Sciences

Nouvelles découvertes géologiques sur l’origine de la vie sur Terre

Selon une étude menée par des chercheurs français, la dynamique interne de la planète serait à l’origine de la vie sur Terre.

De Juliette Heuzebroc

La revue scientifique Geochemical Perspectives vient de publier une étude selon laquelle l’apparition de la tectonique des plaques aurait permis une importante remontée d’oxygène dans l’atmosphère, permettant le développement de la vie sur Terre.

L’étude à l’origine de cette révélation a été menée par le Laboratoire Magmas et Volcans de Clermont-Ferrand, en collaboration avec l'Université de Montpellier et le Synchrotron de Grenoble. À l’origine, celle-ci traite du passage de l’Archéen au Protérozoïque, il a 2,5 milliards d’années. Ce serait donc à cette période que la tectonique des plaques, en favorisant une dynamique interne, aurait provoqué une forte remontée de l’oxygène retenue par le manteau terrestre.

« Pendant toute la période archéenne, l'atmosphère est restée anoxique, c'est-à-dire dépourvue d'oxygène. À l'époque, le manteau a pu rester relativement isolé de la surface de la Terre: la croûte terrestre, formée de petites plaques instables, flottait sur le manteau » explique Denis Andrault, chercheur à l'Université Clermont Auvergne.

Ce fonctionnement a donc été remplacé par la tectonique des plaques, qui a favorisé le mélange des réservoirs du manteau terrestre et donc la remontée de l’oxygène présent dans le manteau profond de la Terre. Cette grande remontée vers l’atmosphère a, à l’époque, provoqué une teneur en oxygène 500 à 1000 fois supérieure à celle que nous connaissons aujourd’hui.

Cet événement coïncide avec la Grande Oxydation, crise écologique qui a donc eu lieu à la même période. A l’époque, les organismes primitifs rejetaient leur dioxygène (O2) dans l’eau. Il était ainsi éliminé en réaction au contact de métaux tels quel que le fer ferreux. Quand le fer ferreux marin s’est vu épuisé, le phénomène aussi nommé Grande Oxygénation a commencé. Tout le dioxygène a ainsi été libéré dans l’atmosphère, la rendant très toxique.

Les scientifiques estiment que la correspondance de ces deux événements n’est pas un hasard et qu’elle a été une étape décisive dans le développement de la vie sur Terre.

 

Retrouvez Juliette Heuzebroc sur Twitter.

Lire la suite