Voyage

Cette carte de 1955 montre le voyage du Père Noël le 24 décembre

Sur cette carte de 1955, une douzaine de Pères Noël parcourent le monde pour le plus grand plaisir des enfants.Friday, December 22, 2017

De Greg Miller
Cette carte du voyage du Père Noël dans la nuit du 24 au 25 décembre est truffée d'inventifs détails et de préjugés culturels.

Le Père Noël semble bien s'amuser sur cette carte. On le voit se tenir à côté d’une girafe en Afrique, monter sur un éléphant en Inde, se trémousser dans l’Océan Pacifique et marcher sur une corde en Équateur.

La carte sobrement intitulée « La merveilleuse carte du monde de Noël », a été produite en 1955 par la General Drafting Company, qui aujourd'hui fabrique surtout des cartes routières. « C’est une œuvre classique », explique Stephen Hornsby, professeur à l’université du Maine et auteur du livre intitulé Picturing America: The Golden Age of Pictorial Maps. « C’est tellement amusant et c'est si inventif. »

La carte a été dessinée alors que l'économie américaine était en plein essor. Comme toutes les cartes américaines peintes dans la moitié du 20e siècle, celle-ci illustre la confiance en une Amérique forte, placée au centre du monde. « Je suis Anglais et pour moi cette carte est vraiment typiquement américaine », ajoute Hornsby. « Elle représente la vision du monde qu'avait la classe moyenne américaine des années 1950. »

lancer le diaporama

À chaque coin du planisphère, le Père Noël semble jouir de l’instant présent. Il se hisse au sommet de la Tour Eiffel, se prépare à sauter d’une pyramide en Égypte, tente d’escalader le mur de Berlin et s'agrippe à une baleine au large des côtes islandaises. Lorsqu’il se dirige vers les oasis du désert libyen, déshydraté, il rêve d'une chope de bière. 

Certains aspects de cette carte sont typiques de l'Amérique des années 1950. Par exemple, il est supposé que tous les peuples du monde fêtent effectivement Noël et adorent la figure du Père Noël. La représentation des personnes dans cette carte du monde reprend de nombreux stéréotypes : les Africains sont à moitié nus et les aborigènes australiens coiffent leurs cheveux avec des os.

« Beaucoup de ces représentations ne sont pas politiquement correctes parce que le politiquement correct n'existait pas à l'époque. Nos critères d'acceptation ont beaucoup changé depuis les années 1950 » conclut Honsy. La culture américaine d'alors véhiculait de nombreux préjugés racistes et sexistes. Il n'est donc pas surprenant que les cartes produites à cette époque le soient aussi. « Elles sont le reflet du meilleur et du pire de la culture de ce pays. »

Lire la suite