus pour approfondir notre connaissance de la gravité, de l'espace et du temps », a déclaré l'astrophysicien britannique Martin Rees. Il se souvient d'un jeune homme qui avait du mal à se tenir debout et qui parlait avec beaucoup de difficulté. Personne ne s'attendait à ce qu'il vive suffisamment longtemps pour obtenir son doctorat.

Bien que sa maladie dégénérative l'ait progressivement handicapé et l'ait privé de parole, Hawking a fait plus que survivre. Il est devenu « sans doute le scientifique le plus célèbre du monde », a déclaré Rees, « acclamé pour ses brillantes recherches, pour ses livres [sur l'espace, le temps et le cosmos], et surtout pour son triomphe sur l'adversité. »

En collaboration avec le physicien mathématicien Roger Penrose, Stephen Hawking a montré que la théorie de la relativité générale d'Einstein « impliquait que l'espace et le temps aient pour commencement le Big Bang et pour fin les trous noirs », et que la manière dont l'univers s'était créé avait été complètement déterminé par les lois de la science. »

Au début des années 1970, il a été le premier à montrer qu'un rayonnement s'échappe des trous noirs et que les trous ne sont pas complètement noirs. Sa théorie expliquant ce que l'on a appelé le rayonnement de Hawking a fait de lui une superstar scientifique.

C'était, note Declan Fahy, professeur de communication de l'Université américaine qui étudie les scientifiques comme des célébrités et des intellectuels publics, « une contribution à la cosmologie, champ de recherche depuis devenu le plus attirant de la physique ».

Des années plus tard, Hawking dira que les trous noirs n'ont pas de points de non-retour, et que l'un des objets les plus mystérieux de l'espace ne sont sans doute pas ceux que l'on croit.

 

SES JEUNES ANNÉES

Stephen William Hawking est né à Oxford, en Angleterre, le 8 janvier 1942, une date qu'il notait souvent comme étant le 300e anniversaire de la mort de Galilée. Aîné d'une famille de quatre enfants, il a très tôt montré les signes d'une intelligence prodigieuse et d'une excentricité touchante, qui lui ont permis d'intégrer la prestigieuse université d'Oxford.

Son père, un chercheur renommé sur les maladies tropicales, voulait que son fils fasse des études de médecine. Le jeune Hawking était lui attiré par les étoiles. Il a fréquenté les écoles St. Alban et Oxford, où il a étudié la cosmologie.

Il obtient ensuite son doctorat à Cambridge en 1966, trois ans après avoir été diagnostiqué de sclérose latérale amyotrophique à l'âge de 21 ans. Les médecins ne lui donnaient alors que deux ans et demi à vivre.

Le scientifique explique que c'est sa relation avec Jane Wilde, rencontrée peu avant le diagnostic, qui lui a donné une raison de vivre. Le couple s'est marié en 1965 et a eu trois enfants.

Mais devenue l'infirmière de son mari, tout phénomène scientifique mondiale qu'il était devenu, était devenu trop pesant pour Jane et le couple a divorcé après 25 ans de mariage. Hawking a ensuite épousé une de ses infirmières, Elaine Mason. Ce mariage, entaché par des allégations (plus tard écartées par la police) selon lesquelles sa deuxième épouse abusait de l'état de faiblesse d'Hawking, s'est également soldé par un divorce.

CÉLÉBRITÉ TARDIVE

Hawking est devenu une célébrité internationale en 1988 lorsque son livre, Une brève histoire du temps, a été publié. Ce guide profane de l'univers qui explique les mathématiques complexes et les concepts en termes non-scientifiques a été vendu à plus de dix millions d'exemplaires et a parfait sa renommée auprès du grand public.

Dans les années qui ont suivi, Stephen Hawking est apparu dans une série de films et d'émissions de télévision, dont une série documentaire en six parties produite par National GeographicGenius with Stephen Hawking. Il a joué son propre hologramme dans Star Trek: The Next Generation, et est régulièrement apparu dans les Simpsons et The Big Bang Theory.

Mais ce ne sont pas seulement ces apparitions qui retenaient l'attention du public. « En raison de son apparence physique, » estime Fahy, « il est devenu un symbole de l'intellect pur, une image que les journalistes ont recyclée encore et encore ».

Il était « un symbole du dépassement de toutes les difficultés, que l'on se doit d'admirer », a déclaré Virginia Trimble, astronome à l'Université de Californie, ancienne camarade de classe d'Hawking à Cambridge. « Mais peut-être son travail n'aurait-il pas été à ce point reconnu s'il avait été pensé par quelqu'un qui allait skier tous les week-ends. »

Hawking lui-même a reconnu qu'il « correspondait au stéréotype d'un génie handicapé », bien qu'il n'ait jamais laissé son fauteuil roulant le ralentir. Il a parcouru le monde pour donner des conférences, toujours accompagné d'une suite de soignants. À Cambridge, il a occupé le poste de professeur de mathématiques et a été directeur de recherche au centre de cosmologie théorique de la célèbre université.

Plus tard, Hawking a complètement perdu sa capacité à parler après une pneumonie nécessitant une trachéotomie. Communiquer prenait de plus en plus de temps et d'efforts. À la fin de sa vie, il pouvait former un seul mot par minute à l'aide d'un appareil générateur de parole contrôlé par un muscle de sa joue droite. 

Avant son déclin final, Hawking a écrit quelques lignes sur le synthétiseur vocal qui l'a maintenu connecté au monde sur son site Internet : « C'est le meilleur que j'aie entendu », écrit-il, « même si cela me donne un accent qui a été décrit de diverses manières comme scandinave, américain ou écossais ».

Lire la suite