La pandémie de coronavirus perturbe les déplacements de personnes et de voyageurs. Retrouvez l’ensemble de nos articles dédiés sur le coronavirus>>

Reportage : les peuples de la mer

Dans les eaux agitées d'Afrique de l'Ouest, la pêche n'est pas réservée qu'aux braves. C'est une tradition qui forge les communautés côtières et leur respect de la nature.

De Nii Ayikwei Parkes, National Geographic
Publication 25 avr. 2022, 16:09 CEST
Des pêcheurs préparent leurs bateaux dans un petit port de Jamestown, un quartier d’Accra, la capitale ...

Des pêcheurs préparent leurs bateaux dans un petit port de Jamestown, un quartier d’Accra, la capitale du pays. Beaucoup de locaux pêchent, mais cet équipage vit dans un port à environ 100 km de là. Ils sont venus à Jamestown pour vendre leurs poissons et y passer la nuit.

PHOTOGRAPHIE DE Denis Dailleux

Le long de cette côte qui est la nôtre, rien n’est étrange. Si vous vous levez assez tôt pour croiser les pirogues au fur et à mesure qu’elles débarquent – que ce soit à Port-Bouët, en Côte d’Ivoire, à Ngleshi ou à Apam, au Ghana, à Old Jeswang, en Gambie, à Grand-Popo, au Bénin –, vous entendrez les pêcheurs parler le fanti, le ga, l’éwé, c’est-à-dire toutes les langues natives du Ghana.

Alors que les hommes débarquent sous le soleil naissant, tirant leurs filets, leurs chants s’intensifient : « Ee ba ei, ee ba ke loo (Elle est arrivée, elle est pleine de poissons). » Les mailles sont remplies de ce que les profondeurs ont à offrir. Les poissons tombent, battent l’air de la queue, tressautent sur le sable. Des mains rapides les trient ensuite dans de grandes bassines en métal.

Les prises ne sont jamais les mêmes. Bien sûr, il y a les espèces commerciales facilement reconnaissables : vivaneau, mérou, thon, maquereau, kpanla (une sorte de merlu). Mais, à chaque fois, s’y trouvent aussi les plus prisées : langoustes, anguilles, raies et d’autres de forme et de taille étranges, dont les caractéristiques feraient le bonheur des auteurs d’histoires fantastiques ou d’horreur. Mais là, pas de cri d’épouvante, juste des épices qui rendront le tout délicieux.

Les Gas, le peuple auquel j’appartiens, n’ont pas peur de l’inconnu. Le dicton Ablekuma aba kuma wo (« Puissent les étrangers trouver chez nous un foyer ») est l’un des fondements philosophiques de notre culture. C’est pourquoi mon patronyme européen, Parkes, hérité d’un grand-père sierra-léonais d’origine jamaïcaine, est considéré comme un nom ga. C’est une attitude que partagent la plupart des peuples côtiers d’Afrique de l’Ouest : ils voyagent sans hésitation, serrent les voyageurs dans leurs bras. Comme les vagues, ils vont, ils viennent.

Gauche: Supérieur:

Gina Asante, une marchande ambulante de Winneba, autre port de pêche historique du centre du Ghana, porte sur la tête une cage contenant des poulets destinés à être vendus. Peut-être 50 % de la main-d’oeuvre du pays travaille dans l’agriculture.

Droite: Fond:

Kodjo Essel et Kofi Ayikpah, deux amis, assistent au festival Aboakyere de Winneba. Cet événement, qui trouve son origine dans un ancien rite de sacrifices offerts au dieu Otu, a lieu chaque premier samedi de mai. Historiquement, au Ghana, la poudre d’argile blanche couvrant le visage des spectateurs symbolise la victoire sur le mal.

Photographies de Denis Dailleux
Gauche: Supérieur:

Des enfants ont poudré leur visage avec du talc. Ils marquent une pause pour la photo tandis qu’ils jouent dans une maison en construction au bord de la mer, à Apam, un port de pêche.

Droite: Fond:

Quand il n’est pas en mer pour gagner sa vie, Nyamo Adomako, un jeune pêcheur, joue au football avec des amis.

Photographies de Denis Dailleux

Toutefois, dans les familles de pêcheurs, les Ghanéens jouissent d’une réputation sans égale. En 1963, le magazine West Africa, aujourd’hui disparu, les qualifiait de « pêcheurs panafricains » en raison du nombre de pays – du Nigeria au Sénégal – où Fantis, Éwés et Gas exerçaient leur savoir-faire.

