Voyage

Voyage : mieux vaut ne pas vous géolocaliser partout où vous allez

Les services de géolocalisation mobiles présentent des inconvénients, encourageant le tourisme de masse ou renseignant parfois les braconniers.

De Christina Djossa
Ces 20 dernières années, le nombre de touristes a augmenté de façon exponentielle au Horseshoe Bend, en Arizona, en partie grâce aux publications géolocalisées sur les réseaux sociaux.

Lorsque vous voyagez, vous partagez peut-être l'endroit où vous vous trouvez dans une story Instagram, vous indiquez que vous êtes à l'aéroport sur Facebook ou bien vous twittez pour faire part de votre expérience culinaire dans un nouveau restaurant. Si vous pouvez faire cela, c'est grâce à une fonctionnalité très utile, la géolocalisation, qui ajoute votre position GPS à une photo, une vidéo ou tout autre contenu multimédia. Il s'agit là d'une des solutions pratiques par lesquelles nous pouvons documenter nos voyages.

Mais comme la plupart des technologies, la géolocalisation présente aussi des inconvénients. La prochaine fois que vous hésiterez à indiquer votre localisation, pensez aux cas de figure qui suivent.

 

LA GÉOLOCALISATION PEUT ALIMENTER LE « SUR-TOURISME »

Pour les sites touristiques des guides de voyage ou les zones en pleine croissance qui espèrent attirer plus de visiteurs, une publication géolocalisée peut être une aubaine. Mais pour les lieux tels que l'Horseshoe Bend, la ferme Bogle Seeds ou les cascades Kaaterskill, qui ne disposent pas des infrastructures nécessaires pour accueillir des milliers de visiteurs, la géolocalisation est l'un des nombreux facteurs pouvant faire exploser la fréquentation de lieux populaires et nuire à l'environnement local.

lancer le diaporama

En juillet 2018, huit jours après son ouverture saisonnière, la ferme Bogle Seeds, située dans l'Ontario au Canada, a dû temporairement fermer ses portes lorsque 7 000 visiteurs ont afflué sur le site en une seule journée, laissant derrière eux nombre de détritus et des tournesols abîmés. À Hunter, dans l'État de New York, quatre personnes ont perdu la vie alors qu'elles tentaient de prendre des photos aux cascades Kaaterskill, un site de plus en plus populaire en raison des publications géolocalisées sur Instagram. Dans les années 1990, 2 000 touristes visitaient l'Horseshoe Bend à Page, dans l'Arizona. Aujourd'hui, ce nombre est passé à 1,5 million et selon Vox, cette forte hausse est due aux contenus géolocalisés. 

Il est difficile de prévoir quelles publications feront le buzz, mais la vitesse à laquelle la géolocalisation peut stimuler l'industrie du tourisme actuelle, comparé aux guides de voyages, est un élément que les communautés doivent désormais prendre en compte.

 

UN DANGER POUR LA FAUNE ET LES PERSONNES VULNÉRABLES

Avec les avancées technologiques, les méthodes utilisées par les braconniers et les trafiquants s'améliorent aussi. En juillet 2013, un individu a tenté de hacker le compte de messagerie de Krishnamurthy Ramesh, chercheur au Wildlife Institute of India. Au moment des faits, ce dernier participait à un programme de surveillance au sein du parc national de Panna, situé dans l'État du Madhya Pradesh.

Des données GPS cryptées d'un tigre du Bengale se trouvaient dans le compte du chercheur et l'incident a soulevé de nombreuses questions quant au « cyberbraconnage ». Bien que les preuves de l'utilisation de contenus géolocalisés par les braconniers pour suivre des animaux sauvages soient anecdotiques, certains chercheurs n'écartent pas la possibilité que les données GPS puissent constituer une arme potentielle dans l'arsenal des braconniers.

Autre possibilité : l'utilisation des publications géolocalisées par les hackers pour suivre en toute facilité des individus. Au vu du nombre de données, d'outils de recherche et de services fonctionnant avec la géolocalisation actuellement sur le marché, les personnes vulnérables, à l'instar des victimes de violence domestique, pourraient courir un risque si elles étaient involontairement identifiées dans une photo géolocalisée.

 

QUELLES SOLUTIONS ?

Il existe des solutions pour diminuer les risques, à la fois pour vous et pour les autres. En fonction de l'appareil, du fabricant et du système d'exploitation, vous pouvez facilement désactiver la fonctionnalité de géolocalisation en allant dans les paramètres de confidentialité et en désactivant les services de localisation ou la géolocalisation. Des applications comme Image Optim peuvent vous permettre d'enlever la géolocalisation de vos photos. Mais le plus important est de faire preuve de bon sens et de veiller à géolocaliser de façon responsable dans un premier temps.

 

Journaliste et productrice audiovisuelle, Christina Djossa s'intéresse auxsujets qui passent inaperçus. Suivez-la sur Twitter.  
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite