Le postérieur de cette grenouille est vénéneux... et gonflable

Cette petite grenouille originaire d'Amérique du sud possède un postérieur gonflable. Une ruse à laquelle elle a recours pour effrayer les prédateurs.

Nous ne sommes jamais satisfaits de notre postérieur : il est soit trop plat, soit trop rebondi. Mais s'il existe bien un animal qui possède un popotin à en faire rêver plus d'un, c'est bien la grenouille naine de Cubaya, ou Physalaemus nattereri.

La croupe de cette grenouille n'est toutefois pas là pour attirer l'attention, mais plutôt pour échapper aux prédateurs.

Mais alors, pourquoi les humains et les prédateurs laissent-ils cet amphibien si étrange en paix ?

 

UNE TECHNIQUE DE DÉFENSE PLUTÔT GLONFLÉE

João Tonini est doctorant à l'Université d'Harvard et fait partie du Projeto Bromeligenous, un projet qui étudie le lien entre les grenouilles du Brésil et les broméliacées. D'après le scientifique, on dénombre dans le monde entier environ 123 espèces de grenouilles dont le dos ou les flancs sont parés de vives couleurs prémonitrices et qui servent de signal aposématique.

Chez certaines espèces, comme les grenouilles à flèches empoisonnées, les couleurs vives sont destinées aux prédateurs : « Elles veulent dire : je suis dangereux, ne vient pas m'embêter », a déclaré Arturo Muñoz Saravia, doctorant à l'Université de Gand en Belgique et coordinateur du programme Bolivian Amphibian Initiative.

Une créature inoffensive peut donc piéger des prédateurs en leur faisant croire qu'elle est dangeureuse.

Pour paraître plus intimidant, certains animaux arborent de grosses tâches semblables à des yeux. C'est notamment le cas pour la grenouille naine de Cubaya, que l'on trouve en Bolivie, au Brésil, en Argentine et au Paraguay, et la grenouille chilienne à quatre yeux. Ces deux amphibiens appartiennent à la même famille, les Pleurodema thaul.

Ces faux yeux permettent aux grenouilles d'attirer l'attention des prédateurs ailleurs qu'au niveau de leur tête. Et en gonflant leur corps, elles veulent faire comprendre à leurs adversaires qu'elles sont plus imposantes qu'ils ne l'imaginent et qu'il ne faut donc pas les manger, explique Arturo Muñoz Saravia.

Une fois gonflée, la petite grenouille ressemble à un serpent de belle taille, suffisamment du moins pour éloigner les prédateurs comme les oiseaux, les serpents, les coatis ou encore les phyllostomes à lèvres frangées, une espèce de chauves-souris. 

Si cette technique du postérieur gonflé n'est pas suffisante pour effrayer les prédateurs, les grenouilles ont recours à leur deuxième arme secrète : le poison. Pas si inoffensives que ça ces petites grenouilles...

« Ces amphibiens possèdent de grandes glandes remplies de poison juste en-dessous de leurs tâches en forme d'œil », explique João Tonini. Les sécrétions, blanches comme le lait, peuvent laisser des traces sur les faux yeux de couleur noire des grenouilles. Un seul amphibien a assez de poison pour tuer 150 souris.

D'après Arturo Muñoz Saravia, ces grenouilles ne présentent aucun danger pour les humains, même s'il n'est pas conseillé de se frotter les yeux après en avoir attraper une. Elles sont uniquement mortelles pour les petits prédateurs. Mais grâce à cette toxine, la grenouille est capable de sauver sa vie.

L'horrible goût de la substance relâchée force le prédateur à laisser la grenouille tranquille. S'il a reçu une dose de toxine suffisante, il sera étourdi et malade, laissant ainsi suffisamment de temps à la grenouille pour  s'échapper, explique Arturo Muñoz Saravia.

 

LE FACTEUR CHANCE

D'après Arturo Muñoz Saravia, la petite taille des grenouilles naines de Cubaya est aussi un avantage au moment de prendre la fuite et de se protéger des prédateurs.

Alors que de nombreuses espèces de grenouilles sont menacées d'extinction, ces petites grenouilles à l'odeur nauséabonde vont plutôt bien. L'Union internationale pour la conservation de la nature avertit tout de même que certaines populations sont à la baisse.

Les grenouilles naines de Cubaya se reproduisent rapidement (découvrez leurs chants nuptiaux) et sont difficiles à trouver en raison de leur petite taille. Pour Arturo Muñoz Saravia, leur nombre se maintient aussi car ces amphibiens ne sont pas recherchés sur le commerce des animaux domestiques.

« Elles sont petites et marrons », ajoute-t-il. Par conséquent, elles sont moins intéressantes que leurs cousines, les grenouilles à flèches empoisonnées.

Cacher son talent jusqu'au dernier moment a parfois du bon. Et l'on peut dire qu'avoir un postérieur gonflable, vénéneux et doté de tâches semblables à des yeux est un talent.

Lire la suite