Des rassemblements de requins pèlerins surprennent les scientifiques

Une nouvelle étude de relevés aériens a permis de découvrir que les requins pèlerins se rassemblent parfois en groupe de 1 400 individus.mardi 17 avril 2018

De Cecelia Smith-Schoenwalder
Malgré leurs airs menaçants, les requins pèlerins se servent de leur bouche pour filtrer à l'aide de leurs branchiospines le zooplancton et les petits poissons.

Le long de la côte nord-est des États-Unis, des groupes de plus d'un millier de requins pèlerins ont été observés par des experts, alors que l'on pensait que l'espèce était solitaire.

Au cours des dernières décennies, des relevés aériens servaient à repérer les baleines franches de l'Atlantique nord, menacées d'extinction. Mais ils ont aussi permis d'identifier d'immenses rassemblements du deuxième poisson le plus grand au monde. Présent dans toutes les mers du monde, ce poisson lent, qui se nourrit grâce à son filtre, n'est absolument pas dangereux pour l'homme.

Mesurant près de 10 mètres de long, les requins pèlerins sont seconds en termes de taille, uniquement dépassés par les requins baleines. Et malgré leur grande taille, il n'est pas facile de les observer.

Leah Crowe, biologiste de terrain au National Oceanic and Atmospheric Administration's Northeast Fisheries Science Center, a récemment mené une étude sur ces rassemblements. Pour elle, sans ces observations fortuites, « les données passaient à la trappe ».

Dans le cadre de leur étude publiée dans la revue Journal of Fish Biology, Leah Crowe et ses collègues ont documenté dix observations de grands groupes de requins pèlerins le long de la côte de la Nouvelle-Écosse jusqu'à Long Island sur la période 1980 - 2013.

Sur les 10 000 observations de requins pèlerins présentes dans la base de données, 99 % des rassemblements comptaient au maximum 7 individus.

 

POURQUOI SE RASSEMBLER ?

Les spécialistes des requins ont plusieurs théories concernant les raisons d'un rassemblement de requins pèlerins. Nous savons que les autres espèces de requins se regroupent pour se nourrir, se reproduire et se protéger des prédateurs.

En novembre 2013, au large du sud de la Nouvelle-Angleterre, environ 1 400 requins se sont rassemblés, ce qui constitue un véritable record. La présence de jeunes requins dans le groupe indique que celui-ci était là pour se nourrir de zooplancton, plutôt que pour se reproduire.

L'étude révèle aussi qu'il se peut que les requins se rassemblent pour réduire la traînée causée par leur bouche ouverte pour se nourrir en profitant de l'aspiration des autres individus ce qui leur permet d'économiser leur énergie.

C'est tout ce que ces relevés aériens nous apprennent.

Leah Crowe indique que « même s'il est intéressant de les voir depuis les airs, cela ne permet pas d'en apprendre plus sur les facteurs environnementaux », comme la densité du plancton.

 

UN REQUIN MYSTIQUE

Gregory Skomal, halieute senior chez Massachusetts Division of Marine Fisheries, trouve lui aussi que les relevés aériens ne permettent pas d'expliquer les raisons de ces rassemblements.

Bien qu'il ait déjà nagé au milieu d'un regroupement de requins pèlerins, le scientifique ne conseille pas cette méthode pour collecter des données. Les poissons risqueraient d'agir différemment en présence d'humains.

De tels rassemblements « renforce le côté mystérieux de l'animal », a souligné Gregory Skomal, qui n'a pas pris part à l'étude.

Grâce au programme scientifique citoyen « Spot a Basking Shark », qui signifie « Repère un requin pèlerin », les scientifiques reçoivent l'aide des citoyens. Ce programme a été mis au point par le Pacific Shark Research Center du Moss Landing Marine Laboratories.

Les requins pèlerins passent 90 % de leur temps dans les profondeurs de l'océan et seulement 10 % en surface, faisant de chaque observation une source d'information importante, estime Dave Ebert, directeur des programmes du centre de recherche.

 

UNE ESPÈCE MENACÉE

Il est primordial d'en apprendre autant que possible sur ces géants : certaines populations de requins pèlerins ont chuté et celle du Pacifique nord est considérée depuis 2010 comme « espèce préoccupante » par le gouvernement des États-Unis.

Chassés pour leur peau et l'huile de leur foie au 20e siècle, la population de requins pèlerins le long de la côte ouest des États-Unis a baissé. Ces dernières décennies, le nombre de requins pèlerins est resté bas, indique Dave Ebert, avant de préciser que les scientifiques ignorent quelle était la population de base de l'espèce.

« Ce n'est pas parce que vous ne les voyez pas qu'ils ne sont pas là ».

Lire la suite