Ayant été élevés le long des côtes par quelques-unes des mers les plus agitées qui soient, les pêcheurs parlant la langue fanti des régions de l’ouest et du centre du Ghana ne sont pas seulement devenus les meilleurs nageurs en mer du monde, mais aussi des experts en canotage.

Même parmi les Gas, les pêcheurs les plus vénérés, les woleiatse, sont souvent issus de l’akutso (réseau de familles) Abese-Fanti, un groupe de Fantis naturalisés Gas. Ce changement d’identité a été facilité par des valeurs communes, liées à une quête dont l’objectif est de préserver leurs moyens d’existence. Aucun des deux groupes ne pêche en mer le mardi ou en eau douce le jeudi. C’est tabou. Une pause hebdomadaire permet aux esprits de l’eau de reconstituer les populations de poissons – un acte de conservation ancré dans leur culture.

Dans les faits, l’idée de conservation oriente les compétences mises en oeuvre par les communautés de pêcheurs ghanéennes. Parmi eux, beaucoup sont agriculteurs à temps partiel et retournent à la terre une ou deux fois par an, lorsque le poisson est moins abondant. Les autres s’adaptent aux schémas de migration des principales espèces consommées là où ils vivent. Ou bien ils vont là où ils pourront en trouver d’autres. Le poisson-machette, par exemple, pêché au Sénégal et en Gambie, peut remplacer la banane de mer, mets délicat du centre du Ghana. Le flux de poissons disponible a également contribué à la maîtrise du saumurage et du fumage le long de la côte. Des stocks suffisants de poisson fumé garantissent en effet l’apport en protéines, base des régimes alimentaires côtiers, en toutes saisons.

Gauche: Supérieur:

Sur une plage de Mumford, Prince Kafuta pose avec un bateau miniature inspiré des bateaux de pêche de la ville. La mer est un élément clé de l’identité ghanéenne. Le long de la côte ouest-africaine, la plupart des pêcheurs viennent du Ghana.

Droite: Fond:

Des enfants s’amusent sur la plage d’Apam. Autrefois important, le port est désormais tourné vers la pêche. Les communautés du Ghana interrompent la pêche en mer et en eau douce un jour par semaine, ce qui favorise la conservation.

Photographies de Denis Dailleux
Gauche: Supérieur:

Deux enfants regardent une sculpture en forme de poisson sur la place du front de mer de Sekondi-Takoradi. Ce monument, dédié à la pêche, est orné des couleurs rouge, jaune et vert du drapeau ghanéen, ainsi que de son étoile noire.

Droite: Fond:

Nana Adomo, couverte de sable, joue sur la plage de Mumford, une ville de pêcheurs sur la côte du Ghana, le long du golfe de Guinée. Le gouvernement est en train de moderniser le port, y ajoutant des routes, un marché, un atelier de réparation de filets, un dépôt de glace, une station-service et une garderie.

Photographies de Denis Dailleux

La réalité de l’homme parfois perdu en mer et l’imprévisibilité de la pêche signifient que les rêves des familles de pêcheurs dépendent des vicissitudes du destin. Les pêcheurs remettent leurs prises aux femmes de leurs villages. Lesquelles les vendent et font des miracles avec ce qu’elles en tirent : commerce, agriculture,  nourriture et éducation des enfants. Même quand les hommes ne rentrent pas, ils laissent quelque chose derrière eux.

Mon cousin fut l’un de ces hommes. Ce qu’il m’a dit en 1992, alors que je faisais mon premier voyage loin d’Accra, la capitale, dans le nord du Ghana, reste gravé dans ma mémoire : « Tu n’as aucune raison de t’inquiéter. Nous sommes des Gas. Avec l’eau derrière nous, nous n’avons rien à craindre. » Maintenant, où que j’aille, en terre inconnue, je ferme les yeux et j’écoute l’eau.

Article publié dans le numéro 271 du magazine National Geographic. S'abonner au magazine

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Voyage
En Amérique du Sud, le monde secret des tépuis
Voyage
Japon : entre curiosités et traditions, voyage au cœur de l'archipel Amami
Environnement
Partout dans le monde, des peuples de marins continuent à vivre en harmonie avec l’océan
Photographie
Sommaire du magazine National Geographic du mois d'avril 2022 : Expédition scientifique aux confins du Venezuela
Voyage
Japon : les mystères des masques Oni dévoilés

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.