La pandémie de coronavirus perturbe les déplacements de personnes et de voyageurs. Retrouvez l’ensemble de nos articles dédiés sur le coronavirus>>

Le Canadien Pacifique, ligne historique qui relie l'est et l'ouest canadiens

Construite pour connecter les provinces et les Canadiens entre eux, la ligne transcontinentale reliant l’Est à l’Ouest du pays est encore utilisée tous les jours.

Publication 14 juin 2021 à 16:00 CEST
Embarquez à bord du train Le Canadien, au sein duquel les passagers admirent pendant trois jours ...

Embarquez à bord du train Le Canadien, au sein duquel les passagers admirent pendant trois jours les paysages sauvages qui défilent de Toronto à Vancouver dans des voitures panoramiques.

Photographie de Avec l'aimable autorisation de Rail Canada

La conquête de l’Ouest n’avait pas pour unique destination la Californie. Elle avait pour but de s'étendre jusqu'aux provinces reculées de l’Ouest canadien. Le Canada alors indépendant depuis 1867 est composé de quatre États de l’est désirant former une confédération. 

La province de la Colombie-Britannique, à l’ouest, accepte en 1871 de rejoindre la confédération après que le Canada s'est engagé à construire une ligne de chemin de fer jusqu’au Pacifique. 

Aujourd’hui, il est encore possible de traverser le pays d’est en ouest par la ligne transcontinentale. Certaines compagnies proposent un voyage qui dure quatre jours et quatre nuits - si vous ne faites pas d’escale - pour parcourir les quelque 4 500 kilomètres qui séparent Toronto à Vancouver. C’est la ligne la plus célèbre, mais il est aussi possible de partir depuis Montréal. 

Mais alors pourquoi prendre le train pour une si longue distance alors qu’il est beaucoup plus rapide de prendre l’avion ? Justement, l’intérêt du voyage en train est de prendre son temps et de découvrir les magnifiques paysages canadiens.
 

UNE ODYSSÉE CANADIENNE

En partant de la gare de Toronto, vous laisserez derrière vous la bouillonnante mais agréable vie qu’offre la capitale de l’Ontario. Les nombreuses forêts et lacs canadiens défileront sous vos yeux, offrant un beau témoignage des trésors naturels du pays. Il peut être très facile de s’endormir dans le train, bercé par les chimères qui semblent habiter les sompteux paysages. 

Le premier grand stop est marqué par l’arrivée en gare de Winnipeg. Son immense palais législatif surmonté de la statue « Golden Boy », symbole de la province du Manitoba, nous rappelle que nous sommes dans la capitale de cette province.

Mais le transcontinental n’attend pas. Nous voilà repartis à travers les grandes prairies si caractéristiques des provinces de Sasktachewan et d’Alberta. En parcourant ces grands espaces, on change de nombreuse fois de fuseaux horaires : il y en a six au total au Canada. Seule la Russie fait mieux avec ses neuf fuseaux horaires.

À travers la vitre, on admire l’environnement qui commence à se transformer. La petite ville ferroviaire de Jasper est entourée de montagnes. Elle est connue pour son florissant parc national. Mais le clou du spectacle pour le voyageur en train se trouve entre Jasper et Vancouver.

En s’enfonçant dans les forêts, le train sillonne au milieu des mythiques montagnes Rocheuses. Leurs sommets se reflètent dans les eaux cristallines du Moose Lake. Les Rockies s’étendent alors sur plus de 500 km jusqu’au Pacifique et la ville côtière de Vancouver. 

Terminus du transcontinental, Vancouver, et son cadre vie reconnu pour être des plus agréables au monde. C'est la ville parfaite pour se reposer et partager avec ses amis les souvenirs de cette expédition.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.