Ce nouveau ptérosaure à dents doit son nom à la maison Targaryen de Game of Thrones

Avec ses os étrangement sombres, ce reptile volant de la préhistoire appartient à un tout nouveau genre qui doit son nom à la maison Targaryen de Game of Thrones.jeudi 28 novembre 2019

Des paléontologues ont annoncé dans la revue Historical Biology la nouvelle catégorisation d'une créature fossilisée aux os particulièrement sombres qui devient la première de sa lignée de ptérosaures à dents. Targaryendraco wiedenrothi, c'est le nom scientifique qui lui a été donné en référence à la maison Targaryen de la série à succès Game of Thrones. En plus d'être une découverte pionnière, c'est également celle du reptile le plus complet jamais mis au jour en Allemagne pour la période du Crétacé.

L'équipe a également attribué six autres ptérosaures déjà connus au nouveau groupe Targaryendraconia en raison de leur lien de parenté apparent. Les membres de cette lignée avaient une envergure allant de 3 à 8 m et des museaux particulièrement fins dont l'extrémité était recouverte de dents sortant de la mâchoire vers l'avant.

Découvertes à divers endroits de la planète, l'Angleterre, les États-Unis, le Brésil et l'Australie, « toutes ces espèces proviennent d'environnements côtiers peu profonds et se nourrissaient probablement de poisson, » indique l'auteur principal de l'étude Rodrigo Pêgas, paléontologue à l'université fédérale de l'ABC à São Bernardo do Campo au Brésil. « La finesse de la joue est leur principal trait commun… ils ont les joues les plus fines de tous les ptérosaures à dents. » (À lire : Paléontologie : découverte d'un dragon piégé dans la glace.)

Cette réorganisation montre à quel point nos connaissances sur ces merveilles ailées se sont enrichies ces dernières années, à la fois à travers la découverte de nouveaux fossiles et via de nouveaux efforts d'analyse et de comparaison des fossiles détenus par les musées, rapporte Taissa Rodrigues, spécialiste des ptérosaures à l'université fédérale d'Espírito Santo au Brésil, non impliquée dans la nouvelle étude.

« Le nom Targaryendraco vient couronner la reconnaissance d'une lignée négligée de reptiles volants… qui aurait vécu pendant des millions d'années à l'époque du Crétacé, » poursuit-elle.

 

VOUS NE SAVEZ (PRESQUE) RIEN

Contemporain volant des dinosaures, Targaryendraco aurait fendu les airs il y a 130 millions d'années, époque à laquelle la région allemande dans laquelle il a été découvert était le littoral d'une mer chaude et peu profonde.

Les fossiles comprennent des fragments de côtes, d'ailes et de mâchoire du ptérosaure. Cela peut paraître anodin, mais le spécimen est relativement complet par rapport aux restes très fragmentaires d'autres ptérosaures allemands de cette période. Les os montrent que Targaryendraco avait un museau long et étroit doté de dents tranchantes parfaites pour saisir les poissons qui nagent en surface des océans.

« Ses ailes étaient fines et allongées, une forme que l'on retrouve chez les oiseaux et chauves-souris modernes qui pêchent en vol, » déclare Pêgas.

Le chasseur de fossile amateur Kurt Wiedenroth a trouvé les os fossilisés en 1984 dans une carrière d'argile à Engelbostel, près d'Hanovre dans le nord de l'Allemagne. Leur couleur sombre est peut-être due aux minéraux singuliers contenus dans les roches où ils ont été formés. En 1990, Wiedenroth a fait don du spécimen au musée d'histoire naturelle de Stuttgart, où il a été étudié et attribué à une nouvelle espèce au sein du groupe de ptérosaures Ornithocheirus appelée Ornithocheirus wiedenrothi.

Cependant, à mesure que de nouveaux ptérosaures ont été découverts et que la compréhension scientifique de ces reptiles volants s'est approfondie, il est devenu clair que certaines des espèces étiquetées Ornithocheirus n'étaient pas étroitement liées et qu'elles représentaient plutôt d'autres types de ptérosaures.

En paléontologie, les groupes contenant des espèces encore très peu comprises sont chose commune. Ces groupes sont qualifiés de "taxons poubelles" où sont parfois jetées les espèces récemment découvertes en raison de leur nature fragmentaire ou d'un manque d'analyse, explique Darren Naish, paléontologue rattaché à l'université de Southampton au Royaume-Uni.

« Les chercheurs supposaient que d'autres découvertes à travers le monde appartenaient au même groupe et continuaient donc d'appliquer le même nom, » ajoute-t-il. « Chez les ptérosaures, Ornithocheirus est le meilleur exemple de ce phénomène. »

À présent, Pêgas et ses coauteurs du musée national de l'université fédérale de Rio de Janeiro et de l'Institut Català de Paleontologia de Barcelone, en Espagne, ont réétudié Ornithocheirus wiedenrothi pour le redécrire en tant que Targaryendraco wiedenrothi, puisque les vrais membres d'Ornithocheirus ont une mâchoire plus arrondie.

« Les spécialistes des ptérosaures pensent depuis quelque temps que cette espèce ne fait pas réellement partie du groupe Ornithocheirus, » indique Naish, qui n'a pas pris part à l'étude.

 

DANSE AVEC LES DRAGONS

Pour ce qui est du nouveau nom, les nuances sombres des fossiles rappelaient aux auteurs de l'étude les os noirs des dragons de la maison Targaryen. De plus, « les ptérosaures ont inspiré certains des aspects biologiques des dragons » de la série, écrivent-ils dans leur article.

Généralement, lorsqu'un livre, un film ou une illustration fait intervenir un dragon, il a six membres : quatre pattes et deux ailes.

« Cela n'a toutefois aucun sens sur le plan biologique, » soutient Pêgas. Dans la nature, aucune créature vertébrée qui a existé n'a jamais eu autant de membres dans cette configuration.

En s'inspirant de l'anatomie des ptérosaures, des créatures réelles qui ont vécu il y a plusieurs millions d'années, le créateur de Game of Thrones George R. R. Martin a préféré doter ses dragons imaginaires de quatre membres : deux ailes faisant office de membre antérieur et deux pattes arrière.

Pêgas avoue être admiratif de cette décision : « J'ai toujours pensé que c'était très sympa, surtout parce que mon travail porte sur les ptérosaures. » Il admet tout de même être « un grand nerd et un très grand fan de Game of thrones. »

 

Retrouvez John Pickrell sur Twitter.
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite