Découverte de l'un des plus anciens superprédateurs au monde

Remarquablement conservé, ce squelette quasiment complet de dinosaure est celui d'un superprédateur du Trias qui chassait les ancêtres des mammifères actuels.

De Jill Langlois
Gnathovorax cabreirai, représenté ci-dessus, était le plus ancien dinosaure carnivore de son espèce au Brésil et ...
Gnathovorax cabreirai, représenté ci-dessus, était le plus ancien dinosaure carnivore de son espèce au Brésil et l'un des plus vieux au monde.
Photographie de Illustration de MÁRCIO L. CASTRO

Le paléontologue Rodrigo Muller travaillait dans une ville voisine en 2014 lorsque les membres de son équipe lui ont envoyé les premières photos de ces incroyables fossiles.

« On pouvait déjà voir le fémur, une partie de la tête et le crâne, » se souvient Muller, encore doctorant à l'époque. « On ne trouve quasiment jamais ce type de dinosaure par ici. C'est très rare, c'était tellement fascinant. »

Découvert dans la ville de São João do Polêsine au sud du Brésil, les fossiles allaient plus tard s'avérer être ceux de l'un des plus anciens dinosaures carnivores au monde. Il y a 230 millions d'années, le récemment baptisé Gnathovorax cabreirai vivait au cœur d'un milieu forestier pendant le Trias, alors que l'Amérique du Sud faisait encore partie du supercontinent Pangée.

Comprendre : les dinosaures

L'animal a trouvé la mort dans une plaine inondable, les sédiments d'une rivière voisine ont donc pu recouvrir son squelette et plus tard donner lieu à un fossile remarquablement intact que Muller et ses collègues de l'université fédérale de Santa Maria et de l'université de Säo Paulo ont présenté dans la revue Peer J.

La conservation quasi parfaite des os du dinosaure a permis de mettre la main sur une boîte crânienne intacte, une découverte extrêmement rare grâce à laquelle les chercheurs ont pu reconstruire le cerveau du dinosaure après passage au scanner. La structure révèle que cette espèce était un prédateur actif avec une bonne vision, une mise au point efficace et un bon équilibre, autant de caractéristiques qui lui permettaient d'utiliser ses dents tranchantes et dentelées efficacement pour capturer ses proies.

Le fossile présente également des marques visibles au niveau des points d'intersection musculaire, offrant la possibilité aux chercheurs de reconstruire sa musculature et de comprendre comment il se déplaçait.

« Désormais, lorsqu'on devra étudier l'anatomie d'autres dinosaures, celui-ci servira très certainement de base de référence, » déclare Muller.

 

UNE AFFAIRE DE FAMILLE ?

Gnathovorax cabreirai mesurait près de 3 m de long, ce qui en fait le plus grand dinosaure brésilien de son temps. Buriolestes schultzi, l'un de ses contemporains dinosaures, était deux fois plus petit.

Le fossile du crâne de Gnathovorax a été mis au jour à São João do Polêsine, dans le sud du Brésil.
Photographie de Avec l'aimable autorisation de RODRIGO TEMP MÜLLER.

Gnathovorax cabreirai  appartient à l'une des premières familles de dinosaures carnivores, les herrérasauridés, qui évoluaient parmi les toutes premières espèces de dinosaures connues. Alors que les scientifiques se demandent si cette lignée aurait plus tard donné naissance aux superprédateurs du Jurassique et du Crétacé tels que le Tyrannosaure rex, la découverte de Gnathovorax cabreirai semblerait plutôt indiquer qu'ils appartenaient à des lignées différentes.

Cela dit, il est probable que Gnathovorax cabreirai ait joué un rôle important dans l'avènement de créatures que nous apprécions encore plus : les mammifères. À côté des os du dinosaure, les paléontologues ont découvert les squelettes de deux rhynchosaures, un groupe de reptiles du Trias qui figurait probablement au menu de notre carnivore, et deux cynodontes , les ancêtres des mammifères que nous connaissons aujourd'hui.

 

Galerie : L'extinction trias-jurassique, comment 80 % des espèces ont été décimées

« Gnathovorax était l'une des forces de l'évolution qui a poussé ces cynodontes vers la niche des petits animaux nocturnes, une lignée qui, 223 millions d'années, plus tard aller voir naître les premiers êtres suffisamment intelligents pour extraire des roches et étudier le squelette de Gnathovorax, » déclare Luiz Eduardo Anelli, paléontologue à l'université de São Paulo non impliqué dans l'étude.

Le dernier dinosaure brésilien du groupe des herrérasauridés mis au jour était Staurikosaurus pricei, un petit et agile carnivore découvert dans une formation rocheuse sédimentaire en 1936. Alors que son squelette est aujourd'hui exposé au musée de Zoologie comparée de l'université Harvard, les os de Gnathovorax cabreirai n'entreprendront pas un si grand voyage, ils resteront dans la ville où ils ont vu le jour, São João do Polêsine, au sein du Fourth Colony Paleontological Research Support Center de l'université fédérale de Santa Maria.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite