Voyage

Potsdam, le Versailles allemand

Rares sont les touristes qui s’attardent à Potsdam, située à 36 km de Berlin, dans le land de Brandebourg en ex-RDA. La ville recèle pourtant de jardins, de trésors architecturaux et autres témoins du faste prussien.

De Rédaction National Geographic Traveler

Au premier abord, Potsdam ne ressemble en rien à une ville qui fut considérée jadis comme l’une des cités les plus puissantes de la planète. La capitale du Brandebourg offre un lacis de ruelles étroites pavées, d’un baroque majestueux, les maisons bordant Charlottenstrasse et Gutenbergstrasse se voulant de véritables palais avec leurs façades ornées, peintes de tons pastel roses ou jaunes. Cette architecture est un vestige des XVIIIe et XIXe siècles, quand ces demeures se dressaient au cœur de la Prusse – un duché devenu un royaume, puis le principal acteur de l’unification allemande, en 1871.

Du côté ouest de la ville, le Kaiser continue d’arpenter les jardins de Sanssouci, l’ancien palais d’été des rois de Prusse, jusqu’en 1918. Près d’un siècle après la chute des Hohenzollern et l’abdication de Guillaume II, le Versailles germanique demeure un modèle de sophistication royale, avec ses sentiers manucurés bordés par des sculptures de l’âge classique et par de magnifiques fontaines. Le palais proprement dit est une débauche de rococo dans le plus pur style XVIIIe siècle. Une architecture faite de voûtes, tout en fioritures.

Nous voilà transporté au temps de Frédéric le Grand, dans sa bibliothèque inondée de tomes épais, dans la chambre où il mourut en 1786, et qui porte toujours le deuil – en témoigne son fauteuil, vide, dans un coin.

Nous sommes à mille lieues des bars de Friedrichshain ou de n’importe quel autre quartier branché de Berlin. Le parlement du Brandebourg siège dans une reconstitution du Stadtschloss, le château de Berlin, dont la reconstruction a été entamée en 2013 (l’original, datant du XVIIe siècle, a été détruit par un bombardement en 1945), alors que le quartier hollandais lorgne plutôt du côté de l’Amsterdam du XVIIIe siècle, avec ses belles maisons en brique rouge. Quand on se glisse à l’intérieur de l’une d’elle, le feu crépite dans la cheminée. Dans le restaurant Zum Fliegenden Holländer, le rôti de porc aux quenelles est divin !

C’est une soirée animée, de nombreux couples sont attablés et le bar est plein. Potsdam ne compte que 162 000 habitants, mais, dans le contexte du Brandebourg, l’un des lands les moins peuplés et les plus sauvages d’Allemagne, c’est l’équivalent de New York ou de Las Vegas…