Voyage

Ces deux hommes ont réussi à traverser l'Antarctique à pied

L'aventurier britannique Louis Rudd a terminé son périple en solitaire deux jours après l’Américain Colin O'Brady.

De Aaron Teasdale

Mettant fin à la compétition polaire la plus épique depuis celle qui opposa Roald Amundsen et Robert Falcon Scott au Pôle Sud en 1911, l'aventurier britannique Louis Rudd a skié jusqu'au bout de la masse terrestre de l'Antarctique le 29 décembre, au 56ème jour de son expédition, pour compléter son solo, traversée non assistée et sans assistance du continent gelé. L'attente sur l'immensité glacée du plateau de Ross, une plaque de glace de 600 mètres d'épaisseur, faisant presque la taille de la France, l'un des endroits les plus reculés et inhospitaliers de la planète, était un spectacle étrange : une tente et un traîneau - seules preuves de présence humaine.

C'est l'Américain Colin O'Brady qui avait terminé trois jours auparavant sa propre traversée en solo non assistée du même itinéraire, ce qui faisait de lui la première personne à réussir cet exploit. Les deux hommes étaient partis le 3 novembre à un kilomètre de la côte atlantique, de l'autre côté du grand continent blanc, dans le but de devenir la première personne à skier seule et sans assistance de l'océan Atlantique au Pacifique en passant par le pôle Sud. Louis Rudd est donc devenu le deuxième membre de ce club ultra-exclusif.

Les deux hommes aux visages émaciés se sont rencontrés dans la blancheur crue des montagnes transantarctiques, que Louis Rudd venait de passer à travers le glacier Leverett. Un piquet solitaire dans la glace marque le début de l'océan Pacifique et l'endroit où O'Brady était arrivé après une impressionnante poussée continue de 32 heures et de 128 kilomètres pour compléter son expédition. À son arrivée, il a déclaré à NBC News qu'il pleurait, « des larmes coulaient sur mon visage devant un public inexistant ».

O'Brady a passé les jours suivants à se reposer sur la plus grande banquise du monde, attendant de saluer Rudd. Pendant ce temps, l’Anglais luttait contre des vents violents et des températures bien inférieures à zéro dans les hautes altitudes des montagnes. « La pulka ressemblait à un chien en laisse hors de contrôle derrière moi », a-t-il écrit dans son post de Noël. 

Il a écourté son sommeil les deux dernières nuits en effectuant une dernière poussée, gagnant 54 kilomètres sur son avant-dernier jour alors qu'il descendait à travers un épais brouillard, des falaises de granit apparaissant brièvement à travers des brèches dans la brume. C’était la plus longue distance que Rudd ait jamais parcourue au cours de ses expéditions, aidé par la descente à travers les montagnes.

Bien que son arrivée fasse écho à celle d'un Robert Falcon Scott épuisé et mortifié quand en arrivant au pôle Sud plus d’un siècle auparavant il avait aperçu le drapeau norvégien d’Amundsen, Louis Rudd a insisté dans l’une de ses dernières mises à jour qu'il ne fallait pas le voir ainsi.

« J'ai toujours voulu éviter les médias [qui essaient] d'en faire une histoire de vitesse », a-t-il écrit. « Dès que vous vous laissez entraîner dans un scénario de course, tout ce que vous faites est dicté par l'autre personne... Cela change toute la nature de l'expédition. J'ai décidé dès le début que je n'allais me laisser entraîner... Je viens juste finir mon voyage. »

Dans un message Instagram peu de temps après l'arrivée de Rudd, O'Brady a déclaré que les deux hommes : avaient établi « un lien de longue durée pour avoir tous deux accompli ce voyage épique. »

Ils ont ensuite attendu l'avion qui s'est posé sur la couche de glace et les a emmenés à la station de recherche scientifique du pôle Sud, où ils ont pris un autre avion qui les a ramenés à la civilisation. Enfin, ils peuvent parler avec d'autres êtres humains et manger autre chose que la nourriture qu'ils transportaient pendant l'expédition, qu'ils ont consommée tous les jours pendant près de deux mois. 

 

Aaron Teasdale, basé à Missoula, dans le Montana, est un écrivain primé spécialisé dans les voyages d'aventure, la nature et la conservation.