Sciences

Les filles, les garçons et les jouets genrés

La longue histoire des jouets genrés montre que le marketing de genre a un impact profond sur la construction psychologique des enfants.

De Natasha Daly
À gauche : Des figurines, comme l'Incroyable Hulk ici, ont dominé les « jouets de garçons » pendant des décennies. Musclé et agressif, le jouet renforce les stéréotypes de la masculinité. À droite : My Little Pony a fait irruption dans les téléviseurs et boîtes de jouets des petites filles en 1981. La franchise faisait partie d'une période charnière vers la commercialisation systématique du rose et des paillettes pour les filles.

La sociologue Elizabeth Sweet a analysé plus de 7 300 jouets proposés dans les catalogues de la chaîne américaine de magasins Sears, depuis un siècle. Elle a constaté que les plus anciens jouets genrés renforçaient les rôles traditionnels - tels que « la petite ménagère » ou le « jeune bricoleur ». À la fin du siècle, les personnages étaient plus fantastiques : la ménagère était devenue une princesse ; le charpentier, un super-héros.

Cette évolution n'a pas été linéaire. Avec la montée du féminisme dans les années 1970, rappelle Elizabeth Sweet, les jouets genrés ont décliné : dans le catalogue Sears de 1975, seuls 2 % des jouets étaient classés selon le sexe de l'enfant. Mais dans les années 1980, la balance a commencé à pencher dans l'autre sens. Les distinctions de genre sont réapparues dans les biens destinés aux enfants, surtout en termes d'habillement. 

Cibler les jouets selon le genre a des conséquences. Une étude de 2015 a ainsi révélé que les garçons ont plus de probabilités que les filles de jouer à des jeux qui développent leur intelligence spatiale - construction, puzzles, Lego. Le marketing peut avoir une influence, comme le confirme Jamie Jirout, psychologue développementaliste et auteur de l'étude.

Par exemple, la gamme Lego Friends, qui vise les filles, se concentrer sur le jeu de rôle, et non sur la construction. Les puzzles pour filles ont moins de pièces que ceux destinés aux garçons. 

Les garçons semblent aussi jouer différemment. Selon une étude réalisée en 2012 par Susan Levine, professeur d'éducation et de psychologie à l'Université de Chicago, les garçons choisissent de jouer avec des puzzles plus complexes et obtiennent ainsi des encouragements de leurs parents. Les parents en question sont plus susceptibles d'utiliser des mots qui favorisent la pensée spatiale - grand, grand, bord, haut et bas - lorsque leurs enfants jouent avec des énigmes plus difficiles.

Ces distinctions peuvent façonner la construction sociale de ces enfants : « Les compétences spatiales sont une partie de l'explication de la sous-représentation des femmes dans la science et la technologie », explique Jamie Jirout. Les activités informelles comme le jeu sont essentielles au développement des aptitudes spatiales, qui, selon elle, sont non seulement importantes pour les mathématiques et les sciences, mais aussi pour ce que nous appelons la « fonction exécutive » qui permet de construire la confiance des enfants dans des sujets spécifiques.

Les choses peuvent évoluer. Les principaux détaillants de jouets, de Walmart à Amazon, ne mettent plus l'accent sur l'étiquetage genré des jouets. Même le magasin de jouets le plus ancien au monde - Hamley au Royaume-Uni, dont l'ouverture remonte à 1750 - a abandonner l'étiquetage genré en 2012.

« L'étiquetage peut-être, mais les jouets pour petites filles sont toujours présentés dans une allée rose », dit Elizabeth Sweet des sections des magasins. Dans l'industrie du jouet, où le développement et la commercialisation de jouets genré constituent une approche fiable, des entreprises comme Hasbro divisent leurs produits en catégories filles et garçons dans leurs rapports annuels.

En fin de compte, ce sera peut-être aux parents de combler le fossé entre les sexes. « Leurs opinions biaisées et leurs stéréotypes pourraient influencer les enfants », explique Jamie Jirout. « Filles comme garçons ne se soucient pas nécessairement de la couleur de leurs jouets. »

Lire la suite