Une étude sur le cannibalisme révèle que la viande humaine ne serait pas très nutritive

Si les humains ne sont pas particulièrement nutritifs, pourquoi nos ancêtres choisissaient-ils de les manger, voire les préféreraient-ils à d'autres proies ?

Publication 25 sept. 2020 à 16:34 CEST
Cette coupe faite à partir d'un crâne humain a été trouvée sur un site archéologique en ...

Cette coupe faite à partir d'un crâne humain a été trouvée sur un site archéologique en Angleterre appelé cave de Gough.

Photographie de Kevin Webb, NHM Image Resources

Il y a bien longtemps, un mammouth mort pouvait nourrir vingt-cinq Néandertaliens affamés pendant un mois, quand un de leurs congénères ne fournissait à ces mêmes Néandertaliens qu'un tiers de leur apport calorique journalier.

Un nouveau regard porté sur la valeur nutritionnelle de la chair humaine montre que, par rapport aux autres proies du Paléolithique, les humains n'étaient pas particulièrement caloriques pour leur taille.

« Lorsque vous nous comparez à d'autres animaux, nous ne sommes pas du tout nutritifs », déclare l'auteur de l'étude James Cole de l'Université de Brighton, qui a publié ses travaux dans Scientific Reports.

Selon ses estimations, les viandes de sangliers et de castors représentent environ 1 800 calories pour chaque portion de 500g de muscle, contre 650 calories pour un humain moderne. C'est à peu près ce à quoi on pourrait s'attendre compte-tenu de notre taille et de notre musculature par rapport aux autres animaux.

Mais alors, si les humains ne sont pas particulièrement nutritifs, pourquoi les manger, voire les préférer à d'autres proies ? Après tout, à moins qu'ils ne soient malades ou mourants, ils ne sont pas faciles à chasser.

« Vous devez organiser une partie de chasse et traquer ces personnes, elles ne restent pas là à attendre que vous les poignardiez avec une lance », explique Cole.

Au lieu de cela, Cole soutient que, sans doute, les pratiques cannibales anciennes n'avaient pas pour seul but la sustentation ; elles avaient peut-être également diverses fonctions sociales.

 

LES ORIGINES DU CANNIBALISME

Les archéologues ont mis au jour des preuves de cannibalisme dans l'arbre généalogique humain datées d'au moins 800 000 ans. Et bien que les marques sur les os découpés et rongés ne puissent pas révéler les motivations de telles pratiques, les vestiges anciens offrent quelques indices sur la diffusion des pratiques cannibales tout au long de l'évolution humaine.

Sur le site de la grotte Gran Dolina en Espagne, par exemple, les restes de bisons, de moutons et de cerfs ont été mélangés à ceux d'au moins onze êtres humains, tous enfants ou adolescents, dont les os présentaient des signes de cannibalisme. En plus des marques montrant que la chair avait été arrachée de l'os, des preuves suggèrent que les résidents de Gran Dolina - un ancien parent de l'Homme moderne appelé Homo antecessor - ont manipulé le cerveau de leurs victimes.

Les parties humaines dépecées apparaissent dans la grotte sur une période d'environ 100 000 ans, ce qui suggère que la pratique était assez courante.

Fragments d'os extraits de la grotte de Gough en Angleterre. Les preuves de ce site du Paléolithique supérieur suggèrent que nos ancêtres pratiquaient le cannibalisme et utilisaient peut-être des crânes humains à des fins rituelles.

Photographie de Derek Adams, Museum d'Histoire naturelle

Les restes humains étaient mélangés à ceux d'autres animaux et étaient préparés de la même manière, ce qui a conduit certains anthropologues à suggérer que le cannibalisme sur ce site n'aurait peut-être pas été le fait d'une situation d'urgence, de stress alimentaire ou le fruit de rituels. 

Peut-être que la chair humaine était un complément à leur alimentation, ou peut-être que les êtres dégustés étaient des étrangers, et que le cannibalisme était une forme de « protection » - les restes osseux ne peuvent pas nous le dire avec certitude.

C'est vrai pour la plupart des cas de cannibalisme préhistorique, déclare l'anthropologue Silvia Bello du Museum d'Histoire naturelle de Londres.

« Je suis d'accord avec [Cole] pour dire que le cannibalisme paléolithique était probablement plus souvent pratiqué comme un "choix" plutôt que comme une simple "nécessité"», dit-elle. « Je pense cependant que trouver la motivation de cette pratique reste très difficile. »

 

LA VIANDE HUMAINE RESTE-ELLE DE LA VIANDE ?

Dans certains cas, le cannibalisme peut avoir été purement pratique.

« Le problème n'est pas celui de la nutrition comme alternative au gros gibier », déclare l'anthropologue Erik Trinkaus de l'Université de Washington à St. Louis. « C'est une question de survie quand il n'y a pas d'autres sources de nourriture, que des membres d'un groupe social sont morts et que les membres survivants consomment les corps de personnes déjà mortes. »

Un scientifique travaille sur le site de Caune de l'Arago en France, un autre site de cannibalisme préhistorique potentiel.

Photographie de Raymond Roig, AFP, Getty Images

Cole reconnaît que nous ne pouvons pas tirer grand-chose de son analyse limitée de la valeur nutritionnelle humaine, qui n'était basée que sur quelques humains modernes. Et nos anciens ancêtres ne comptaient certainement pas les calories pour choisir ce qu'ils allaient dîner.

Peut-être, dit-il, le vrai message est que les peuples anciens avaient plus de motivations pour le cannibalisme que nous ne le pensions. Après tout, le cannibalisme humain des siècles derniers a de nombreuses origines, notamment la guerre, la survie, les croyances spirituelles ou des formes de psychose.

Il est très probable que nos ancêtres aient survécu par opportunisme et parfois cannibalisme, dit Bill Schutt, professeur de biologie au campus Post de l'Université de Long Island et auteur du livre Cannibalism: A Perfectly Natural History

« Le cannibalisme est extrêmement répandu dans le règne animal », dit Schutt, et les humains ne font pas exception. « Ce qui nous différencie, ce sont les rituels, la culture, les tabous », dit-il. « Nous avons été amenés à croire que le cannibalisme était la pire chose que nous puissions faire. »

Cole indique que calculer le nombre de calories de la chair humaine était un peu déconcertant, car cela l'obligeait à réfléchir à ce que serait le cannibalisme. « Manger du bacon est plus compliqué pour moi depuis environ un an », dit-il.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.