Sciences

Sciences : Le T. Rex était en fait incapable de tirer la langue

En comparant la langue des alligators et des oiseaux modernes avec celles des dinosaures, les scientifiques ont fait une découverte surprenante.

De Theresa Machemer

Vous risquez d'être surpris par ce que la langue d'un dinosaure va vous apprendre.

En comparant les os fossilisés qui stabilisent la langue des dinosaures avec ceux des oiseaux et des crocodiles modernes, les chercheurs ont découvert que la plupart des dinosaures, comme le Tyrannosaurus Rex, ne pouvaient pas beaucoup bouger leur langue. L'étude, publiée mercredi dans la revue PLOS ONE, révèle que la langue des dinosaures ressemblait à celle des alligators, qui est fermement attachée au plancher buccal.

Donc, au cinéma, quand un dinosaure se met à rugir, envoyant de la bave partout et que sa langue sort entre ses mâchoires puissantes et menaçantes, vous pouvez vous tourner vers votre voisin et lui dire, à raison : « ça ne s'est pas passé exactement comme ça ».

 

LE FANTASME CINÉMATOGRAPHIQUE

Afin d'étudier l'anatomie de la langue des dinosaures, des chercheurs du l'Université du Texas et de l'Académie des sciences chinoise ont examiné de nombreux fossiles de dinosaures à plumes ou herbivores et de l'iconique T. Rex. Ils ont comparé ces fossiles aux photos haute résolution de 13 espèces d'oiseaux modernes et de trois alligators. Les paléontologues voulaient savoir comme l'os hyoïde, un os très fin situé au-dessus de la gorge et qui maintient et soutient la langue, avait évolué selon les espèces.

Ils ont découvert que chez la plupart des dinosaures, l'os hyoïde était court et simple, comme chez les alligators. Lorsque cet os est petit, la langue ne bouge pas. Par conséquent, les dinosaures mangeaient de la même façon que les reptiles, c'est-à-dire qu'ils ne mâchaient pas leur nourriture.

Cette similarité entre les dinosaures et les alligators n'est pas la première qu'observe Julia Clarke, co-auteure de l'étude et professeur à l'Université du Texas. En 2016, son étude sur les bruits émis par les dinosaures lui avait permis de découvrir qu'en plus des rugissements spectaculaires et des cris stridents que nous connaissions déjà, les gros dinosaures grondaient et roucoulaient faiblement. « Ils sont mal représentés et depuis longtemps », a-t-elle souligné dans un communiqué de presse.

 

QUAND LES LANGUES SE DÉLIENT

Toutefois, certains fossiles présentaient des os hyoïdes plus complexes. Chez les ptérosaures et les dinosaures à plumes, ces os ressemblaient beaucoup à ceux des oiseaux modernes, qui sont complexes et varient d'une espèce à l'autre. Les ptérosaures, découverts au 18e siècle, sont une lignée unique de reptiles volants et n'ont pas eu de descendants.

Chez les oiseaux modernes, il existe différents types de langues : elles peuvent être piquantes, fourchues ou tubulaires. La même chose s'applique pour les os hyoïdes, qui peuvent s'enrouler à l'arrière du crâne ou bien s'étendre jusqu'au bout de la langue. Ces observations semblaient s'appliquer chez les dinosaures que l'équipe a étudié. Ils sont donc parvenus à la conclusion suivante : la dextérité de la langue dépendait peut-être des capacités des animaux à voler.

Selon les chercheurs, lorsque les ailes ont remplacé les membres supérieurs chez les dinosaures, les langues de ces derniers sont devenues plus mobiles, pour leur permettre de mieux manipuler leur repas. De plus, grâce au vol, les animaux auraient eu accès à d'autres sources de nourriture qui auraient nécessité d'avoir une bouche différente ou plus appropriée pour consommer ces aliments.

Les langues des oiseaux sont vraiment particulières. Celle du pingouin par exemple est recouverte de piques orientés vers l'arrière qui retiennent la nourriture à l'instant où elle entre dans leur bouche. L'oie possède quand à elle une langue musclée aux bords dentelés qui peut couper les tiges des plantes, certains pics utilisent leur langue dotée de piques à son extrémité pour transpercer les insectes et les colibris sortent leur longue langue tubulaire pour se délecter du nectar des fleurs.

Mais il y a une exception à cette théorie selon laquelle la possibilité de voler a eu une influence sur l'évolution de la langue des animaux volants. Les dinosaures herbivores, comme le Tricératops et l'ankylosaure, avaient un os hyoïde complexe, mais devaient quand même mâcher leur nourriture. Malgré cela, l'étude des langues des animaux aujourd'hui disparus peut nous permettre d'en savoir plus sur la vie et les habitudes des dinosaures et sur l'évolution des oiseaux modernes.

Lire la suite