Découvrez les plus belles photos 2019 du monde microscopique

Les vainqueurs du 45e concours de photomicrographie Nikon Small World célèbrent l'art et la science des merveilles invisibles à l'œil nu qui nous entourent.mardi 22 octobre 2019

Agrandir le monde des micro-organismes d'ordinaire invisibles a permis de faire avancer la science fondamentale tout en fascinant le grand public, depuis que le commerçant néerlandais Antoni van Leeuwenhoek a posé ses yeux pour la première fois sur une bactérie à l'aide d'un microscope artisanal au 17e siècle. En regardant à travers des lentilles en forme de goutte qu'il avait lui-même façonnées, Leeuwenhoek a pu décrire et parfois même dessiner à la main les formes délicates des algues, des cellules sanguines, des fibres musculaires et d'une multitude d'autres éléments qui se succédaient derrière ses premiers oculaires.

Les possibilités offertes par les instruments modernes dépassent de loin celles des dispositifs de Leeuwenhoek ; les microscopistes d'aujourd'hui ont à leur disposition des systèmes de traitement informatique dernier cri, comme par exemple les techniques de marquage fluorescent qui leur permettent d'examiner et de capturer des images riches en détails de toute sorte d'organismes microscopiques. Mais s'il y a bien une chose qui n'a pas changé depuis les découvertes de Leeuwenhoek il y a plus de 300 ans, c'est l'immense beauté de notre monde naturel dans sa plus petite échelle.

C'est pourquoi depuis 1975 Nikon Instruments récompense chaque année les dernières prouesses de la photomicrographie à travers son concours  Nikon Small World. Pour cette 45e édition, ce sont plus de 2 000 clichés en provenance des scientifiques d'une centaine de pays qui ont été examinés pour ne retenir que les 20 lauréats annoncés hier.

« La microscopie nous permet de zoomer sur les organismes les plus petits et les composantes élémentaires qui constituent notre monde en nous permettant d'apprécier à leur juste titre les petites choses de la vie qui passent bien trop souvent inaperçues, » déclare dans un communiqué Teresa Kugler, co-lauréate du concours de cette année.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite