Les T. rex n'étaient pas seulement carnivores, ils étaient aussi cannibales

Ce grand carnivore des temps anciens n'était pas qu'un prédateur, c'était aussi un charognard opportuniste.

De Riley Black
Publication 18 oct. 2021, 16:55 CEST
1trexbone

Les paléontologues ont découvert que le Tyrannosaurus rex pourchassait ses proies, arrachait des morceaux de chair et rejetait sa tête en arrière pour les jeter dans sa gueule.

PHOTOGRAPHIE DE Nature, Alamy

De quoi se nourrissait le féroce Tyrannosaurus rex ? La réponse peut paraître évidente - «Tout ce qui lui tombait sous les crocs » - mais les paléontologues ont fait d'étonnantes découvertes il y a quelques années, redéfinissant par là-même les habitudes alimentaires du redoutable carnivore du Crétacé.

La découverte en question reposait sur un os de Tyrannosaurus égratigné, vieux de 66 millions d'années, mis au jour dans le Wyoming et présenté lors de la réunion annuelle de la Geological Society of America en 2015. Ces égratignures ont clairement été faites par un grand prédateur aux dents acérées, et le chef de l'étude, Matthew McLain, a indiqué qu'un T. rex était le seul carnivore vivant à l'époque capable de créer de tels dommages.

T. rex avait déjà été considéré comme pouvant être cannibale avant la publication de cette étude. En 2010, Nicholas Longrich et ses collègues ont documenté quatre autres os de T. rex portant des rainures qui n'auraient pu être infligées que par des membres de la même espèce. 

Ceci étant, le T. rex ne se contentait pas de grignoter les restes des membres de son espèce. Grâce à la mise au jour de fossiles d'os brisés et d'excréments minéralisés, les paléontologues ont une assez bonne idée du régime alimentaire du T. rex.

 

BIEN MÂCHER

Malheureusement, ou peut-être heureusement pour ceux qui auraient à mener ces expériences, nous ne pouvons pas observer le T. rex se nourrir en temps réel. Mais grâce à la modélisation informatique et en comparant l'anatomie du T. rex à celle des carnivores modernes, les paléontologues ont pu déterminer à quel point la morsure de ce carnassier pouvait être redoutable.

Comprendre : Les dinosaures

Dans une étude parue en 2012 qui portait sur la puissance des morsures des prédateurs préhistoriques, des chercheurs ont estimé qu'un T. rex adulte pouvait mordre avec une force allant jusqu'à environ 57 000 newtons (5 810 kilogrammes). Les juvéniles quant à eux avaient une morsure plus faible, d'environ 4 000 newtons, soit 407 kilogrammes. Bien qu'il ne s'agisse pas de la morsure la plus puissante de tous les temps, cela semble avoir été suffisant pour déchiquetter un Edmontosaurus ou un Triceratops pris au dépourvu.

Quelques-unes de ses tentatives infructueuses montrent que le « roi des dinosaures » a pourchassé des proies vivantes en tant que prédateur, et pas seulement en tant que charognard.

Alors que de nombreuses marques de morsures de T. rex sur des os fossiles sont « fraîches » et semblent avoir été faites pendant l'alimentation, comme celles sur les os de T. rex cannibalisés et plusieurs spécimens de Triceratops, il existe plusieurs fossiles d'Edmontosaurus avec des marques de morsures guéries le long de leur dos.

 

AU FOND DE LA GORGE

Que le T. rex ait abattu une proie en mauvaise posture ou qu'il soit tombé sur une carcasse en décomposition, des preuves fossiles et expérimentales suggèrent que la façon dont le dinosaure se nourrissait combinait puissance et précision.

David Hone et Mahito Watabe ont documenté comment un proche parent du T. rex nommé Tarbosaurus dépecait très délicatement une carcasse d'hadrosaure. Le prédateur ne s'est pas contenté de briser la chair et les os de sa victime. Au lieu de cela, il a utilisé ses mâchoires avec précaution pour dissocier le muscle des os.

Des éraflures révélatrices indiquent qu'un T. rex a rongé cet os ayant appartenu à un membre de sa propre espèce.

PHOTOGRAPHIE DE Matthew McLain

Avec ses bras minuscules, le T. rex n'était pas capable de manger de la patte à la bouche, et il ne pouvait pas non plus mâcher.

Au lieu de cela, le T. rex avalait sa proie d'un coup, ne distinguant pas la chair de os entiers, utilisant les puissants muscles de son cou pour rejeter sa tête en arrière et laisser tomber la viande au fond de sa gueule. C'est ce qu'on appelle « l'alimentation inertielle », un comportement partagé par les oiseaux et les crocodiles modernes. Dans une étude de 2007, des chercheurs sont parvenus à la conclusion que les muscles du cou du T. rex étaient assez forts pour lancer un bolus de chair de 50 kilogrammes à 4,5 mètres dans les airs avant de le rattraper dans sa gueule.

 

ET APRÈS ?

Les paléontologues ont également des indices sur le sort des victimes du T. rex après leur passage dans le système digestif du dinosaure. En plus des marques de morsures, les excréments minéralisés - ou coprolithes - fournissent une preuve directe de ce que les dinosaures mangeaient et de la rapidité avec laquelle ils digéraient leurs repas. 

L'excrément minéralisé de T. rex connu mesure à peu près 45 centimètres et environ un tiers de sa masse était constitué d'éclats d'os brisés. Les selles pétrifiées laissent à penser que le T. rex avait un métabolisme relativement rapide et un temps de digestion court, une découverte confirmée par un coprolite géologiquement plus ancien, probablement produit par une autre espèce de tyrannosaure, qui contenait des fragments d'os et des morceaux de muscles non digérés.

T. rex devait manger fréquemment pour survivre. Grâce à ces découvertes sur le régime alimentaire de ce grand carnivore des temps anciens, nous pouvons reconstituer ces repas sanguinaires avec une plus grande précision.

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise en 2015. Il a été mis à jour par la rédaction française en octobre 2021.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Sciences
On sait enfin qui a acheté le squelette de dinosaure le plus cher du monde
Sciences
Le T. rex ne serait plus l’unique espèce de tyrannosaures
Sciences
Paléontologie : découverte d'un nouveau tyrannosaure au Canada
Sciences
La puissance inouïe de la mâchoire du T. rex (enfin) expliquée
Sciences
Découverte : le T. rex avait un odorat exceptionnel

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.