Découverte d'un étonnant "dragon de fer" en Australie

Ferrodraco pourrait bien être le dernier ptérosaure survivant de son genre découvert à ce jour.lundi 7 octobre 2019

Nous sommes en automne en 2017, Bob Elliott vient tout juste de désherber les terres de son ranch de Belmont, en Australie, lorsqu'il remarque quelque chose d'étrange qui émerge du sol argileux : une poignée d'os mouchetés de brun. Ce ranch, dont Eliott est le copropriétaire et le gérant, avait déjà charrié quelques fossiles de dinosaures au long cou, des sauropodes. Cette fois en revanche, face à ces véritables gratte-ciels vivants, les nouveaux fossiles étaient insignifiants.

« Il a tout de suite su que c'était différent… et sans rapport avec ce que nous avions vu avant, » déclare Adele Pentland, ingénieure de recherche au musée d'histoire naturelle Australian Age of Dinosaurs de Winton, dans l'état de Queensland. Après une étude plus approfondie, Pentland et ses collègues ont pu déterminer que les fossiles appartenaient à un reptile volant connu sous le nom de ptérosaure et qu'ils constituaient l'ensemble le plus complet de fossiles de cette espèce jamais découvert en Australie.

Baptisé Ferrodraco lentoni, ce nouveau fossile reste tout de même bien loin du squelette complet et comprend des fragments des mâchoires inférieure et supérieure, cinq vertèbres cervicales partielles, certaines sections des ailes et plusieurs dents. Cependant, il est extrêmement rare de découvrir des ptérosaures en Australie et ces nouveaux fossiles sont particulièrement bien conservés.

« C'est vraiment une découverte importante, » déclare David Unwin, paléontologue à l'université de Leicester. « Elle comble les lacunes parmi nos connaissances de leur distribution spatiale et temporelle. »

Présenté aujourd'hui dans la revue Scientific Reports, ce tout nouveau ptérosaure serait âgé de 96 millions d'années, d'après la précédente datation de la formation rocheuse dans laquelle étaient emprisonnés les os de la créature. Ses plus proches parents, les ptérosaures du groupe Anhanguera, auraient disparu il y a 94 millions d'années.

Bien que son âge soit encore incertain, Ferrodraco rejoint la liste captivante des récentes découvertes australiennes relatives à l'âge des dinosaures, notamment celle du plus complet des fossiles de dinosaure épigénisés en opale

« Je pense qu'ils sont sur le point d'en trouver beaucoup plus, » déclare Dave Hone, paléontologue à la Queen Mary University de Londres. « Les dinosaures australiens arrivent et les ptérosaures ne sont pas loin derrière. »

 

REPTILES DU CIEL

Les ptérosaures évoluaient dans le ciel d'une grande partie de la Terre il y a 228 à 66 millions d'années et ils pouvaient atteindre des tailles extraordinaires avec plus de neuf mètres d'envergure pour certains. Ferrodraco était à première vue de taille plus modeste avec une envergure de quatre mètres environ. (À lire : Paléontologie : découverte d'un dragon piégé dans la glace.)

Pour être en mesure de voler, les os de ces acrobates d'un autre temps devaient être creux et extrêmement légers, ce qui implique que leurs restes fragiles étaient plus susceptibles de céder et de s'effriter sous la pression. Une fragilité qui explique le nombre très restreint de ptérosaures découverts à travers le monde et tout particulièrement en Australie.

« On pourrait mettre tous les fossiles dans un sac à main, » illustre Uwin.

Dans le cas de Ferrodraco, ses restes ont été trouvés dans une roche riche en fer, un élément qui explique sa remarquable préservation et qui a inspiré son nom, une combinaison des termes latins ferrum, fer, et draco, dragon. Un fluide riche en fer a probablement imprégné la carcasse de l'animal après sa mort avant de former un minéral solide qui a renforcé les os fragiles et permis leur conservation en trois dimensions, explique Pentland. Un tel état de conservation pourrait aider les chercheurs à mieux comprendre la mécanique des ptérosaures, par exemple pour étudier leur vol, ajoute Unwin.

 

UN DRAGON DE FER

Les chercheurs peuvent différencier Ferrodraco des autres ptérosaures du genre Anhanguera par le profil de taille unique de ses dents. Bien que ce détail puisse paraître mineur, c'est l'une des seules sources de variation significative généralement préservées chez les ptérosaures de ce genre qui, bien souvent, sont « insensément » similaires.

« Pour voler, il n'y a qu'une seule façon de faire, » déclare Hone.

Et à l'instar des ptérosaures similaires, Ferrodraco était probablement très agile dans les airs. Les preuves de cette affirmation résident dans ses liens familiaux, explique Pentland. De nombreuses créatures terrestres de cette époque, comme les sauropodes au long-cou, étaient plus proches de ceux découverts en Amérique du Sud. Ce n'est pas le cas pour Ferrodraco qui, à l'inverse, est plus proche des ptérosaures que l'on trouve aujourd'hui en Angleterre.

« Si vous êtes un énorme dinosaure et que vous vivez au Royaume-Uni, vous aurez du mal à atteindre l'Australie, » explique Hone. « Alors que si vous êtes un animal volant capable de parcourir quelques centaines de kilomètres en une après-midi, un voyage du Royaume-Uni à l'Australie en quelques milliers d'années devient tout de suite moins surprenant. »

Fait captivant, Ferrodraco pourrait bien être le dernier ptérosaure survivant de son genre découvert à ce jour. De précédents travaux suggèrent que la formation dans laquelle les fossiles ont été découverts est recouverte d'une couche riche en fossiles d'animaux dont le commencement a été daté à 94 millions d'années. Si la créature était enveloppée dans cette couche, son âge pourrait ne pas dépasser les 90 millions d'années.

Les autres ptérosaures du genre Anhanguera auraient disparu il y a 94 millions d'années pendant une période d'instabilité environnementale. La raison exacte de leur extinction reste entourée de mystère bien qu'elle pourrait trouver ses origines dans leur régime alimentaire. Ces créatures étaient d'avides piscivores mais à cette époque, la température des océans avait augmenté et la teneur en oxygène chuté, provoquant la disparition de nombreuses espèces de poissons.

« Il s'est passé quelque chose de terrible dans les océans, » affirme Urwin.

Et même si Ferrodraco s'avérait être légèrement plus jeune que les autres représentants de son groupe, Unwin insiste sur le fait que cela ne signifie pas nécessairement que son espèce a survécu à l'extinction. Pentland admet qu'il est encore trop tôt pour tirer des conclusions et ajoute que l'équipe espère avoir l'occasion de tester les âges du site même où ont été découverts les os de Ferrodraco.

Pour Pentland, la découverte de Ferrodraco a une valeur encore plus grande. Le musée d'histoire naturelle Australian Age of Dinosaurs, où seront exposés les fossiles, attire les foules du monde entier dans la ville de Winton et cette dernière découverte ne fera qu'amplifier ce phénomène.

« Avoir la chance de faire cela pour cette ville, » confie-t-elle, « et pouvoir aider la communauté quelle que soit ma contribution, c'est un grand honneur. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite